Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

355 articles avec poesie a ecouter

Enweille!

Publié le par la freniere

Chant-song vidéo d'André Duchesne

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

Journée de la terre

Publié le par la freniere

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

La Ralentie d'Henry Michaux lue par Germaine Montero

Publié le par la freniere

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

La rafle du Vel d'hiv: chanson inédite de Gilbert Bécaud chantée par Annie Cordy

Publié le par la freniere

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

A 76 ans, l'activiste et chanteuse Joan Baez dénonce Trump

Publié le par la freniere

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

Colette Magny: la chanson politique

Publié le par la freniere

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

Vimy

Publié le par la freniere

écoutez ici

Alors que le Canada célébrera dimanche le 100e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy, Richard Desjardins nous explique la genèse de sa chanson et son point de vue sur cet événement historique.

«En quelques journées, 30 000 morts ou blessés, dont 10 000 Canadiens et 20 000 Allemands.

Cette opération militaire commandée par l’armée britannique — dont nous faisions partie à titre de corps expéditionnaire — se voulait une diversion pour permettre aux forces françaises de tenter plus au sud une percée majeure vers l’Allemagne. Il n’y eut pas de percée.

Qualifiée de victorieuse par l’Histoire, la conquête de la crête de Vimy par les Canadiens fut pourtant éphémère, les deux armées regagnant leurs propres tranchées après d’horribles combats souvent achevés à la baïonnette.

Les dignitaires présents à Vimy prétendront que ce fait d’armes, authentiquement canadien, nous aura définitivement affranchis du joug britannique et constitue de fait la véritable naissance de notre nation.

L’idée qu’une tuerie programmée soit à l’origine d’une naissance nationale peut ne pas être partagée par tous, à commencer par le soldat canadien qui écrit à sa femme, à la veille de l’assaut.»

richarddesjardins.com

 

Vimy

Si au moins
c’était pour toi
pour la rivière ou l’moulin
j’comprendrais mieux pourquoi que demain
demain j’vas tuer quelqu’un

Quelqu’un que j’connais pas avec
une rivière un moulin
avec une femme comme toi
qui chérit aussi bien
Demain j’vas l’tuer pour rien

Si la vie veut m’offrir
un dernier sentiment
ce serait mon désir
de mourir avant lui

Au moins qu’on m’épargne
la frayeur
de croiser son regard

Enterre mes outils dans la cour

Détache le chien pour toujours
T’offriras ta beauté
à mon frère qui la voulait aussi

Si jamais je reviens
t’auras le réconfort
d’un p’tit assassin
ou d’un grand homme mort

Pour rien, pour rien, pour rien.

paroles et musique : Richard Desjardins

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

Tu m'aimes-tu?

Publié le par la freniere

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

À qui ça sert de chercher à comprendre?

Publié le par la freniere

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

Speak white par Robert Lepage

Publié le par la freniere

Speak white par Robert Lepage

http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/plus-on-est-de-fous-plus-on-lit/saison-2016-2017/segments/prestation/17661/robert-lepage-speak-white-nuit-blanche-poesie

 

Les mots ont résonné haut et fort à l'occasion de la Nuit blanche de la poésie, qui s'est déroulée dans la nuit de samedi à dimanche au Musée d'art contemporain de Montréal. Robert Lepage, Raoul Duguay, Marjolaine Beauchamp, Simon Boulerice, Anne-Marie Cadieux, Jean-Paul Daoust et Francis Ducharme, entre autres, ont célébré en grand la si belle et si riche poésie d'ici. C'est nul autre que Robert Lepage qui a donné le coup d'envoi de l'événement nocturne en récitant le célèbre Speak White, de Michèle Lalonde.

Il est si beau de vous entendre
Parler de Paradise Lost
Ou du profil gracieux et anonyme qui tremble
Dans les sonnets de Shakespeare
Nous sommes un peuple inculte et bègue
Mais ne sommes pas sourds au génie d’une langue
Parlez avec l’accent de Milton et Byron et Shelley et Keats

Speak white
Et pardonnez-nous de n’avoir pour réponse
Que les chants rauques de nos ancêtres
Et le chagrin de Nelligan
Speak white
Parlez de choses et d’autres
Parlez-nous de la Grande Charte
Ou du monument à Lincoln
Du charme gris de la Tamise
De l’eau rose de la Potomac

Parlez-nous de vos traditions
Nous sommes un peuple peu brillant
Mais fort capable d’apprécier
Toute l’importance des Crumpets
Ou du Boston Tea Party

Mais quand vous really speak white
Quand vous get down to brass tacks
Pour parler du gracious living
Et parler du standard de vie
Et de la Grande Société
Un peu plus fort alors Speak White
Haussez vos voix de contremaîtres
Nous sommes un peu durs d’oreille
Nous vivons trop près des machines
Et n’entendons que notre souffle au-dessus des outils

Speak white and loud
Qu’on vous entende
De Saint-Henri à Saint-Domingue
Oui quelle admirable langue
Pour embaucher
Donner des ordres
Fixer l’heure de la mort à l’ouvrage
Et de la pause qui rafraîchit
Et ravigote le dollar

Speak white
Tell us that god is a great big shot
And that we’re paid to trust him
Speak white
Parlez-nous production, profits et pourcentages
Speak white
C’est une langue riche
Pour acheter
Mais pour se vendre
Mais pour se vendre à perte d’âme
Mais pour se vendre
Ah! Speak white
Big deal
Mais pour vous dire
L’éternité d’un jour de grève
Pour raconter
L’histoire de peuple-concierge
Mais pour rentrer chez nous le soir
À l’heure où le soleil s’en vient crever au-dessus des ruelles
Mais pour vous dire oui que le soleil se couche oui
Chaque jour de nos vies à l’est de vos empires
Rien ne vaut une langue à jurons
Notre parlure pas très propre
Tachée de cambouis et d’huile

 

Speak white
Soyez à l’aise dans vos mots
Nous sommes un peuple rancunier
Mais ne reprochons à personne
D’avoir le monopole
De la correction de langage
Dans la langue douce de Shakespeare
Avec l’accent de Longfellow
Parlez un français pur et atrocement blanc
Comme au Vietnam au Congo
Parlez un allemand impeccable
Une étoile jaune entre les dents
Parlez russe, parlez rappel à l’ordre, parlez répression

Speak white
C’est une langue universelle
Nous sommes nés pour la comprendre
Avec ses mots lacrymogènes
Avec ses mots matraques
Speak white
Tell us again about freedom and democracy
Nous savons que liberté est un mot noir
Comme la misère est nègre
Et comme le sang se mêle à la poussière des rues d’Alger ou de Little Rock
Speak white
De Westminster à Washington, relayez-vous

Speak white comme à Wall Street
White comme à Watts
Be civilized
Et comprenez notre parler de circonstance
Quand vous nous demandez poliment
How do you do
Et nous entendez-vous répondre
We’re doing all right
We’re doing fine
We are not alone
Nous savons
Que nous ne sommes pas seuls.


 

Michèle Lalonde


 

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>