Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

653 articles avec ils ont dit

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Je suis contre tous les systèmes politiques qui croient détenir le monopole de la vérité. Je suis contre tous les monopoles idéologiques. (...) Je vomis toutes les vérités absolues et leurs applications totales. Prenez une vérité, levez-la prudemment à hauteur d’homme, voyez qui elle frappe, qui elle tue, qu’est-ce qu’elle épargne, qu’est-ce qu’elle rejette, sentez-la longuement, voyez si ça ne sent pas le cadavre, goûtez en gardant un bon moment sur la langue – mais soyez toujours prêts à recracher immédiatement. C’est cela, la démocratie. C’est le droit de recracher.
 

Romain Gary

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Je compte beaucoup sur l'incompétence de Trump pour nous protéger des ravages qu'ils nous a promis.

Jordan Stump

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Nous ne pouvons pas grand-chose contre la force des représentations. Longtemps le mal eut la tête blonde et les yeux bleu acier du nazi ; il s’incarna ensuite dans l’agent de l’Est à la mâchoire carrée, à l’imperméable mastic ; maintenant, c’est le djihadiste basané et barbu. L’ennui, évidemment, c’est que des tas d’excellents hommes ressemblent trait pour trait à ces caricatures.
 
 

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

L’intelligence, la beauté peuvent d’un coup déserter le monde. Du jour au lendemain, il n’y a plus Leonard Cohen. Il y a Trump.

Éric Chevillard

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

À la une de l'information, après la naissance du monstre, le saut de l'Ange Cohen dans l'Éternité... J'ai tout écouté son dernier album. Grand maître à la voix de charrue...les derniers mots: "thought by thought"

André Duchesne

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Les mères sont responsables de la parole, les pères de l’exemple.

Extrait d’une lettre à mes fils.

Un homme debout ne spécule pas sur la mort. Il n’attend pas d’héritage. Il fait sa vie en fonction de lui et de lui seul, il identifie ses aspirations, il a des rêves et il y croit. N’abandonnez jamais vos rêves.

Un homme debout considère sa femme comme son égale qu’elle le soit intellectuellement, économiquement, physiquement ou non. Il la respecte et l’aime de tout son cœur parce que l’amour entre un homme et une femme c’est ce qu’il a de plus beau. Je suis certaine que la jeune femme qui vous attend quelque part sur terre se donnera de corps d’âme, toute entière. Elle mettra sa vie et sa santé entre vos mains pour faire de vous des pères et des hommes heureux. Alors respectez-la !

Je vous l’ai souvent dit une femme n’est pas une star du porno, cette jeune femme n’aura pas tout à fait les mêmes désirs physiques que vous, mais comme vous elle aura besoin de douceur, de respect et de beaucoup d’amour.
Si un jour vous décidez de vous marier ou de faire une famille oubliez les contrats qui vous protègent mais feront germer dans sa tête et dans son cœur la graine du doute.

Un homme un vrai ne se protège pas de la femme qu’il dit aimer. Un mariage n’est pas baser sur un contrat, un mariage est seulement basé sur le cœur. S’il en est autrement passez votre route, si vous avez des doutes n’y allez pas, ne faites pas d’enfant.


Fabienne Roques

 

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

À chaque coin de rue, guère de surprises, tu sais sur qui tu vas tomber : Joyce à Dublin, Pessoa  à Lisbonne, Kafka à Prague.

Éric Chevillard

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Cette société que l’on dit molle, éteinte, consensuelle, est en guerre. Elle est en guerre contre les plus faibles et donc contre le meilleur d’elle-même. Cette guerre est menée contre les pauvres, les enfants, les amoureux, les femmes, les vieillards.

Le discours sur l’exclusion participe de cette guerre, par sa gentillesse qui est le contraire de la bonté. La gentillesse est une des premières vertus du commerce, une des règles de base dans la représentation : pour gagner le portefeuille, calmer les cœurs, flatter les enfants et les chiens et tout ce qui passe à portée de mains. La bonté est l’inverse de cette politique là. On n’y vend rien, on n’y achète rien. On apprend à y nommer ce qui est réel dans cette vie et à résister au nom de cette chose réelle.

On n’y parle pas de SDF, on y parle de pauvres - et mieux encore : on ne parle pas des pauvres en général, on n’est pas dans l’attendrissement sociologique des catégories. On parle de celui-ci, puis de celui-là, puis de cet autre encore.

Ce qui est « exclu » de nos sociétés, c’est ce qui en est le centre, le meilleur : le rire des enfants, le songe des amants, la patience des misérables, le génie des mères.

Parler d’exclus c’est donc se tromper de mot. Quand ce qui est exclu est au centre, au cœur, alors il ne faut pas parler d’exclusion, terme bien trop flou pour décrire un cœur qui a cessé de battre. Il ne s’agit pas d’inclure les pauvres dans une société morte, il s’agit de faire revenir le sang dans le tout de cette société.

Il faut un « traitement » non seulement « social » mais politique et spirituel : quelque chose entre résurrection et insurrection.


 

Christian Bobin

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Il y a beaucoup de notre faute dans la présente abjection des mondes.

Roger-Gilbert Lecomte

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

La murale qui rend hommage à Gilles Vigneault sur la rue Bourbonnière à Montréal

La murale qui rend hommage à Gilles Vigneault sur la rue Bourbonnière à Montréal

Il semble qu'il y ait encore beaucoup à dire, et je pense que tout n'a pas été dit. Il faut arriver à parler d'identitaire sans avoir à émettre des lois et des règlements sur l'identitaire, ce qui laisserait entendre que l'identitaire est disparu, qu'il n'existe plus. Il faut que l'identitaire sorte des gens naturellement, et qu'on n'ait pas à l'identifier tous les jours. Surtout, qu'on n'ait pas à l'identifier contre quelque chose. Il faut que ce soit pour les gens, et pour ceux qui s'en viennent.
Gilles Vigneault

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>