Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1007 articles avec glanures

La part des nuages

Publié le par la freniere

On dirait que ça serait un roman. Parce que c’est écrit sur la couverture. Mais pas un roman façon gros bouquin à la Balzac ou Flaubert ou Proust. Plutôt un roman façon Brautigan, qui n’a jamais vraiment écrit de roman  en fait. On devrait dire, ça serait beaucoup mieux : « une histoire ». Alors c’est l’histoire d’un homme de 37 ans.  Il a passé de 4 ans l’âge des crucifictions  et de 7 celui des rockeurs fauchés dans la fleur de l’âge.  Il se sent vieux. Il ne voudrait pas vieillir. Il résiste mal. Il se laisse aller. Il laisse aller. Sa femme dont il a divorcé. Son boulot merdique. L’entretien même sommaire de la maison. Ca lui pèse tout ça, ça le crucifie : plein de petits clous dans les mains et dans le cœur. Il pourrait bien se laisser mourir, on le sent, il pourrait se donner la mort, comme un rockeur de 27 ans. Se laisser couler.  Fin de l’histoire « this is the end, my beautiful end …. ». Mais il peut pas. A cause de Noé. Noé son chtiot gamin. Un peu aussi à cause d’Odile. Odile, une très vieille amie. Odile la tortue. L’enfant Noé c’est son arche dans le déluge. La fameuse arche d’ailleurs savez vous que ça n’était pas un  bateau, mais une sorte de très grosse boite. Un grand coffre-cabane en quelque sorte. Joseph  - c’est son nom à l’homme de 37 ans, à l’homme las -  il s’en est construit une de cabane, dans son jardin, dans un arbre. Il s’y réfugie. S’y terre comme un animal traqué. Avec des BD de son enfance : Rahan le superhéros préhistorique. Joseph (rappelez vous : c’est aussi, dans une autre histoire, une espèce de roman là encore,  le nom du père du crucifié à 33 ans) de sa cabane il regarde le monde s’agiter dans ses alentours et il pense : «ça ne me concerne pas ». il se rendort. Ou il fume des cigares et picole un peu.  Ou il regarde les nuages, « les merveilleux nuages »  qu’il aime beaucoup. Comme dans le poème de Baudelaire il se sent « étranger » au monde. Il ne parle plus la langue commune. Ne sait plus. N’a plus envie. Parfois il sort. Le monde à ses alentours alors le blesse, c’est tout en angles, en trucs pointus le monde. Il se cogne dedans. Ca n’apaise pas toutes les petites blessures de tous les petits clous qu’il a de planter partout, dans les mains, dans le cœur.  Mais une fois, en sortant, il fait une rencontre : un clodo  ex charpentier (Joseph aussi était charpentier, pas l’homme plein de petits clous, le père du crucifié à 33 ans).  Il s’appelle Robinson « chouette encore un naufrage » pense Joseph.  Avec Robinson, en pleine nuit il va grimper au sommet d’une église et regarder le monde de tout en haut. Presque à hauteur des nuages. Ca va le requinquer. De naufragé il était devenu gabier de grande hune : ça lui a fait souffler un air vivifiant dans la tête. On dirait qu’à la fin de l’histoire Joseph il irait mieux. Oh rien de spectaculaire façon happy end en technicolor avec violons et gros bisou baveux. Mais oui Joseph il ira mieux, il verra que « dehors est immense »  (moins coincé sans doute dans « l’espace du dedans », sorti de lui-même, décloué de ses croix) et « dans la vitre son reflet rit ».

 

Roger Lahu

 

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

Loin du marketing

Publié le par la freniere

Prix
Loin du marketing
Sixième édition

 

Comme son nom l’indique, le prix Loin du marketing est voué à honorer un écrivain dont les éditeurs n’ont pas les moyens de se payer placards en chêne dans la presse pipeule, attachées de presse aux jolies menottes, cocktails aux tam-tams et diners de connivence, renvois d’ascenseurs et de monte-charges, et, donc,ont peu de chances de voir leurs livres chroniqués dans les médias, et moins encore d’être invités par les bonimenteurs des radios et télés, pas plus que d’intéresser la plupart des libraires l’œil scotché sur le compteur des « meilleures ventes » et contraints de « faire du chiffre » pour payer le loyer.

 

Le prix Loin du marketing est donc voué à honorer un écrivain qui n’a pas bénéficié des stratégies conçues pour que ça marche et qui ne peut compter que sur la qualité de ses écrits pour qu’on s’y intéresse.

Le prix Loin du marketing sera décerné chaque année le 15 août pendant le sommeil des commerciaux.

Le prix Loin du marketing est un prix strictement honorifique. Son lauréat sera au mieux gratifié d’une bonne bouffe arrosée à sa convenance s’il s’aventure jusqu’à Saint Nazaire. Sa seule récompense sera de pouvoir dire : c’est moi qui l’ai mérité !

 

Le sixième prix Loin du marketing a été attribué le 15 août 2014
 à Jacques Josse pour l’ensemble de son œuvre.

 

Jacques Josse aime les poètes et les buveurs de bière. Mais, si ses livres ont un lectorat, ce n’est pas parce que le marketing les a fait mousser. Cette reconnaissance, d’ailleurs peu tapageuse, doit tout à la qualité de ses textes. Poète et romancier,Jacques Josse a écrit tranquillement quelques uns des livres les plus touchants de ces trente dernières années. Une confrérie de lecteurs s’en régale, la choppe à la main, et le nez sur le granit breton qu’il sait si bien évoquer quand le souffle rugueux du vent y pousse les vagues et que les pluies salées arrosent les hommes qui tanguent fort à la sortie des bars.De ces Habitués des courants d’air, Josse a su dire toutes les fêlures comme les maigres joies, dans une langue simple sans être simpliste qui porte l’émotion comme le coude lève le verre.
Son œuvre est aussi habitée de livres comme un havre accueille les bateaux : Des livres ayant auparavant pris soin d’érafler les bordures des trottoirs, des livres aux mots extirpés par pincées de flaques sales (…) où plusieurs éclopés de l’âme ne cessaient de tirailler, d’étirer, de déconstruire de réinventer une langue qu’ils savaient malléable à souhait. Fondateur,par ailleurs, des éditions Wigwam où, pendant 19 ans, il a« hébergé les indiens de la littérature », Jacques Josse a également été directeur de la Maison de la poésie de Rennes. 

 

C’est donc, à tous points de vue, un solide « passeur » que le prix Loin du marketing se plait à saluer.

 

Gérard Lambert-Ullmann

 

 

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

Ne rien voir, ne rien savoir, ne rien penser, seulement dépenser

Publié le par la freniere

10006468_10152057619157861_239254964_n.jpg

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

Je m'énarve

Publié le par la freniere

OK! J'm'énarve! Je crie : Chou! Mettons que l'avocat mur à mur Moreau qui se promène sur toutes les tribunes claironnant sa « fosse » ouverture, je ne lui ferais pas garder mon chien! Pis la madame qui s'occupe de la police, elle est où, là? Pis la police de Montréal qui rit dans sa barbe, c'est une honte, mais pas juste depuis hier soir! Pis la bataille des pensions de retraite pour tous, ben tabarnouche, ça manque d'universalité et d'élégance et de dialogue! Ça m'est arrivé de faire le cave, le grabuge, alors la colère des autres...!!! Mais c’est pas une excuse! Pis le coq à vif de Québec qui a le populisme plus gros que la panse et l’antisyndicalisme dégoûtant, il s'en vient, imaginez, témoigner! Ayoye! Vive les Mordiques! Pis vlà le Premier qui sort de sa réserve pour condamner le diabolique, évidemment, mais ne trouve rien de mieux que de remonter au principe, relativisant du coup la réalité du poivre de cayenne et les coups de bâton aux étudiants au moindre éternuement, de l'autre côté l'aveuglement volontaire du corporatisme baveux... Oui, d’accord, il y a pire dans le monde sur le matelas de la lutte des classes, mais il y a des soirs où le ciel de Québec m'énarve en sacrament! Mauvais acteurs! Mauvais auteurs de troubles!

 

Jacques Desmarais

 

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

Les Zappalaches

Publié le par la freniere

Zappalaches--2-.jpg

Ils seront à Irlande, dimanche midi.

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

L'éolien, un mal chronique

Publié le par la freniere

Troisième demande de hausse en trois ans par HQ devant la Régie de l'énergie pour compenser les pertes de l'éolien. 

 

Malgré la présence de trois médecins poids lourds versés dans le diagnostic de diverses pathologies il semble que personne au gouvernement n'a le courage de mettre le doigt sur le bobo et d'arrêter l'hémorragie qui saigne les consommateurs québécois. Le cancer éolien a encore de belles années devant lui parce que les 130 lobbyistes de l'éolien bien organisés, bien formés et bien informés ont beaucoup plus de pouvoir que les 125 députés et ministres de l'Assemblée nationale, mal organisés et peu informés, qui confondent depuis longtemps l'intérêt collectif avec celui des multinationales. Ceux qui ont tendance à s'écarter de la ligne de parti sont vite ramenés dans les ornières de la pensée unique libérale.

Cet été Arcand (qui n'est pas médecin mais gestionnaire professionnel) a confié à l'industrie éolienne le soin de dicter au gouvernement la stratégie énergétique à adopter pour assurer sa survie et, ...nos pertes. 

Voilà la ligne de parti officielle.

 

Claude Charron

 

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

La paix, maintenant

Publié le par la freniere

Partout dans le monde, intellectuels et artistes se mobilisent en très grand nombre (même en Israël) pour dénoncer le massacre à bout portant des palestiniens et faire cesser cette sale guerre. Israël a été officiellement déclaré état terroriste non grata par le président bolivien Evo Morales. Les palestiniens n'ont fait qu'exiger la fin du blocus et la mise en oeuvre d'un État de droit qui leur a toujours été refusé depuis la Nakba de 1948. Ont-ils torts? Il est vrai que les premiers résistants français étaient accusés d'être des terroristes soviétiques par les pouvoirs publiques de notre pays alors à genoux, sous prétexte qu'ils étaient des communistes. En France dans un premier temps, le président Hollande et son gouvernement ont apporté un soutien sans faille à Israël, mais au vu de la gravité insoutenable des événements récents, il semblerait qu'une marche arrière, certes encore balbutiante, ait été amorcée. En France le monde de la culture est, jusqu'à présent, resté on ne saurait plus discret malgré et ne s'est pour ainsi dire pas manifesté pour dénoncer le caractère d'ordre criminel des événements en cours. Quant à nos vénérables poètes français toujours en première ligne dès qu'il est question de résistance, où se planquent-ils maintenant ? Sur les sites français de références de la poésie, rien ! Absolument aucune voix ne s'élève ne serait-ce que pour soutenir nos frères et soeurs poètes palestiniens au milieu de leur peuple sous les bombes, aucune allusion même à l'engagement - a minima - qui devrait pourtant être celui de tous les poètes sans exception en un temps géocidaire. Après coup, une fois la comptabilité définitive des morts achevée, ils auront beau jeu nos hérauts académiques à pérorer et à étaler théories et éxégèses sur l'oeuvre des Char, des Beckett, Éluard, Aragon, Desnos, Peret, Césaire, Sénac, ... La vitrine internet de La Maison de la Poésie annonce une performance poétique à hauts risques du second couteau M.. Houellebecq. Les petites affaires continuent comme avant, scrupuleusement, d'un festival à l'autre, c'est l'été, les grandes vacances miraculeuses de l'été. Et puisque Mahmoud Darwich s'en est allé dans les contrées mythiques des Immortels, la Palestine n'a plus guère d'autres raison d'être que de figurer dans des anthologies surannées. Quelle honte et quel exemple pour les jeunes générations en perte de repères solidaires. Depuis vingt ans et plus, la poésie n'a eu de cesse de s'abstraire des réalités oppressantes que nos sociétés font peser, avec force propagande, sur l'ensemble des populations complètement envoûtées par le rythme infernal de l'économie spectaculaire. Lorsque les feux de la révolte s'éteignent, le déshonneur des poètes finit par se fondre dans l'obscur. 

 

André Chenet


429350_2439538723754_251832542_n.jpg

 

 

Cette indifférence, cette insensibilité des gouvernants comme des gouvernés rappelle douloureusement la révolte du ghetto de Varsovie en avril 1943 dont un des chefs, Samuel Zygielbojm, écrivait avant de se suicider « La responsabilité du crime… incombe en premier lieu aux fauteurs du massacre, mais elle pèse indirectement sur l’humanité entière, sur les peuples et les gouvernements des nations alliées qui n’ont, jusqu’ici, entrepris aucune action concrète pour arrêter ce crime… Par ma mort, je voudrais, protester contre la passivité d’un monde qui assiste à l’extermination du peuple juif et l’admet. ». 

 

Xavière Jardes

 

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

Ferme d'autrefois

Publié le par la freniere

Le Festival du Patrimoine Rural qui se tiendra sur le site fabuleux de la Ferme d’Autrefois créée par Gilles Baril, 87, Rang 11 de Plessisville, propose une programmation diversifiée, gourmande et festive.

 

Elle soulignera la richesse du patrimoine agricole de notre territoire et proposera un moment pour apprécier le travail et les tâches effectués par nos ancêtres. Cet événement permettra de voir à l'oeuvre agriculteurs et artisans compétitionnant pour le meilleur laboureur. Il sera aussi possible de rentrer en contact avec l'ingéniosité des transformateurs de la terre grâce à l'ouverture du Musée Gilles Baril, dépositaire d'un trésor de machineries/accessoires/ inventions, conservé et accumulé par M. Baril par amour pour le métier d'agriculteur.

 

C’est aussi une manière de souligner et d'honorer la mémoire de ce grand bâtisseur, selon le souhait de sa famille. À cette occasion, la Fête des Moissons de St-Maurice, réputée pour son animation historique mettant en valeur les outils et instruments agricoles de nos ancêtres, s’est associée à cet événement.

 

De nombreuses activités s’inspirant des thèmes suivants sont proposées: les chevaux aux champs, les artisans des vieux métiers et le folklore régional. Le Comité organisateur a aussi pensé mettre en valeur des produits alimentaires s’inspirant de la tradition culinaire de nos pères et mères.

 

Ce premier événement doit assurer la mise en place d’éléments et activités capables, dans les années qui viennent, de garantir une suite permettant de continuer à révéler des aspects peu connus de notre histoire et de ses trésors.

.

pour information10419045_261119010746068_2071870708366406192_n.jpg

Jean-Pierre Baril, agriculteur

819-291-2707

Normand Bourque, agriculteur

pour le Comité d'organisation

FESTIVAL DU PATRIMOINE RURAL

Ferme d'autrefois

87 Rang 11, Plessisville, G6L 1R7

 

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

Vous n'aimez pas Israël

Publié le par la freniere

À tous ceux et celles qui ont signé le texte « Nous appuyons Israël » publié au Devoir du 4 août 2014, je vous dis ceci:

Vous n’aimez pas Israël.

Avec des amis comme vous, Israël n’a pas besoin d’ennemis. Votre lettre est un missile d’aveuglement. Vous croyez le lancer contre ceux qui dénoncent la barbarie à Gaza. Il se retournera contre Israël.

Mais en attendant, par votre total soutien à Israël vous soutenez un massacre sur une population civile. Sans gêne et sans honte, vous osez comparer les lancements dérisoires de roquettes avec les tirs des missiles de la quatrième puissance militaire du monde. Vous évoquez que l’armée du Tsahal prévient la population civile de Gaza 15 mn avant les tirs. Et ces écoles de l’ONU, ces hôpitaux, ces chauffeurs ambulanciers, ces femmes, ces personnes âgées et ses enfants jouant à la plage, par qui ont-ils été bombardés..?

À ce jour, la branche armée du Hamas a fait une soixantaine de morts presque tous des soldats. L’armée de Tsahal a fait plus de 1900 morts, presque tous des civiles, dont 450 enfants. Et vous affirmez haut et fort « Nous appuyons Israël » ?

Non, vous n’aimez pas Israël.

Quand à vos arguments contre le Hamas, ils font le relais d’une propagande sioniste qui a réussi apparemment à incruster dans vos têtes que tout acte de résistance est un acte terroriste. Avec un minimum d’effort intellectuel et un peu de curiosité, vous auriez appris que tous les mouvements de résistance contre les occupations coloniales ont été d’abord considérés par les forces occupantes comme terroristes. Relisez l’histoire.

Et si l’idéologie islamiste du Hamas est fort critiquable, cela n’enlève rien à la légitimité de la résistance de tout un peuple. Cela surtout n’enlève rien au fait que le peuple palestinien a été dépossédé de sa terre et ce bien avant l’avènement du Hamas. Un Hamas dont la création a été fortement encouragé par Israël pour lui permettre de diviser l’unité palestinienne. Si le Hamas n’existait pas, Israël l’aurait inventé.

Aucun mot dans votre lettre sur le blocus à Gaza par Israël depuis 2006. Aucun mot sur les conditions du Hamas pour cesser les lancements de roquettes. Aux signataires de cette lettre dont je présume la bonne foi, je rappelle les conditions du Hamas et vous laisse juger de leur pertinence:

-Mettre fin à l’agression contre le peuple palestinien.
-La levée complète du blocus de Gaza, en place depuis 2006.
-L’ouverture du poste-frontalier de Rafah avec l’Egypte.
-La liberté de mouvement pour les Gazaouites à la frontière avec Israël.
-La suppression de la « zone tampon » interdite aux habitants de Gaza.
-L’autorisation de pêcher jusqu’à 12 milles marins des côtes de Gaza.
-La libération de prisonniers (ceux qui avaient été dans un premier temps libérés en échange du soldat israélien Gilad Shalit en 2011).

Aucun mot non plus dans votre lettre sur les juifs de conscience qui, par le monde y compris en Israël, manifestent leur solidarité avec Gaza et se dissocient sans réserve de la politique coloniale d’Israël. Sont-ils aussi complices du Hamas ?
Alors que partout, des opinions publiques dans le monde s’indignent, appellent à la fin du massacre à Gaza et font des pressions sur leurs gouvernements pour boycotter Israël économiquement et militairement, vous, vous affichez publiquement votre appui à Israël et son présumé droit de se défendre. Je me demande par quel genre de raisonnement vous arrivez à inverser les rôles entre occupants et occupés. Entre colonisateurs et colonisés. Entre pilleurs et pillés. Entre violeurs et violés.

Non, vous n’aimez pas Israël!

Vous reprochez aux québécois qui manifestent leur solidarité avec Gaza d’avoir l’indignation sélective. Comment qualifier votre soutien à Israël ?

Sans gêne et sans honte, vous appuyez un crime contre l’humanité. L’histoire vous jugera votre aveuglement mieux que moi. Elle a déjà jugé les souteneurs d’Hitler et son nazisme. Elle jugera les souteneurs et les mercenaires d’Israël et son sionisme.

Dans le texte ci-joint que je vous invite à lire http://voir.ca/mohammed-lotfi/2014/07/11/israel-le-declin-dun-etat-colonial/ , je soutiens que:

« Nul besoin du Hamas, de l’Iran, du Hezboallah ou d’une quelconque « flottille de la liberté » pour envisager la disparition de l’État d’Israël. Ce pays âgé de 66 ans, s’active tout seul à sa propre disparition. Son comportement suicidaire répond à une logique de l’histoire bien démontrée. Celle de toute puissance coloniale qui avance inexorablement vers sa fin. Le compte à rebours est rythmé par chaque victime innocente, qu’elle soit palestinienne ou israélienne. La machine coloniale est animée par la mort, y compris par sa propre mort. »

Par votre appui sans réserve à Israël et sa politique coloniale, sans vous rendre compte, vous donnez un petit coup de pouce à la fin du colonialisme enPalestine…

Non, vous n’aimez pas Israël.

http://voir.ca/mohammed-lotfi/2014/08/05/vous-naimez-pas-israel/

 

Mohamed Lotfi

 

 

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

Fêtes d'Irlande

Publié le par la freniere

Fêtes d’Irlande – Musique de route et de montagnes à l’honneur

10497305_10154515748605657_2334693347776099599_o.jpg

Animation pour les enfants, diner bières et saucisses, groupe de musique Les Zappalaches, Verte Irlande invite la population à venir aux Fêtes d’Irlande, dimanche le 10 aout à partir de 11h au Site patrimonial Holy Trinity.

 

Les Fêtes d’Irlande débuteront samedi le 9 août, à 20hres, avec une veillée « irlando-québécoise ». Comme l’explique Aude Fournier, responsable de la fête communautaire d’Irlande : « On attend une centaine de danseurs et danseuses, avec des musiciens et des « câlleurs » hors pair qui réussiront à faire « swigner » jeunes et moins jeunes. » En effet, Ghislain Jutras de Victoriaville et James Allan de Kinnear’s Mill se partageront le micro pour « câller » les sets carrés. Chaque set carré sera précédé d’une initiation aux pas de danse, ce qui permettra à tous de suivre le rythme. Pendant l’entracte, le conteur Florian Fortin attendra les danseurs à l’extérieur, autour d’un feu de camp, pour les amener dans son monde imaginaire.

 

La fête se poursuivra le lendemain, à 11hres, avec la célébration des retrouvailles, une messe bilingue célébrée par le

Révérend Garth Bulmer, qui en profitera pour célébrer le 175e anniversaire de la paroisse Holy Trinity.

 

Le groupe Les Zappalaches prendra ensuite le micro à 12h sous un chapiteau. Quatre membres de fameuse Fanfare Pourpour s’unissent dans Les Zappalaches pour nous faire découvrir de la musique de route et de montagne issue du répertoire folk, bluegrass et country. Ce spectacle gratuit sera accompagné d’une dégustation des saucisses de la Boutique Chez mes roses, de Thetford, et des bières de la microbrasserie Multi-brasses, situé à Tingwick. Salades et desserts apprêtés par les résidents d’Irlande complèteront le tout.

L’après-midi se poursuivra avec un marché public où des producteurs viendront nous vendre leurs délicieux aliments, puis avec des activités culturelles et sportives. De nombreuses activités sont prévues pour les enfants en après-midi, dont la Cachette à contes. Il est facile de consulter l’horaire complet de la fin de semaine sur le site www.verteirlande.ca

 

Site patrimonial Holy Trinity

173, ch. Gosford, Irlande

Info: www.verteirlande.ca ou 418-428-3286

 

Zappalaches--1-.jpg

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0