Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au dos des habitudes

C'est un après-midi où elle attend ce qu'elle n'attend plus. Elle est ainsi, au dos des habitudes. Une capucine ou un chat, ou un soleil, un beau soleil fort qui balance sa musique. Elle est seule, va ouvrir et refermer la boîte aux lettres. Les gens...

Lire la suite

L'ambre sur la fenêtre

Je suis assis à la fenêtre, j’écris le cahier est ouvert dehors il neige comme des abeilles affolées tu dors j’écris en chuchotant les mots pour ne pas te réveiller de temps en temps je me retourne et je te regarde dormir, les cheveux couverts d’oiseaux...

Lire la suite

In memoriam Federico Garcia Lorca

Imagine dos au rocher l’aube épaulant son fusil et le cran de mire juste ce qu’il faut de soleil blafard pour le coup précis et la mort exacte puis très vite comme déboulant d’une ravine le cabri noir de la peur et dans les yeux goulus de l’homme à bout...

Lire la suite

L'épiphanie dans le front

L'épiphanie dans le front

Érika Soucy fouille la terre durcie pour en extirper des moments de vie scultés par les paysages isolés, le frette du frette le quotidien au chômage ou en pension. Que de la grosse réalité qui ne se camouffle nulle part parce que nulle part où se cacher....

Lire la suite

Parmi les fleurs qui aboient

Parmi les fleurs qui aboient, l’homme se met à japper. Je cherche des galets dans le plus mou des ombres, des étoiles dans le jour, un murmure d’enfant dans le bruit des klaxons, une simple caresse aux bras du balancier, une berceuse fragile dans le jargon...

Lire la suite

Gaston Criel

Gaston Criel

1913-1990 Il reçoit une éducation laïque et travaille comme employé de bureau, vendeur, représentant et étalagiste. Il devient secrétaire à la section de littérature contemporaine de l’exposition du Progrès Social 1939. Il fonde le cercle « Pour la poésie...

Lire la suite

Italia me amore

Ils m’ont jeté hors de ma maison, ils m’ont lancé à gauche et à droite, d’une chambre à une autre, d’un pays à un autre. Ils ont changé mon nom, ils ont coupé les boucles de mes cheveux. Ils ont ri de moi parce que je ne m’habillais pas comme eux, parce...

Lire la suite

Jean-Pierre Martinet

Jean-Pierre Martinet

J’ai lu La Somnolence dès que possible, c’est-à-dire à parution. Le roman publié en 1975 par Jean-Jacques Pauvert était à la hauteur de mes attentes, celles que récompensent généralement les romans d’Hubert Haddad, d'Yves Elléouët ou les récits d’Yves...

Lire la suite