Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie du monde

À ma fille (Québec)

Ma fabuleuse mon incroyable mon étrangère mon obscure ma si terriblement fraternelle ma tête de pioche ma douce mon inquiète mes petites mains chaudes mon amande ma lumière mes tresses mon horloge impeccable mon ruisseau de têtards et de roches mon sac...

Lire la suite

Tu tends la main (Québec)

Tu tends la main vers moi qui voudrais l'emporter si loin que plus rien n'existerait dans cette main que la mienne Je cherche le geste qui sera une route. Je t'aurais demandé comment et où va la vie en toi si j'avais pu retenir la ligne qui a coupé DORION,...

Lire la suite

Le garde-fou des jours (France)

Le garde-fou des jours C’est patience et longueur De temps cet enfant qui joue Le garde-fou des jours C’est tenir et se tenir Au coeur libre des promesses De soi Le garde-fou des jours C’est Billie Holliday Dont la voix renverse ce soir Tous les pianos...

Lire la suite

La remontée des cendres (Maroc)

Et moi je refuse la prière de l'absent la gloire posthume et la rose d'argile je ne suis ni soldat ni martyr je suis cordonnier et j'ai oublié mon nom je suis artisan et j'aime les chansons d'amour j'aime le miel et l'huile d'olive j'aime l'araq et la...

Lire la suite

Le verbe être (France)

Je connais le désespoir dans ses grandes lignes. Le désespoir n'a pas d'ailes, il ne se tient pas nécessairement à une table desservie sur une terrasse, le soir, au bord de la mer. C'est le désespoir et ce n'est pas le retour d'une quantité de petits...

Lire la suite

Il arrive (Bretagne)

Il arrive que l’on trouve dans les bouteilles jetées à la mer des lettres d’amour dont les écritures sont des inconnues telles qu’il s’en cache dans les villes les équations et les autres langues. Par l’infini du regard il dit l’infini du remords de naviguer...

Lire la suite

Index des travaux du vent (Arabe)

J'ai écrit mon identité A la face du vent Et j'ai oublié d'écrire mon nom. Le temps ne s'arrête pas sur l'écriture Mais il signe avec les doigts de l'eau Les arbres de mon village sont poètes Ils trempent leur pied Dans les encriers du ciel. Se fatigue...

Lire la suite

Je rêverai (Palestine)

Je rêverai, non pour réparer les chariots du vent Ou une avarie de l’âme. La légende est à sa place, piège Dans le cours du réel. Le poème ne peut modifier un passé qui passe et ne passe pas Ou interrompre le séisme. Mais je rêverai, Dans l’espoir que...

Lire la suite

Souffle un vent imbécile (France)

S'il fut un temps ou l'on confondait l'idiot avec le fou au point de lui réserver le même sort - moquerie, indifférence, persécution -, il en est un autre - précisément le nôtre - où l'on reconsidère l'idiot ou l'idiotie, la bêtise, comme appartenant...

Lire la suite