Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Main d'oeuvre (Québec)

La main saigne au cœur du faire la main traverse l'épreuve la main signe à l'encre noire et creuse sa ligne de vie sur le cuivre verni. Main de gloire couronnée d'agates main de taille et de coupe main de cisaille et de burin main de berceau main de plomb...

Lire la suite

Il y a toujours

Il y a des hommes sur la terre qui se demandent où aller. Il y a toujours des enfants qui rient, des enfants qui pleurent, des femmes qui ont faim, des hommes qui ont soif. Il y a des hommes qui crèvent la baudruche des rêves. Il y a des marionnettes...

Lire la suite

Les chemins du fric (France)

ou le Michelin doré des sentes de placement. L’argent va à l’argent comme la vache au taureau quand il paît tranquille dans son pré cachant bien ses glandes et son faux air d’inséminateur artificiel. L’argent va à l’argent dans la ligne directe des notaires...

Lire la suite

Dans la nuit

La lune sourit aux commissures du ciel. J’avance dans la nuit en boxant des fantômes. Je suis resté ce gosse inapte à la routine, sautant de flaque en flaque en essayant de voler. Je fouille de mes doigts l’intimité de la terre cherchant le feu du chant...

Lire la suite

Bernard Dimey

Bernard Dimey

Bernard Dimey est né, un 16 juillet en 1931, à Nogent-en-Bassigny (maintenant Nogent tout court) dans la Haute-Marne. Il commence à faire de la radio, puis écrit dans la revue "Esprit". Il s'intéresse à la peinture (sous le nom de Zelter) et s'installe...

Lire la suite

Le français

pour nos amis québécois Moi qui vis à Paris depuis plus de vingt ans, Qui suis né quelque part au coeur de la Champagne, Jusqu'à ces temps derniers je m'estimais content, Mais tout est bien fini, la panique me gagne. Quand je lève mes yeux sur les murs...

Lire la suite

Paroles indiennes

Quand le dernier arbre aura été coupé Quand la dernière rivière aura été empoisonnée Quand le dernier poisson aura été attrapé, Seulement alors, l'Homme se rendra compte que l'argent ne se mange pas... Prophétie indienne

Lire la suite

Dans un cahier vivant

J’écris pour l’inconnu qu’on heurte dans la rue. Au seuil de l’horizon j’ai rompu les amarres, remis le miel aux fleurs, l’idée hors de sa cage et l’oiseau dans son œuf. Mon cœur tapi dans un cahier bat d’un sang d’encre bleue. Les lettres du mot pain...

Lire la suite

Pour en finir avec la mort (extrait)

(…) Après tant de mots lus, après tant de mots dits, sous ma peau de vieil homme je ne suis qu’une ébauche. Nous ne vivons jamais que le temps qu’un feu brûle, que l’été d’un bourgeon dans l’arbre qui le porte. Dans l’espace ou le temps ne serais-je toujours...

Lire la suite