Yann Orveillon

Publié le par la freniere

Jusqu'au bout il aura été un Veilleur de Feu.

 

«A l'instant, j'apprends, non sans une grande douleur, la nouvelle de la mort de Yann. Le colosse breton s'est effondré et libéré après des années de souffrances physiques continuelles qu'il combattait comme toute sa vie durant il a combattu l'hydre de l'inhumanité et  seule une volonté farouche, au-delà du supportable pour le commun des mortels, le tenait terriblement debout, contre les vents et les marées hostiles. Cet homme-là ne supportait aucune résignation, c'était un guerrier au sens antique du mot. Sa chienne l'attendait très certainement à l'entrée du sentier obscur, et ensemble ils s'en vont le long des rivages vers ce pays radieux de la fraternité humaine qui fut sa raison ardente de vivre: à n'en point douter, il nous a légué en partant quelques brûlures de ce feu sacré que Rimbaud projetait dans l'avenir.»  André Chenet 

 

523186036.JPG

1504719783.JPG

Publié dans Les marcheurs de rêve

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> <br /> Merci pour Yann, qui vogue maintenant vers les archipels de poèmes. Je diffuserai peut-être plus tard qq unes de ses chroniques dans lesquelles il faisait montre d'une lucidité exceptionnelle<br /> renforcée par une conscience politique parfois excessive (à mon goût). Il a plus écrit sur les poètes qu'il n'a publié de recueils de poésie (2 je crois et un conte pour enfants). Il parachevait<br /> son grand-oeuvre, le livre de toute une vie (me disait-il) intitulé: Passion Rimbaud.<br /> <br /> <br /> J'espère que tu te portes au mieux. La vie va bien trop vite, nous n'avons que l'amour et la poésie pour la défendre, la transmettre en dépit de l'effroyable aveuglement humain.<br /> <br /> <br /> Je te salue bien au-delà de ces temps-ci, exactement de là où nous sommes.<br /> <br /> <br />                                                                                   <br /> André<br /> <br /> <br /> <br />