Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La montagne Cohen

Publié le par la freniere

La montagne Cohen

Leonard Cohen ne danse plus sur Boogie Street. Corps fatigué, dos froissé. Lui-même évoque la mort avec son habituel sens de l’ironie. Mais son 14e disque — qui sort vendredi — vient souligner une nouvelle fois la grandeur de l’artiste. Entretien avec son fils, réalisateur de l’album.


Au bout du fil, Adam Cohen parle de son père comme d’un homme « à la fin de sa vie ». Souffrant, confiné à une chaise médicale orthopédique pour l’enregistrement de son dernier disque. Et pourtant : un homme au « sommet de ses pouvoirs », lance-t-il, presque incrédule.

 « Je veux dire par là qu’il n’est pas normal que quelqu’un à ce stade de sa vie et de sa carrière soit autant en commande de ses facultés artistiques, explique Cohen fils depuis Los Angeles. Je pense que c’est ce qui le distingue de ses contemporains. Il parle avec une autorité… »

 Cohen s’arrête, hésite un moment, puis poursuit. « Il parle avec tous les atouts qu’il a gagnés de ses expériences et d’une vie entière. Il parle du sommet de la montagne qu’il a forgée avec ses mains et ses mélodies. Voilà : c’est de là qu’il nous parle, avec la volonté d’être pertinent, avec le courage aussi d’aborder des thèmes qui sont appropriés à son statut et à son âge. »

Sur cette montagne poétique, Leonard Cohen vient donc poser une nouvelle pierre :You Want It Darker, quatorzième album d’une carrière musicale entamée en 1967 avec l’inoubliable Songs of Leonard Cohen (il avait alors 33 ans et cinq livres derrière lui).

 Cycle

 Neuf chansons neuves sur la table : du bonheur pour les fidèles du plus célèbre et respecté des créateurs montréalais. Un disque sombre, crépusculaire à bien des égards, avec de grandes chansons. Un disque majeur, aussi, par ses thèmes (le rapport à la vie, l’amour, la mort, le désir, la religion, la vieillesse — du Cohen pur jus) et par le traitement de ceux-ci.

 « C’est un disque qui prend la vie intérieure et le dialogue intérieur très sérieusement, estime Adam Cohen, 44 ans. Il vole au-dessus des slogans. »

 Le disque vient d’une certaine manière compléter la « trilogie du retour » (après les albums Old Ideas en 2012 et Popular Problems en 2014) de Cohen, un cycle de création à la fois inattendu et particulièrement fécond. Mais il le complète tout en s’en distinguant. Et c’est ce qui, pour Adam Cohen, en fait « le plus remarquable disque »de Leonard Cohen depuis The Future, il y a près de 25 ans.

 Parmi les nuances, on notera le dépouillement des arrangements et le quasi-abandon des choeurs féminins qui traversent les albums de Cohen depuis toujours — cela au profit d’un choeur d’hommes (celui de la chorale de la synagogue montréalaise que fréquentent les Cohen depuis des décennies).

 Mais c’est surtout la maîtrise de sa voix qui en jette. Certes plus basse que jamais — l’homme qui a écrit A Thousand Kisses Deep chante réellement à mille lieues de profondeur —, mais bouleversante de bout en bout.

 Et cela a beaucoup à voir avec les conditions d’enregistrement, soutient Adam Cohen, qui a pris en main la réalisation du disque alors que son père était prêt à abandonner un an de travail pour cause de maux de dos. Cohen fils lui a trouvé cette chaise orthopédique, et c’est ainsi que Cohen père a pu chanter-réciter ses textes.

 « Je lui ai souvent demandé comment il faisait pour nous donner ces prises de voix qui sont comme des chuchotements à l’oreille, mais qui font en même temps trembler le monde entier, dit-il. Il avait une précision et une férocité que je n’avais jamais vues encore. Faire les voix a toujours été difficile pour lui, et voilà qu’il avait cette rapidité, cette précision ? Et sa réponse a toujours été que parce qu’il souffrait et qu’il était immobilisé, il n’y avait rien pour le distraire. Sa concentration était maximale. »

Destin

Plus largement, Adam Cohen évoque un projet « emporté par un vent mystérieux, touché par une grâce, un destin. On ne peut pas orchestrer ce genre d’inspiration ».

Le processus fut « exaltant », dit-il. « On savait que quelque chose de spécial était en train de se passer. J’ai vu mon père, un homme en grande douleur, se lever pour danser en face des haut-parleurs. On a écouté des chansons en boucle comme des adolescents. On a ri, parfois avec l’aide de marijuana médicale… Ce fut une expérience douce et remarquable. »

 D’autant que pour lui, elle signifiait une nouvelle étape dans sa progression au sein de ce qu’il appelle l’« entreprise familiale » — une sorte de Cohen et fils, artisans de chansons. « J’ai commencé tout en bas, très humblement, au premier étage. Là, j’ai l’impression d’être enfin dans la même pièce que mon père, aux étages supérieurs : mon père s’est tourné vers moi pour que je l’aide ; il m’a demandé d’être en dialogue avec sa musique. C’est la première fois qu’il me demande mon avis à ce point. Et c’est très gratifiant. »

 Troisième acte

Difficile de dire si ce sera là le dernier album de Leonard Cohen — le principal intéressé a indiqué cette semaine qu’il travaille sur deux autres projets et aimerait les terminer si sa santé tient le coup. Mais pour Adam Cohen, peu importe : la dernière phase de la carrière de son père (depuis son retour sur scène en 2008) aura été tout simplement magique.

 « C’est une autre différence entre lui et ses contemporains. Ce troisième acte de la vie, dans ce qui est une pièce de théâtre généralement mal écrite pour les êtres humains, est incroyablement bien écrit pour lui. »

 Une forme de politesse, en somme, de la vie envers le poète.

Guillaume Bourgault-Côté Le Devoir

Publié dans Les marcheurs de rêve

Partager cet article

Repost 0

Coluche rencontre Ferré

Publié le par la freniere

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

Saturation

Publié le par la freniere

J'ai écouté, hier soir une émission littéraire, qu'en principe pourtant j'apprécie ! Un cénacle de femmes auteurs n’y échappait pas à l’humeur littéraire ambiante faite de snobisme et de ronds de langage. On était loin des grandes figures féminines de l’écrit ! Les écritures présentées surfaient tellement sur l'intellectualisme que ça en devenait pathétique.

 

Écrire et en parler s’inscrit maintenant, comme l’avancée technologique, dans une fumisterie dangereuse, ostentatoire et vide, qui se racine dans l’esbroufe, l’apprentissage sorcier, la représentation, et un mentalisme froid et élitiste. Sans doute, ailleurs, doit-il rester de vrais écrivants, mais où ? Certainement pas dans la sphère de l’intelligentsia actuelle.

 

On rêve d’entendre la simplicité superbe d'une Maria Borrely, l'humaniste juste d'une Nancy Huston ou d'une Tony Morrison, l'intelligence d'une Emily Dickinson, bref des gens qui sont autre chose que des clones de la pensée des mouvements actuels.

 

Il y a quelque chose de concentrationnaire dans l’expression de ces voix qui se moulent sur un paraître politiquement correct qui veut nous porter à croire que l’institution de la pensée ou de la langue dans l’air du temps doit éliminer la foi profonde du charbonnier et le travail d'humilité de l'écrivain.

 

A dire vrai, je ne supporte même plus les maisons d’éditions qui, pour la plupart et surtout celles dites 'grandes', ont un fonctionnement qui ne se fonde plus sur l'art mais sur le commerce et les copinages dont peu importent les formes. Si on y ajoute l’immense fumisterie des réseaux sociaux, on en arrive à une forme de vie et d'expression minables, corrompues, étroites et invivables, la pensée unique n'est pas loin !

 

Faudra-t-il que ceux qui veulent résister aux régimes délétères ambiants aillent vivre dans les montagnes loin et haut pour échapper à la folie des paraître et des manipulations ? Peut-être !

 

Ile Eniger

 

Publié dans Ile Eniger

Partager cet article

Repost 0

Scribulations

Publié le par la freniere

Scribulations

Vous pouvez acheter Scribulations sur Facebook 

https://www.facebook.com/Scribulations/app/251458316228/

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

Aphorisme du jour

Publié le par la freniere

Où l'enfant voit plus grand, le vieillard voit trop tard.

 

Publié dans Aphorisme du jour

Partager cet article

Repost 0

Le petit garçon blond

Publié le par la freniere

Sur la terrasse 
le petit garçon blond 
aux dents blanches 
est un tueur.

Le petit garçon blond 
(son père est un grand 
garçon blond américain) 
sort son fusil à l’eau & 
tire sur tous les passants 
qui meurent 
en priant

leurs mains fermement
serrées sur leurs
portefeuilles.

 

©Patrice Desbiens

Publié dans Patrice Desbiens

Partager cet article

Repost 0

Pierre Autin-Grenier

Publié le par la freniere

Pierre Autin-Grenier

Tout bientôt dans la collection Pleine Lune.
Format 14 x 16 cm. 104 pages sur papier bouffant sous une couverture Gmund tactile blanc.

Partager cet article

Repost 0

Bien après l'été

Publié le par la freniere

Rien au jardin
Pour entretenir la flamme
Sinon les brins de bruyère 
Qui brillent de blancheur
Dans la lumière de fin d’après midi

 

Dans la bibliothèque chargée d’écriture
Les vieux livres enflent
À cause de l’humidité

 

Dans le blanc des mots
Le grains de silence
Ne germent que l’hiver

 

 Christiane Loubier

 

Publié dans Poésie du monde

Partager cet article

Repost 0

Une montagne

Publié le par la freniere

Une montagne

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

Alanis Obomsawin remporte le prix Albert-Tessier 2016

Publié le par la freniere

Alanis Obomsawin remporte le prix Albert-Tessier 2016

En plus de vous inviter à la projection de We Can't Make The Same Mistake Twice aux RIDM, on vous propose également cette liste de lecture, qui inclut des oeuvres marquantes réalisées par la réalisatrice au sein de l'ONF dans les 40 dernières années, faisant partie d'un parcours artistique engagé, rigoureux, et nécessaire. 

Publié dans Les marcheurs de rêve

Partager cet article

Repost 0