Toujours vivant

Publié le par la freniere

JEUDI LE 8 JANVIER 2015

OBJECTIF DE LA CAMPAGNE DE FINANCEMENT: 150 000 $

OBJECTIF ATTEINT CE MATIN, 3 H 54: 116, 545. 65 $

Dure journée hier pour le pèlerin que je suis: courir la chasse-galerie, même à l'envers, par ce temps de froid sibérien et de vents hyperboréens, par-delà villes, villages, rangs doubles, rangs simples de campagne... de financement - c'est avoir l'air du Bonhomme Misère, avec même pas de grand chien noir pour lui tenir au chaud la compagnie. Moi qui ne suis guère frileux, ben là, je vas vous dire comment c'est c'est que ça me vient: j'avais la corporance comme un stalagmite ou un stalactite, je savais plus pantoute si j'avais la tête vissée dans le haut du corps ou vissée par le bas.

Quand c'est de même, ça décontresaintciboirise la conversation: tu dis quelques mots, mais avant qu'ils n'aient le temps de se rendre à votre interlocuteur, ils ont gelé en cours de route!

Puis, cet attentat terroriste au journal Charlie-Hebdo à Paris. Ça vous attaque dans vos neurones et vos synapses, ça rend tout ce que vous êtes et tout ce que vous faites dans cet au-delà du réel où tout devient nudité dans la souffrance, nudité dans la douleur, nudité dans un univers qu'emporte le chaos dont on se demande s'il aura une fin pacifique ou s'il ne nous mènera pas plutôt dans ce que Nietzsche appelait "le temps des grands noircisseurs du monde".

Je suis donc rentré à la maison, tel Don Quichotte de la Démanche, sans la Dulcinée du Toboso pour le réchauffer. Je me suis endormi assis devant la longue table de pommier dénudé, puis encore pleins de givre, mes yeux se sont fermés et ma tête lourde, parce que glacée comme une galette des Rois qu'on aurait laissé trop longtemps dans la dépense, a frappé le bois de pommier - et je suis tombé là, je suis tombé drette là, dans un endormitoire trop verglacé pour que j'en garde la moindre souvenance.

C'est les doigts gelés que je vous écris ceci, comme je le fais tous les matins: "Vivant. Toujours vivant."

Et ma reconnaissance encore à vous qui, malgré le froid et l'infinie tristesse qu'est cet attentat contre les journalistes et les caricaturistes de Charlie-Hebdo, avez tout de même pris le temps de cliquer sureditionstrois-pistoles.com afin de souscrire à notre campagne de financement.

Victor Lévy Beaulieu

Publié dans Glanures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article