Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Plus lourd

L’eau du lac se soulève comme la poitrine d’un dormeur. Le ciel est d’un rose sale, assez pour éclairer de biais les choses qui sont laides. On ne voit pas les autres. L’harmonie a disparue dans les quasars. Je ne peux plus écrire. Un vent d’incohérence...

Lire la suite

En écoutant Erik Satie

En écoutant Erik Satie

écoutant Eric Satie un disque que je ne connaissais pas « œuvres mystiques » je me dis qu’il faudrait vérifier si Thelonious Monk connaissait et appréciait Eric Satie peut être est-ce le mot « mystique » qui m’a fait glisser de Satie à Thelonious le «...

Lire la suite

Te Deum

Ce ne sont pas des victoires que je chante, je n’en ai pas, mais le soleil qui brille pour tous, la brise, les largesses du printemps. Non la victoire, mais le travail quotidien accompli du mieux que je pouvais : non un siège sur l’estrade, mais à la...

Lire la suite

La boite à mots

Il manque toujours une marche à l’escalier du cœur, une pièce au puzzle, une table dressée dans les trous de mémoire. L’endroit d’où l’on écrit n’a pas d’espace. Je ne vis pas dans le temps. Chez moi, aucune horloge n’a la même heure. Ma montre avance...

Lire la suite

La cafétéria du Pentagone

La cafétéria du Pentagone

Vient de paraître aux éditions Mémoire d’encrier l’ouvrage de poésie La cafétéria du Pentagone, 33e titre de la collection. La cafétéria du Pentagone, suite de textes, « Jaguar et caribou », « Ciel ouvert », « La cafétéria du Pentagone », constitue le...

Lire la suite

Jusqu'ici

Jusqu'ici on se fout des saisons et des arbres en fleurs. Les veines pâles de l'aube dessinent dans le ciel des pièges aussi cruels que des toiles d'araignées. Les avions s'en approchent et on ne les voit plus. Peut-être restent-il piégés là, à attendre...

Lire la suite

Comme une eau claire

Je ne prends pas le temps d’écrire; je vais tout de suite au bout de la phrase. Certains mots s’accrochent à la vie. Ils sont comme des clous dans le bois des pensées. Ils rouillent et laissent des traces sur la chair des planches, des traînées noires...

Lire la suite

Entre deux portes

L’homme qui sait voler garde une aile coincée entre deux portes. Il bat de l’autre en vain en agitant sa langue. On se moque de lui comme d’un fou de village. Il sait pourtant les mots qui affrontent le vent, le souffle des orages et l’œil du cyclone....

Lire la suite