Tout vient

Publié le par la freniere

Rien n’est à venir. Tout vient. L’instant est plein d’éternité. Un nuage bouge dans le ciel et dans la tête la pensée d’un nuage. Quand les deux se rejoignent la chair des mots tressaille. La preuve de nos pas rend la route visible. Le ramage des ombres n’éteint pas la lumière. Un brin d’herbe suffit au rêve des fourmis. L’immensité du monde repose sur sa pointe. L’autre côté du paysage déborde sur la page entre les mots et les nuages d’encre. La lumière du dedans rejoint l’invisible du dehors. L’œil devient ce qu’il regarde, les mots ce qu’ils devinent et l’âme ce qu’elle change.

Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article