Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie du monde

Photo 1948

Je tiens une fleur, je crois Bizarre. On dirait qu’un jour dans ma vie un jardin est passé. Dans l’autre main je tiens une pierre L’air gracieux, arrogant. Sans me douter qu’il y a là pour moi l’annonce d’altérations, et l’avant-goût de résistances. On...

Lire la suite

Ils mentent

Évidemment, à croire ceux qui me mentent une fleur est née à Hiroshima et à Auschwitz se trouvait un cirque permanent. Ils mentent. Ils mentent caricaturale- ment : Ils mentent comme la calvitie ment au peigne ils mentent comme le dentier ment à la dent...

Lire la suite

Fraîcheur

De cette rue la première à émerger du sommeil bondit une clarté qui se hâte d’ajuster le ciel aux fenêtres Un air frais revient de sa fièvre sur les derniers accords d’un chant de marins à la fin de la mer quand bat le pouls de ceux qui aiment sur un...

Lire la suite

Le rouge du coquelicot

J e vais à toi dans la nuit éclairée et cependant, j’habite ma chaumière dans sa pièce la plus isolée, la plus sombre, la plus épurée. Aujourd’hui, je sais que je suis seul à penser et à croire. J’ai déposé ton suicide sous mes lassitudes éreintées et...

Lire la suite

Ulysse

Au sud du bastingage il n’y a plus rien jusqu’à la Terre Antarctique Léviathans et sirènes labourent ces prés marins ce portulan gaufré de vagues où d’immenses pans de ciel s’abattent en averses fourbues sans que Dieu lui-même en soit informé Chaque soir...

Lire la suite

État de rêve

Pour Aymerick Nul ne sait rien de la matière songeuse. Des forêts comme givrées aux carreaux de l’enfance. Du lait mêlé de sang ou de pois ou de lymphe ou de sève à l’intérieur des nuages. Des larmes. Des paupières humides et du ventre d’où suinte quelquefois...

Lire la suite

La ravine du monde

Avec les stigmates de la pauvreté comme livre d’étude un trésor caché de miettes de passé méticuleusement conservées l’amour des femmes aux doigts de fées plein le cœur Avec ces moments de joie qui sautent à l’âme et le goût de vivre dans la peau il va...

Lire la suite

Fragments de l'hiver

Les chiffres de la neige font une somme incalculable. Les plus frileux la retiennent sans mémoire. C’est le nombre immaculé d’un phénomène infiniment prouvé. La rigueur ne fut jamais aussi poudreuse. * Qui veut connaître la neige doit retenir son haleine...

Lire la suite

Le portail gris-bleu

Souffle un vent gris sur les étangs avec des feuilles mortes et des oiseaux perdus Répétitions des jours Je n'aurais peut-être pas dû planter un bouleau tout près de ma fenêtre Une branche dorée griffe le toit Entre ses doigts l'automne me regarde Je...

Lire la suite

Le sel de l'eden

Purgatoire abattoir que ton monde, ô déesse des échanges véreux et de l'extermination programmée, où des milliards de personnes humaines ( ou encore officiellement tenues pour telles) sont chaque jour passées au presssoir. Les mêmes, depuis la nuit des...

Lire la suite