Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

653 articles avec ils ont dit

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Dans le monde actuel, on investit cinq fois plus en médicaments pour la virilité masculine et en silicone pour les femmes, que pour la guérison de l'Alzheimer. D'ici quelques années, nous aurons des vieilles aux gros seins et des vieux aux pénis bien raides, mais aucun d'entre eux ne se souviendra à quoi ça sert.

 

Drauzio Varella

prix Nobel de médecine

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

La perte de mémoire des vieillards est en réalité une ruse. L’oubli, c’est en somme n’avoir pas vécu – pas vécu encore – et donc avoir la vie devant soi.

 

Éric Chevillard
 

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Continuer à écrire même lorsqu'on croit que l'écriture ne donnera aucune réponse, ne sera aucun chemin, telle est sans doute la pauvreté la plus grande, l'humilité la plus difficile. Mais c'est là, me semble-t-il, la condition pour que la poésie, la littérature soient constamment ramenées, réduites à l'essentiel, à cette solitude commune à tous les êtres humains quand ils se taisent et regardent, en eux et autour d'eux, ce mélange de lumière et d'obscurité qui les compose.
 

Yvon Rivard

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Bonne vieille race obstinée des hommes : toujours prête à tout recommencer, à remettre ça. Se raser, cirer ses souliers, payer ses impôts, faire son lit, faire la vaisselle, faire la guerre. Et c'est toujours à refaire. Ça repousse toujours, la faim, les poils, la crasse, la guerre. Et des monuments poussent sur les places, des noms poussent sur les monuments. Il en repousse toujours, des noms. [...] Qu'on les colle seulement à un portillon de métro, les duchesses de Marcel Proust ou de Balzac, qu'on les mette à faire des trous dans des bouts de carton toute la journée pendant huit heures, et tous les jours, du lundi au samedi, et on verra bien ce qui en restera de leurs drames distingués. On n'aura plus à d'écrire que de la fatigue et des varices, des notes de gaz et des démarches à la mairie. Pas très romanesque, tout ça. La vie manque de romanesque quand on est obligé de la gagner. Elle n'est plus que ce cheminement pas à pas, jour à jour, sou à sou, peine à peine. Ça s'étire, ça s'effiloche, ça pendouille de partout. Sans commencement, ni fin ni forme. On n'a pas de drames, nous autres. On n'a que des ennuis, des embêtements. Et à peine le temps d'y penser.
 

Georges Hyvernaud

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Les mots - je l'imagine souvent - sont de petites maisons, avec cave et grenier. Le sens commun séjourne au rez-de-chaussée, toujours prêt au commerce extérieur, de plain-pied avec autrui, ce passant qui n'est jamais un rêveur.

Monter l'escalier dans la maison du mot c'est, de degré en degré, abstraire. Descendre à la cave, c'est rêver, c'est se perdre dans les lointains couloirs d'une étymologie incertaine, c'est chercher dans les mots des trésors introuvables.
Monter et descendre, dans les mêmes mots, c'est la vie du poète.

Monter trop haut, descendre trop bas est permis au poète qui joint le terrestre à l'aérien. Seul le philosophe sera-t-il condamné par ses pairs à vivre toujours au rez-de-chaussée ?


Gaston Bachelard


 

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Ajouter au dictionnaire, me propose le correcteur orthographique de mon traitement de texte après avoir souligné de rouge le mot jihadiste. Je dois m’y résoudre. Ce mot risque de revenir, en effet.

Éric Chevillard

 

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

La poésie ne contourne pas la philosophie, elle ne redouble pas la littérature, elle ne renie pas la politique, elle se situe seulement sur un autre plan, comme la musique se situe sur un autre plan que celui du bruit. 

 

Adeline Baldacchino

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

C'est du vide contemporain dont se nourrit Daesh, c'est du vide social dont se nourrit la haine en banlieue, c'est du vide politique dont se nourrit l'anomie contemporaine liée à la disparition de l'Etat sous les logiques du marché.

 

Gérard Larnac

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

On va couper dans les soins dentaires pour les plus démunis.
La logique Libérale?
Pas besoin de dents quand on a plus rien à manger.

Jean Barbe

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Il faut de la terre pour bâtir la maison mais c'est de la lumière dont nous avons besoin pour la rendre habitable.

Ile Eniger

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>