Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ils ont dit

Partout le chaos traîne ses dents longues. La propension d'egos surchauffés installe ses tentacules. Ils savent : tenir un crayon, un pinceau, trois notes, un burin, et les voilà courant, sautant, harcelant, regardez-moi, je suis. La virtualité ajoute...

Lire la suite

Je crie, j'écris, je décris

Je ne suis pas accoutumé à me retrouver devant l'une de mes grandes feuilles de notaire, mon stylo-feutre à la main, pointé vers le ciel plutôt que vers le papier. C'est que je ne trouve pas quoi dire, surtout pas pourquoi, à l'âge de 14 ans, j'ai décidé...

Lire la suite

Les secondes frissonnent

L’hiver arrive toujours trop vite avec ses pieds plats comme des raquettes, ses grosses bottes de feutre, ses yeux coupants comme la glace, ses mitaines à poêle rembourrées d’espérance. Les cabanes à sève s’emmitouflent d’écorce. Les canards lèvent le...

Lire la suite

Hommage au monument VLB

Au moment d'entreprendre la réédition de ses Œuvres complètes, Victor-Lévy Beaulieu fixa le tirage à 666 exemplaires parce que tel était, selon lui, le nombre de vrais lecteurs ou acquéreurs sur lesquels il pouvait compter au Québec. À une journaliste...

Lire la suite

Sens

Mon je est juste. Confiée à sa marche, je le suis. De là où il est à là où il va, je lui prête confiance. Porteur de parole il l'active, jamais ne l'adapte. Les livres s'éteindront, les mots tairont leurs parades, les discours montreront des fêlures,...

Lire la suite

Tout recommence

Tout recommence sans jamais être pareil. Un oiseau appuie sa gorge sur la paille pour arrondir son nid. La brume se soulève et cache l’horizon. Le foin, peu à peu, se transforme en neige, le lac en pont de glace. Penchée sur son cahier, la pluie s’applique...

Lire la suite

Ils ont dit

La tenue de camouflage des militaires est toujours approximative. Soyons honnêtes, nous distinguons sans trop de difficulté l’individu qui la porte. J’ai donc soumis à l’Armée un moyen imparable de faire disparaître ses hommes pour de bon : supprimer...

Lire la suite

Sur la touche

Rattrapée par les balles des souvenirs, les fragments de vie à implosion retardée, je ne peux plus courir, plus m'échapper, plus même me retenir aux piliers où s'agrippent les autres. Je suis sur un terrain mouvant, chaque pas pondéré. Autour de moi,...

Lire la suite