Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie du monde

Tu es toujours l'homme...

Tu es toujours l'homme qui pose des questions et qui écoute. Tu n'as rien d'autre à raconter que ton attention. Tu auditionnes le silence. Tu pilles le vide, Sa monotonie, son métronome, sa mesure tutélaire Que depuis vingt ans tu essayes d'imiter. Était-ce...

Lire la suite

Frères de Terre

Je n’ai pas de frères de race, j’ai des frères de condition, des frères de fortune et d’infortune, de même fragilité, de même trouble et pareillement promis à la poussière et pareillement entêtés à servir si possible à quelque chose, à quelqu’un, même...

Lire la suite

Ailleurs

La neige est tombée. Cachés dans l’ombre, nous l’attendions, nous attendions la blancheur. Elle est tombée si mollement, si douce, si blanche que nous nous sommes endormis aux fenêtres. Dans quelques jours, les haillons, les taudis, la boue, les toits...

Lire la suite

Un jardin

Il me faut un jardin pour ne pas mourir étouffé sous la mêlée des hommes – suffocante compagnie d’être trop exclusive. Ainsi, cette semaine, ai-je eu brièvement celle d’une fouine, venue l’autre nuit toquer au carreau du salon – nous avons échangé un...

Lire la suite

Nostalgie récitant

nostalgie récitant des pages englouties le jaune est la lumière ou la mémoire qui se choisit un endroit où s'asseoir quand on a bien marché déjà je vois ma mère nous embrasser des yeux - elle tenait le volant à deux mains - d'un regard sombre ou gai,...

Lire la suite

État de rêve

Pour Aymerick Nul ne sait rien de la matière songeuse. Des forêts comme givrées aux carreaux de l’enfance. Du lait mêlé de sang ou de pois ou de lymphe ou de sève à l’intérieur des nuages. Des larmes. Des paupières humides et du ventre d’où suinte quelquefois...

Lire la suite

Madrigal

J’ai hérité d’une sombre forêt où je vais rarement. Mais un jour, les morts et les vivants changeront de place. Alors, la forêt se mettra en marche. Nous ne sommes pas sans espoir. Les plus grands crimes restent inexpliqués, malgré l’action de toutes...

Lire la suite

La haine

Voyez combien elle reste efficace, combien elle se porte bien en notre siècle, la haine. Avec quel naturel elle prend les plus hauts obstacles. Combien il est facile : sauter, saisir. Elle n’est pas comme les autres sentiments. Leur aînée, et pourtant...

Lire la suite

Les ruses du vivant

Même innocents du sang de notre prochain il nous arrive de tuer la vie en nous Plusieurs fois plutôt qu’une Le voile qui nous recouvre les yeux et le cœur Les barricades que nous dressons autour du corps suspect La lame froide que nous opposons au désir...

Lire la suite

C'est arrivé

C'est arrivé doucement une approche un froissement de tissus dans la bande son un point de colle sur l'image et puis le sentiment confus que ça cloche un contre-chant un contretemps. J'avais trois ans peut être, la pellicule qui s'effiloche le film qui...

Lire la suite