Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie du monde

Le verbe être (France)

Je connais le désespoir dans ses grandes lignes. Le désespoir n'a pas d'ailes, il ne se tient pas nécessairement à une table desservie sur une terrasse, le soir, au bord de la mer. C'est le désespoir et ce n'est pas le retour d'une quantité de petits...

Lire la suite

Ça (Québec)

C’est couché sur le trottoir. On dirait une sculpture. Off off ex post moderne. On s’approche. Ça pue quand on s’approche, ça pue et ça remue, diable, ça a des yeux. Ça tient un grand sac vert qui déborde de choses. On veut voir ce qu’il y a dans le sac....

Lire la suite

Le prestidigitateur (France)

Je ne crois à rien à personne Sinon au petit magicien des bals d’enfants d’autrefois Le prestidigitateur miteux et blême Au visage ridé sous le fard. Son haut-de-forme posé à l’envers sur un guéridon Il le recouvre d’un foulard rouge Et soudain Il le...

Lire la suite

Les feuilles sont l'espoir des racines

Les feuilles sont l’espoir des racines Les fleurs, celui des branches Et le bourgeon, celui de la ramure Pour nous, quelle sève à notre espoir ? Le ramage est l’espoir de l’oiseau Le clapotis, celui des eaux Le chuchotement celui des vents Pour nous,...

Lire la suite

Ce que l'océan... (France)

Lorsque le temps s'arrête à un moment rare, l'horloge se coince à une heure grave ; les yeux se plissent, la peau se froisse, l'épiderme est à l'envers. Pour traduire sa bonne mine sur les façades de la ville, on essaie de griller sa peau sous quelques...

Lire la suite

Devant-jour (France)

(hommage à Raphaël Confiant et à tous les "chabins" du monde) Un rien parfoisFait obstacle à l’éclosionDe la parole Il y a des paresses inexplicablesDes oublis fertilesQui opacifient le front des hommesLe coma des motsComme associé au coma des pierres...

Lire la suite

Valeur (Italie)

J'attache de la valeur à toute forme de vie, à la neige, la fraise, la mouche.J'attache de la valeur au règne animal et à la république des étoiles.J'attache de la valeur au vin tant que dure le repas, au rire involontaire, à la fatigue de celui qui ne...

Lire la suite

Paix (Québec)

Quand nous aurons bien tué l'Irak,Quand nous aurons pilonné hommes, femmes et enfantsEnsemble pour en faire une pâte homogèneDe posthumanité,Quand nous aurons cassé les os, bouilli le sangEt violé tout ce qui fuit,Mis la mouche de l'État hors d'état de...

Lire la suite

Trangression (France)

J’aime la mer vue du train. Elle est plus grande et plus belle que l’année dernière. J’éclate avec l’ongle les petites boules lisses et fermes du goémon, si elles s’affaissent sans faire de bruit, je suis bien déçue. Je hume la forte odeur des sardines...

Lire la suite

C'était le premier mai (France)

C'est le premier mai Pour les ouvriers Les anciens tout rongés De silicose Finissant dans une lente agonie Petit bout de poumon Par petit bout de poumon C'est le premier mai Pour les patrons Les maîtres de droit divins Bénis par l'évêché Polis embaumés...

Lire la suite