Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Celle qui manque

Celle qui manque

Aux Éditions Asphodèle, ou chez l'auteur, un petit livre qui en dit long ! «L'écriture de Cathy Garcia se passe des stratégies du joli langagier pour offrir un cri brut et personnel qui en dit plus que tous les ronds de jambes inutiles. C'est un grand...

Lire la suite

Entre deux pages

J e suis parti à la recherche de mon enfance. Mes gants de laine troués laissent passer la neige. Ma mère n’est plus là pour les raccommoder et remmailler mes yeux. Le givre s’est posé sur la vitre du cœur. À McMasterville, même la CIL a disparu. Des...

Lire la suite

Dans le chaos du monde

De tous les cœurs brisés restera-t-il du sang, une épine à la rose, un peu d’eau pour la soif ? Restera-t-il un doigt de tous les bras coupés, un peu de mots vivants parmi les langues de bois ? Restera-t-il un nom sous tant de matricules, un seul homme...

Lire la suite

On naît avec la peur

On naît avec la peur aux tripes. On a peur des atomes, des trous noirs, des ouï-dire, des dieux, des adieux. On a peur des enfants par peur d’être vieux. On ne donne plus la main par peur des microbes. On n’ose pas sourire par peur d’être mal vus. On...

Lire la suite

Quel amour ?

rien ni fleuve ni musique ni bête rien ne me consolera jamais de la misère du sang versé par les hommes de la tristesse des enfants de la faiblesse des mères ni fleur ni mort ni soleil autour de nous la ville succombe à l’attrait de la mort une mort à...

Lire la suite

Les tessons du verbe

J e ferme la fenêtre et regarde le froid. La neige est illisible. Il faut attendre le printemps pour déchiffrer ses mots. Je me demande où passe la lumière quand je ferme les yeux. J’ai la tête pleine de la rumeur du monde mais je n’ai à donner que ma...

Lire la suite

Un photographe...

Un photographe d’art de mes amis, excellent physionomiste de surcroît, me fait remarquer tout à coup, à mon grand effroi doublé d’amusement, que la plupart des gens ne possèdent pas vraiment de tête à eux. Ils exhibent souvent à sa place une double nuque,...

Lire la suite

S.O.S. (Québec)

à Harouna Oumarou Ibrahim Tous ces S.O.S. si sombres soient-ils ces silences suspendus pour faire sécher le sang je les entends, je les tremble et le cœur torturé je les trempe dans l’encre pour le peu que je crois tous ces S.O.S. derrière flammes et...

Lire la suite

Sur la paille des yeux

à Ile Eniger Y aurait-il une parole unique dont chaque vie serait l’écho ? Quand les légumes ont soif, j’entends souffrir la terre. Il faut remettre en route chaque atome, faire éclore des images sur la paille des yeux, aller plus loin que ses bras. Le...

Lire la suite