Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ile eniger

La joie

Le pain brûlé des terres La lumière en bras de ruisseaux La perfusion du jour sur les heures de nuit Les veines au cou de la montagne Les vignes lourdes de vin vert Le ciel marine à force de brasure Les oursins de lavandes dans l'océan des champs Les...

Lire la suite

Ils est un groupe

Je ne suis pas certaine du ciel bleu, ou gris, ou. Quand je l'écris il a déjà changé. Comment se fier au ciel ? Ou au stylo qui court ? Ou à moi qui attend ? Le sens s'échappe. Toujours le sens échappe. Un courant d'air et tombent les feuilles. Comment...

Lire la suite

Je vous les donne

Ils croient leur vie plus importante que celle d'un moineau, leur esprit plus savant que la pierre. Ils rient de la pauvreté du rossignol. Ils courent. Vite esclaves, à la fabrique des fouets. Tendez les cous aux fers. Ceci, cela, encore, plus. Le manège...

Lire la suite

Le mensonge

Le mensonge est verbeux, il étouffe la clarté. Car le mensonge ne parle pas, il vomit pour que glisse la vie. Pourrissement stérile qui gangrène la langue, il joue ses cartes truquées dans un remugle d'artifices. Il détruit le regard, abat la loyauté,...

Lire la suite

Qui ?

Qui parle ? Qui dialogue avec la page ? Qui traverse le poignet jusqu'au ménage des doigts ? Qui perfuse le texte et pourquoi ? Qui préexiste et succède ? Qui, du brin d'herbe ou de la pensée, est le plus juste ? Quand j'écris le mot lumière, qui est-elle...

Lire la suite

C'est

C'est un chemin de moi à moi, j'ai cru longtemps qu'il fallait quelqu'un d'autre. C'est un printemps derrière Des saisons d'usinage et des mains de fabrique Des ablais pour le pain L'abée qui porte l'eau vers sa dernière crue Des mots qui suent, sifflotent...

Lire la suite

Vent debout

Elle navigue au près. Loin des voisinages, des remous verbeux. Elle évite les ports de jolies coques, les régates et les routes à trophées. Elle va vent debout sur la puissance d'eau, gîte vers le soleil sans tirer de bords. La lumière pour sextant elle...

Lire la suite

La matière

C'est d'un cahier ouvert sur le coin de la table que je ne dirai rien. Les jeux, les séductions, les germes d'artifices, j'y pense quelquefois mais le rien quotidien porte tant et encore que mes pensées se taisent, que mes mains se dénouent. Se pousse...

Lire la suite

La plage de Neruda

La ville de nuit garrotte le silence. Sur la route encombrée, l'hémorragie mobile crache ses fumées. Un va et vient brutal ne sait plus où il va, ce qu'il fait, ni pourquoi. La ville vend ses mensonges, ses bassesses orchestrées. Elle vomit ses night-club,...

Lire la suite

Coupable

Coupable. Coupable d’aimer plus que raison. D’attendre chaque jour une voix, une lettre, et cet oiseau sur le rebord de ma fenêtre. Coupable de soleil au milieu de la nuit, et de rêves plus hauts, plus grands que l’insomnie. Loin de l’austérité qui fige...

Lire la suite

<< < 10 20 21 22 23 24 25 > >>