Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie du monde

Avec le café et les croissants

500 morts. Femmes et enfants. Quelque part en Afrique. Un tsunami humain. Servi au petit-déjeuner avec le café et les croissants. Un fleuve de sang traverse la cuisine. Vous emporte dans un cortège de vierges et d’enfants abusés, sacrifiés, de femmes...

Lire la suite

Chant du royaume des langues coupées

A D. S. Pauvre enfant sans père qui n’a pas demandé à naître. Enfant né d’un ventre loué comme une poubelle. Enfant du vacarme et de la folie. Enfant conçu dans la ruse et la cruauté abyssale Enfant martyre fêté sous les pleurs diluviennes des déités...

Lire la suite

En ces temps-là

En ces temps-là nous ne possédions rien Nous vivions en bonne compagnie avec les esprits errants La hyène le serpent et le scorpion n'étaient pas nos ennemis En ces temps-là Nous chérissions toutes les formes de vie Nous savions encore entendre les sinueux...

Lire la suite

L'histoire qui a tourné la page

L'Histoire qui a tourné la page c'est la main de l'homme C'était un mutant séparé de l'eau que l'arbre n'arrivait plus à nourrir Il croyait à l'errance au mariage de l'acte et de la foi Il se couchait sur les sillons de la nuit et répandait sa semence...

Lire la suite

Le monde tourne seul

Il n’y a pas de Dieu, pas de chef d’orchestre, pas de metteur en scène, le monde tourne seul, la pièce se joue toute seule, et si quelqu’un laisse tomber son violon et que son cœur s’arrête, jamais l’homme et la mort ne se rencontreront - derrière la...

Lire la suite

Brisés

" Un coup de gueule ? ça peut tuer aussi sûrement qu'un coup de fusil" On lui avait dit ça un jour Il avait ri. Mais quand il L'a trouvée brisée vide coeur répandu Violettes s'écoulant au long de la vitre des rêves en miettes Il a préféré se boucher les...

Lire la suite

Sois tranquille !

Sois tranquille, cela viendra ! Tu te rapproches, tu brûles ! Car le mot qui sera à la fin du poème, plus que le premier sera proche de ta mort, qui ne s’arrête pas en chemin. Ne crois pas qu’elle aille s’endormir sous des branches ou reprendre souffle...

Lire la suite

Des chevaux effrayés

Un pacage menacé par l’orage. Des chevaux. Des chevaux effrayés. On veut leur mettre des œillères. Ils ne seront pas moins peureux, mais ils ne verront plus ce qui les effraie. Ils pourront trotter sereinement. Sur les mêmes chemins balisés. On se laissera...

Lire la suite

J'ai rencontré mon âme

J’ai rencontré mon âme ou quelque chose comme ça Dans la rue où elle mendie j’ai fait semblant de ne pas voir J’ai croisé mon cœur ou quelque chose comme ça Au premier rang d’un défilé derrière les drapeaux noirs Et j’ai filé comme si j’avais à faire...

Lire la suite