Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie du monde

Au fond de cette cage

Je n’entrerai jamais au fond de cette cage. Le merle gris parle du vent, et je cherche ton reflet dans ce jardin ou dans la ville. L’olivier est mouillé de cette fin d’automne, j’écris mon livre lent, désolé, comme un feu qui s’éteint. Je me suis accordé...

Lire la suite

La poésie

La poésie est un soleil que je n'ai jamais regardé que de biais. Cela n'empêche pas ses rayons de me réchauffer. Et quelques ombres de m'apparaître dans le contre-jour. Gérard Larnac

Lire la suite

La caravane passe

La caravane passe et les chiens pleurent ils n'ont pas réussi à dévorer les pauvres il leur reste des yeux plus grand que le ventre pour y ranger la lumière vide de leur faim et aussi les mots imprononcés les phrases courtes comme de la rage et des tonnes...

Lire la suite

La lumière dans les arbres

Nous avons négligé le simple pour l'insignifiant, nous avons choisi l'or qui tache les mains au lieu de l'amour qui est sans prix. Nous avons choisi la haine, la rancœur, l'amertume et nous ne sommes plus que de maigres feux éteints dans la lande. Oui,...

Lire la suite

Le tenon mortaise

Je me suis réveillé avec un goût de bran de scie. Je vis dans un coffre-à-outils, dans ma menuiserie dormante, je déboule les escaliers, ma démarche est chambranlante, je divague entre les portes et les croisées, je me fabriques des boiseries, je broute...

Lire la suite

Et puis

Et puis Ils remontèrent de la grève Des cadavres Et des bouteilles de lait À la date de péremption dépassée depuis l'aube des temps Ils allumèrent un feu De bois flotté Ils eurent froid et faim Et l'envie d'en finir Par la violence Ou la démission totale...

Lire la suite

Le beau troc

Chaque année au mois de mars depuis le pléistocène, les oies proclament l'unité des nations depuis la mer de Chine jusqu'aux steppes sibériennes, de l'Euphrate à la Volga, du Nil à Mourmansk, du Lincolnshire au Spitzbergen. […] Grâce au commerce international...

Lire la suite

Prière pour Berlin

D'un massacre à l'autre, la bêtise érigée en système, l'horreur programmé, le malheur à l'écran, la stupidité étalée à la devanture des magasins, la haine entre les lignes d'un vieux manuscrit, la mutilation des enfants de la guerre, la mort inutile du...

Lire la suite

Pas trop saignant

Pas trop saignant

Un petit filet de vent vient d’entrer par la fenêtre entrouverte, des souvenirs plein les bras : un château de sable, un baiser, des mains ridées qui épluchent des patates, un hélicoptère qui prend son envol au dessus de l’hôpital, un cauchemar, une nuit...

Lire la suite