Un jardin

Publié le par la freniere

Il me faut un jardin pour ne pas mourir étouffé sous la mêlée des hommes – suffocante compagnie d’être trop exclusive. Ainsi, cette semaine, ai-je eu brièvement celle d’une fouine, venue l’autre nuit toquer au carreau du salon – nous avons échangé un regard rond à travers la vitre –, puis, hier, celle encore d’un sphinx-colibri qui butinait dans le fuchsia. Et donc tant pis pour le voisin de palier que je n’ai pas.

 

Éric Chevillard

 

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article