Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie du monde

Le sceptique

Imitant Courteline, un sceptique notoire, Manifestant ainsi que l'on me désabuse, J'ai des velléités d'arpenter les trottoirs Avec cette devise écrite à mon gibus: "Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires." Dieu, diable, paradis, enfer et purgatoire,...

Lire la suite

L'oeil du soleil (Bretagne)

Lagad an Heol — Heol ! Perak out ken diwezhat o tiblouz ? Ha perak eo ken ruz da lagad ? Ha bet ac’h eus en noz-mañ ur gwall-hunvre, en deus graet dit leñvañ dre da hun ? — Na hun na hunvre na fall na mat. Beilhet am eus an noz-pad… Tra ma kouske ar c’hornôg...

Lire la suite

Claustrat

Charcuterie planétaire mortels motels faute de mieux instituts du crime alternatif l’onu temporise les églises sont en crise la bourse en dégueule un peu plus et les chiens fuiraient les aveugles . La partie goba le tout et l’exploit s’envola avec la...

Lire la suite

La vieille mourante

C offrée dans ton lit-cage Livrée aux mécaniques Vieille ô si vieille La mort hésite à t’accueillir Tête burlesque Sous les vrilles des cheveux blancs Un sirocco de rousseurs ensable ta peau Des rides rapiècent tes joues Ta bouche n'est qu’un puits Tu...

Lire la suite

En deça du rêve

Ne m’adoptez pas Je suis un bâtard Et je le resterai Figé de solitude éclatante Vous n’arracherez pas Les ongles de ma terre Ce trait marron ou vert En bas d’une feuille blanche d’écolier Matrice illicite des souvenirs Ma misère est illisible Mais c’est...

Lire la suite

Quel amour ?

rien ni fleuve ni musique ni bête rien ne me consolera jamais de la misère du sang versé par les hommes de la tristesse des enfants de la faiblesse des mères ni fleur ni mort ni soleil autour de nous la ville succombe à l’attrait de la mort une mort à...

Lire la suite

Un photographe...

Un photographe d’art de mes amis, excellent physionomiste de surcroît, me fait remarquer tout à coup, à mon grand effroi doublé d’amusement, que la plupart des gens ne possèdent pas vraiment de tête à eux. Ils exhibent souvent à sa place une double nuque,...

Lire la suite

S.O.S. (Québec)

à Harouna Oumarou Ibrahim Tous ces S.O.S. si sombres soient-ils ces silences suspendus pour faire sécher le sang je les entends, je les tremble et le cœur torturé je les trempe dans l’encre pour le peu que je crois tous ces S.O.S. derrière flammes et...

Lire la suite

Foutre le camp d'ici

Il habite une maison qui grogne qui grince une maison qu'il s'est construite au milieu de son cerveau au milieu de pas grand chose Une maison pleine de personnages loufoques de truands d'assassins et tout autour une mer de matière grise s'étend à perte...

Lire la suite