Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie du monde

Au fil des ans

Je ne chanterai pas le temps mécanique des montres seulement la douceur d'un instant le baiser encore humide sur la peau d'une pierre nichée parmi des herbes amères Je ne plierai pas sous le fardeau des ans j'attiserai la braise du feu intérieur qui me...

Lire la suite

Où se trouve le sursaut ?

Je n’attends plus dieu dans la fissure. Sucre fœtal alangui, le trac suprême fait office. Qu’est-ce qui doute ? Le camouflé du réel rangé dans un placard sordide. Des balais et des serpillières. Des copeaux d’air brûlé reposent dans une bouteille d’alcool....

Lire la suite

L'ouvrier des songes

Le ronflement du rabot éveille le pin blanc et l’artisan dès le matin modèle sa journée de bois tendre tout à l’heure il fera la pause ses épaules ne suffisant plus à la peine et oubliera au sol la jonchée de boucles blondes la mouture du café mêlera...

Lire la suite

Hors du temps

clepsydres cadrans solaires sabliers horloge des églises et de l'oustal * temps au poignet au gousset dans la poche * et en dehors des mécanismes et des chiffres qui défilent je prends ta main je prends ton pouls et nous nous racontons les rêves de la...

Lire la suite

Cantique des ordures

Les raisins, lors que les filles des vignes les foulent de leurs pieds, aspirent à plus grande gloire après pénitence prolongée, temps de silence et de réclusion dans un obscur cellier. L’argile, lors qu’un potier la pétrit, espère renaître, trouver nouvelle...

Lire la suite

Lettre de René Char à Yvonne

Janvier 1952 Le cœur soudain privé, l'hôte du désert devient presque lisiblement le cœur fortuné, le cœur agrandi, le diadème. Je n'ai plus de fièvre ce matin. Ma tête est de nouveau claire et vacante, posée comme un rocher sur un verger à ton image....

Lire la suite

La sacoche

La sacoche

(Poème du soir faiblard pour les petits matins à Pierre Autin-Grenier) Continuer doucement plier les rires d'enfants dans la sacoche avec le moelleux aux citrons lâcher les chiens cueillir leurs cris dans le ciel fauve remettre du bois dans le feu mon...

Lire la suite

Criez

Criez bien sinon les paroles se retourneront et se déferont en lettres mortes Criez fort sinon le cri même restera dans le gosier étranglé Criez plus fort encore sinon personne ne vous entendra et passera ignorant sur le trottoir de votre bouche Criez...

Lire la suite

La liberté

À l’orée de la liberté L’herbe se fait haute Parfumée Tendre Infranchissable La plaine d’où je viens A des yeux sans paupières Comment caresser Toutes les ailes qui m’habitent Avec des mains de proie ? J’ai perdu peu à peu Jusqu’à l’oubli de mes cendres....

Lire la suite

L'enfant abattu par des soldats à Nyanga

L’enfant n’est pas mort l’enfant lève les poings contre sa mère qui crie Afrika ! crie l’odeur de la liberté et du veld dans les ghettos du cœur cerné L’enfant lève les poings contre son père dans la marche des générations qui crie Afrika ! crie l’odeur...

Lire la suite