Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie du monde

L'enfant précoce

L'enfant précoce Une lampe naquit sous la mer Un oiseau chanta Alors dans un village reculé Une petite fille se mit à écrire Pour elle seule Le plus beau poème Elle n'avait pas appris l'orthographe Elle dessinait dans le sable Des locomotives Et des wagons...

Lire la suite

Un cantique profane

Non pas en exil. Non pas étranger. Solidaire des hommes et des bêtes Solidaire des eaux, de la boue, de la roche et des champs des forêts et forêts de constellations. Graine de la grande tribu des sables et cailloux de toute cellule vivante, pétales de...

Lire la suite

Gitane

Elle n'est pas contre le fait qu'on la photographie. Elle est belle et n'a rien à prouver ni rien à perdre, pas même son naturel. Elle veut bien poser un peu, là, comme on l'a surprise, l'enfant tétant son sein dans les rues de Sacro-Monte, le visage...

Lire la suite

Poids

à force d'années le corps de plus en plus lourd à sortir le matin et à rentrer le soir un sac d'os et de viande obscurs pas de jachère du temps pas d'interstice pour les questions elles viennent la nuit quand on ne dort pas heure à heure haler le jour...

Lire la suite

Sans toi

Je suis le sans-abri L’écorché vif Le sans-peau Le diaphane Celui qu’aucune pellicule ne protège Je suis celui qui a été Blessé Près de la bouche Je suis l’errant L’itinérant Le désarçonné Je suis le pauvre Le voyou Le désargenté, le désorienté, le déséquilibré...

Lire la suite

L'homme et le caillou

« J’aime le bas d’ici : je ramasse un caillou Quelconque. Il a déjà cinq cents millions d’années Et survivra longtemps aux races condamnées – À la nôtre. Partir ? Vous voulez qu’on aille où ? Je tiens ce bout de rien dans ma main peu-de-chose. Je le palpe,...

Lire la suite

Lettre en hiver

regarde, regarde les branches nues des arbres que neige habille, elles ressemblent aux chemins enchevêtrés que prend la parole ou l’écrire, et cette neige, au poids du silence déposé sur toutes choses. j’aime à penser que tu puisses percevoir ainsi le...

Lire la suite

Les cinq doigts de la main

les doigts à fleur de vie la poussière de craie que l'on respire les doigts qui font marcher les mains sur cinq pattes bancales la poussière d'une écriture sur un tableau noir et on prend l'éponge on efface tout des doigts se lèvent vers un ciel de craie...

Lire la suite

Pas envie de grandir

Pas envie de grandir maman Me laisse pas partir Jouer à être grande Quitter mon univers Laisser vieillir mon coeur Mon âme rieuse à l'abandon Pas envie de grandir maman Ranger mes rêves au fond du tiroir Déguiser mes pensées naïves Si démasquée je suis...

Lire la suite

Le coeur de la terre

J’ai arraché le cœur de la terre Les mains meurtries par ses veines blondes Ses rondeurs dissimulées en larges sourires de chair J’ai cru pouvoir me mesurer A ces forces immobiles et accueillantes Intemporelles et sacrées Fracture de sable écorchée J’ai...

Lire la suite