Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie du monde

C'est arrivé

C'est arrivé doucement une approche un froissement de tissus dans la bande son un point de colle sur l'image et puis le sentiment confus que ça cloche un contre-chant un contretemps. J'avais trois ans peut être, la pellicule qui s'effiloche le film qui...

Lire la suite

Les Canoirs

Le jour va naître. Les Canoirs passent en sifflant au-dessus des battures. Ils foncent dans le vent, dessinent un long virage puis se laissent glisser sur les vagues de l’air. Toujours leur poitrine bout quand ils se jettent dans l’eau la plus froide....

Lire la suite

Nous allons nous aussi

Nous allons nous aussi plein de terreurs assourdies nos talons choquent les dalles de dessus les cavernes nos pas pâtonnent la poussière des foudres inhumées dans les charbons de bois nous allons à chaque pas s'élève et se replie un lin feuillets de pâtes...

Lire la suite

Happy hour dans le Bali rural

Les femmes chargées de paniers d'osier sur la tête, déambulent au travers des rizières. Elles battent le riz de la récolte à force de travail de bras. Des offrandes brûlent sur les autels pour remercier la déesse Sri des fruits de la récolte. Après une...

Lire la suite

Ô Canada d'Amérique

Il n’est pas inutile à un poète qui se dit cultivé de compter parmi ses connaissances un type qui a fait sauter la Bourse de Montréal ça donne de la classe. Il n’est pas futile d’être né sous Salaberry d’avoir marché jusqu’à Washington et mis le feu à...

Lire la suite

Pour toute les côtes matraquées

Pour toutes les côtes matraquées et brisées. Pour chaque animal jeté de son nid et broyé dans son mécanisme d’amour. Pour toutes les soifs qui n’ont pas été étanchées jusqu’aux lèvres fendues jusqu’à la chute et à la cécité. Pour mes frères dans leurs...

Lire la suite

Trop peu de dire

Trop peu de dire que les gardes-barrières laissent filer l’éternité qui berce notre planète orange Trop peu de dire qu’il est des villes qui s’en vont comme des oiseaux pour ne plus revenir Trop peu de dire qu’il n’y a plus de forêts en Marche Dans le...

Lire la suite

Un jour le Y

Un jour le Y têtu comme un Turc s'aperçut qu'il était le seul immigré dans l'alphabet il frappa au volet du Z pour lui demander d'où il venait un Z pressé comme un zèbre ne l'écouta pas un Z fainéant comme un Zéro s'endormit mais le Z zentil comme Zorro...

Lire la suite

Derniers saluts

Derniers Saluts ce soir ceux que je t'envoie n'ont pas de fin pas plus que mes salut salut à Pas question que les transmette la divine diligence. Tournant de l'œil s'effondrent les violettes que le temps tiède a trop étreintes c'est légitime il est resté...

Lire la suite

Faubourg de l'Hôpital

À la mémoire de Francis Giauque Tranquille une douleur est là parmi les branches Mais toi tu n’es plus là Je n’entends plus ton pas le long de l’allée claire Je n’entends plus ta voix C’est un parc immobile et bourgeois Le beau temps ajoute au désarroi...

Lire la suite