Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

andre laude

Je suis un mensonge qui dit la vérité

«Je suis un mensonge qui dit la vérité»: je n’ai jamais vraiment aimé le poète bricoleur d’Orphée et du Sang d’un poète. Pourtant, cet aveu qu’il jeta un jour n’a cessé de m’occuper, de me hanter. Qu’est-ce qui est vrai, qu’est-ce qui est faux? Qu’importe...

Lire la suite

Il est des jours

Il est des jours où l’on aimerait bien attraper son destin par la queue. Mais nos pauvres doigts tout rongés d’impuissance ne peuvent que saisir les pages du journal où défilent, à grandes coulées de lettres noires, les fabulations d’un monde pathologique....

Lire la suite

Plus que jamais la poésie est urgente

Plus que jamais la poésie est urgente. Vitale comme le pain et le vin. Nécessaire comme la pluie et le soleil, les néons et les nuits polaires. À l’heure où s’effondre définitivement le rêve révolutionnaire nourri d’octobre 17, à l’heure où l’abjecte...

Lire la suite

Une présence brûlante

C’est une présence brûlante que je nomme dans la fleur d’eau qui tremble entre les feuilles dans l’acier rigide du pont dans la pomme L’agenouillement du soleil au bord du fleuve C’est une présence brûlante que je nomme quand s’avance puissant comme une...

Lire la suite

L'oiseleur désenchanté

L'oiseleur désenchanté

Chers amis, nous célébrons cette année le poète André Laude qui nous a quitté en 1995, à la veille de la clôture du marché de la poésie qu'il ne manquait jamais et dont il fut lr grand absent en cette année 2015. Je vous prie de bien vouloir corriger...

Lire la suite

Une fleur parmi les ruines

Le petit homme gris a tout envahi Il prolifère vermine inexpugnable Le petit homme dicte la loi Poisson froid singe hurleur je le croise partout sous divers masques Il a tué ma joie mon rire d'enfant Il a brisé mes élans purs vers les hauteurs là où l'on...

Lire la suite

En coup de vent

La vie passe en coup de vent et puis le silence reprend règne les herbes frémissent. Peut-être qu’elles saignent au-dedans comme ces hommes qui reviennent des champs un peu plus vieux qu’au matin un peu plus absents d’eux-mêmes sans mémoire et sans poème....

Lire la suite

Vers le matin des cerises

Ce serait une joie d'écrire sur la neige un premier chant d'amour quelque chose comme "tes seins sont deux villes pleines de rumeurs et tes lèvres indiquent la route du pays des œillets fiévreux..." Ce serait une joie de s'attarder sur la neige d'écouter...

Lire la suite

La Constellation du Fils

Fils viens jusqu’à moi que je t’apprenne les formes innombrables de la terre la chanson du sang dans les artères l’adieu déchirant de la mer au soleil mouchoir à la surface du soir Fils viens jusqu’à moi me tuer de baisers d’or humide dans la prison de...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>