Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Aphorisme du jour

Publié le par la freniere

Je préfère aimer d’arrache-cœur

que travailler d’arrache-pied,

vivre d’amour que mourir d’ennui.

Publié dans Aphorisme du jour

Partager cet article

Repost 0

Une part d'étincelles

Publié le par la freniere

Il faisait très froid sur le fleuve

Un cargo rouge

Avançait lentement.

La dérive des glaces était comme un signal.

Ou comme une prière

 

J'ai perdu le chemin par où je suis venu

et vous avez disparu peu à peu

comme un très léger refrain

qui lentement s'efface

et finit par s'éteindre

sur les lèvres du passé.

 

La douce morsure des arbres montait avec l'hiver

et j'avais à nouveau perdu la mémoire de mon âge

en murmurant la longue litanie

des villages entrevus

J'ai entendu les heures se froisser une à une

avec un soupir d'aile.

Un soleil froid fondait doucement

dans la glace du fleuve, sur la rive duquel j'aurai aimé vous voir courir

quand vous étiez enfant.

 

Jean-Pierre Spilmont

Publié dans Poésie du monde

Partager cet article

Repost 0

La même histoire

Publié le par la freniere

Le vent chante,

l’eau coule.

La vie court,

la mort vient.

Les années passent,

les siècles,

les millénaires.

Le temps change.

 

La même histoire d’amour

recommence le monde.

 

Jean-Marc La Frenière

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost 0

Recommencements

Publié le par la freniere

Recommencements

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

Épilogue

Publié le par la freniere

Nous résistons aux principes

Nous résistons à l’élasticité

Nous résistons à l’invincible et à l’inévitable

Nous résistons à la séduction de ceux qui ont tout perdu

et à la flatterie de ceux qui croient posséder le monde

Nous résistons à l’idée d’un emploi assuré

Nous résistons à la grande marche de l’acquiescement

et à la poésie parrainée

Nous résistons à l’idée que plus personne

ne dessine au crayon de plomb

Nous résistons à l’idée qu’il nous faut un public

payant pour écrire une chanson

Nous ne croyons pas qu’il faille une réponse

à toutes les questions

Nous résistons à l’espérance d’un avenir meilleur

Nous résistons aux conseils de prudence

Nous ne croyons pas que la vie est simple après tout

Nous résistons à toute sensation de fatigue

 

Michel X Côté

 

Publié dans Poésie du monde

Partager cet article

Repost 0

Chez Boris Vian

Publié le par la freniere

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

Toundra

Publié le par la freniere

Toundra de monstres dans les Torngats, sur la crête des montagnes nues comme dans le bouillon des cataractes roulant jusqu’au Grand Sud, là où toute neige fond toujours un peu trop vite

Toundra où les héros se suicident, appelés par un au-delà de troupeaux de phoques annelés et d’umimmaq en rut, alors que des goélands placides tournent et tournent autour d’arcs-en-ciel printaniers, attendant la désintégration des glaciels répandus entre les îles Mansel et Akpatok

Des morses aux longues dents donnent aux touristes en mal d’exotisme leurs plus belles défenses transformées en colifichets

Des armées d’ombles arctiques fouillent les eaux du détroit d’Hudson à la recherche d’uviluq et de bancs de crevettes

Et que disent donc les Inuits à propos de la toundra qui les nourrit nuit après nuit

Considèrent-ils comme valide la solution finale d’un grand suicide collectif avec en prime un tsunami-catastrophe

Ou gardent-ils foi en la puissance de guérison de cette toundra de pierres 
rondes, de nirliit envoûtants, de tremblements sanguins et d’accouchements d’humains résilients capables de giguer tout en kayakant


 

Jean Désy

 

Publié dans Poésie du monde

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Est-ce que l'écrivant est prêt à être seul ? Seul, sans retour d'ascenseur, sans réconfort de groupe, sans consolation d'écho, sans rallier la nébuleuse des rassurants effets miroirs ? Seul, dans l'intégrité de sa voix nue hésitant sur le chemin inconfortable. Seul sans caution magique. Seul dans l'ombre immense. Avec pour seul recours, cette étoile abstraite dont il ne connaît pas le nom et qui, un jour, l'a appelé par le sien.

 

Ile Eniger

 

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Aphorisme du jour

Publié le par la freniere

Celui qui tient une arme ne tient pas la charrue.

Celui qui tient la caisse ne tient pas ses promesses.

Celui qui tient la porte n'est pas celui qui part.

 

Publié dans Aphorisme du jour

Partager cet article

Repost 0

Lettre à Louis

Publié le par la freniere

A mon fils Louis, né le 14 juillet 2006

Le jour et la nuit ont changé d’horloge. Le temps de ma vie bat dans le tien.
Ta vie à petits bruits. Tes soucis de lait. Ton front qui se plisse. Tes façons comiques de Bouddha sévère. Ton savoir, ta sagesse immense. Et cette moue sans appel qui se moque des affaires publiques.
Ta tête de porcelaine, si petite et si lourde au creux de mon bras gauche. Tes yeux encore emplis de nuit. Qui cherchent et qui s’étonnent.
A l’affût d’un cri, je tiens ton sommeil contre moi. J’aime ce pouvoir dont je dispose de calmer tes pleurs.
Ton poing de colère parfois serré si blanc. Tes matchs de boxe, tes trépignements.
Le chant du biberon. Tes tétées goulues. Ton bonheur de bulles et de gloussements. Tes gazouillis et tes crottes d’or. Ton odeur de bébé tout neuf. Tes sourires aux anges et tes petits pets.
Voici le monde et le jardin : des couleurs, des fruits et des fleurs !
Nous avons commencé notre conversation future : tous les mots sont pour toi.

Jean-Michel Maulpoix

Publié dans Poésie du monde

Partager cet article

Repost 0