Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ile eniger

Désormais

P araphrase de l’enfer, le manteau du fou voulait recouvrir toute pensée comme un parapluie bleu sous la grêle des questions. Il faisait un temps de chemin à choisir, de carrefour où ne pas se tromper. Loin des parcours encombrés, des lumières favorables...

Lire la suite

L'unique

Lire, écrire, vivre. Passer. Les mots, les choses, les gens, s'envolent. Il ne restera rien des agitations, un silence d'objets, des os blanchis, de vagues souvenirs effacés par les générations, les changements. La vie ricoche, s'élargit pour s'évanouir....

Lire la suite

Tu vois

Je ne sais rien tu vois. Ils étaient dans les rues, partout. Ils dénoncaient, se ralliaient, s'embrassaient, se touchaient, chantaient l'hymne national. Ils se voulaient solidaires parce que des balles avaient tué des gens dans les locaux d'un journal...

Lire la suite

Bien sûr

Tu les vois ces jours de chien seul. Tu vois leur éclair de faux luisante sur les épaules des blés. Tu sais la chamade dans les battements du sang. Parfois, un brouillé de froid attaque les hortensias qui abandonnent leurs parures. Le ciel noue des nuages...

Lire la suite

La renarde

Depuis des jours elle est proche de la ville. Elle doit avoir faim, les hivers sont rudes. Certains l'ont caressée dans le sens du poil, ont donné de la nourriture, des mots, des sourires, une sorte d'attendrissement. Après tout, les hommes ne sont peut-être...

Lire la suite

Ras le bol des polichinelles

Quand on voit les niaiseries, parfois bien mal écrites, présentées à longueur d'années par les libraires parce que ce qui importe c'est d'aller dans le sens de la mode, on est surpris de constater ce soudain engouement moral qui les fait s'insurger contre...

Lire la suite

Pays

A la potence d'indifférence s'agitent des fantômes de faims anciennes. Quelque chose s'effrite doucement que je ne retiens pas. Qui laisse une tristesse à peine ombrée. Nostalgie de lumière touchée, habitée, qui s'en va à petits pas vers l'horizon. L'archéologie...

Lire la suite

La probité

Je, je, je… la course des egos est effrayante ! La société, vautrée rutilante et fétide dans le paraître et l'avoir, invente ses particules répugnantes, ses vitrines qui condamnent la vie. Qui refuse ces fanfaronnades ? Qui brise les écrans ? Qui ouvre...

Lire la suite

Au zénith

Le ciel noue des nattes grises puis les effiloche. Le ru fissuré a bu toute son eau. Les portes des cabanes gémissent quand on les pousse. L'alpage jaunit aux épaules des terres. Rameutant ses sonnailles étourdies de chaleur, midi sonne rude et cache...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>