Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie du monde

Les amoureux fervents

C’est parce que je t’écris que tu ne perds pas ta réalité, celle « d’avoir été ». C’est parce que je poursuis notre conversation, au-delà de ta mort, que la pointe de mon crayon, après maintes « ruminations », fait place –et trace – à cet équilibre instable,...

Lire la suite

Sans savoir

Quand on longe les murs on trouve un jour des hommes-portes des hommes-fenêtres par qui l’on voit le monde le paysage et les autres hommes ainsi parfois à l’infini En passant derrière eux on finit par suivre sans savoir un chemin au bout duquel peut-être...

Lire la suite

Le train

à mon père Dans le même train depuis ta naissance un train qui traverse la terre en une nuit par un chemin mystérieux, rectiligne où ne s’aventurent ni piétons ni voitures tu rêves parfois à l’envers du monde aux abeilles de la mer dans les pins à la...

Lire la suite

Date limite

Certains poèmes ont dépassé la date de péremption Et fleurent bon la naphtaline Ils furent naguère parfumés au prêt à penser Ou un peu tirés par les nattes A vrai dire je m'en fous... Et faut l'dire vite C'est juste pour causer Ça fait vraiment un fameux...

Lire la suite

De quoi avoir peur

On apprend jeune à crier au meurtre les délices n’ont pas d’emprise sur nous et nous ne calculons pas encore dans le menu les défaites les plus creuses les morts s’enchaînent pourtant bloquant les portes et laissant le téléphone sonner avec une indifférence...

Lire la suite

La poésie

Et ce fut à cet âge… La poésie vint me chercher. Je ne sais pas, je ne sais d'où elle surgit, de l'hiver ou du fleuve. Je ne sais ni comment ni quand, non, ce n'étaient pas des voix, ce n'étaient pas des mots, ni le silence : d'une rue elle me hélait,...

Lire la suite

Dis-moi

Dis-moi, que vois-tu dans l’armoire horrible et dans la vaisselle des pleurs : c’est quoi ? Quand tu contemples la mélancolie dans les pharmacies et que, sur les murs, les accusations déjà sont écrites, qui es-tu à la fin, pourquoi te taire ? Face aux...

Lire la suite

Le chiffonnier des mots

Je n'écrirai plus. Je réapprendrai à ne pas savoir écrire. Cette vie d'écriture ne fait pas partie de ma condition de nomade. Je ne suis pas fait pour la lit térature. Je suis de la race des arbres, je crie avec le tonnerre quand il s'annonce. Je ne suis...

Lire la suite

Écouter la vie

Je vais sortir. Je dois sortir. Marcher dans les rues, écouter la ville. Voir le pas des maisons. Voir les habitants entrer dans ces maisons et en sortir. Plus que tout, je dois aller voir le fleuve, le chemin qui marche, le Magtogoek des amérindiens,...

Lire la suite

Ouvert

De l’enfant que j’étais il reste un peu de ce grain de beauté sur le côté de ma main quasi effacé maintenant quasi introuvable je le regardais enfant je ne le regarde plus j’y voyais des indiens danser des loups je me disais le jour où il sera blanc je...

Lire la suite