Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

Comme les bras des femmes

L e temps laisse des miettes dans les craques du plancher, des bas dépareillés dans le fond des tiroirs, des éclats de lumière dans la poussière des choses, des traces de break sur le plancher des vaches, des fantômes qui jouent à la chaise musicale....

Lire la suite

Comme une noix

J e mêle mon langage à celui des oiseaux, ma mystique à celle des forêts. Le mot âme est tabou dans les livres comptables. C'est mon balai de sorcière, mon bâton de sourcier, ma baguette magique. C'est l'encre d'un crayon, la palette d'un peintre, la...

Lire la suite

Jusqu'à mordre la mort

L e manque d'argent, le manque de temps, le manque de tout n'empêchent pas la bonté. Tant qu'il y aura des bombes, tant qu'il y aura des tombes, tant que l'argent domine, la chair de poule habillera le squelette des mots. Luisant sur l'eau du lac, un...

Lire la suite

Le bas du ciel

Le ciel n’a jamais été si bas. Des nuages neigeux s’accrochent aux épinettes. Les doigts blancs de l’hiver repoussent les oiseaux. Seule une poignée de mésanges picorent des chicots. Les vieux épouvantails agitent leurs ailes de chiffon. Quelques geais...

Lire la suite

Des miettes de pain

Qui jette des miettes de pain aux oiseaux de malheur? L'enfance ne joue plus avec des cailloux et des boites de conserve. Elle ne joue plus à la marelle, aux billes, à la corde à danser. Elle ne dort plus sur des tapis d'aiguilles de pin. Elle ne fait...

Lire la suite

Peut-être

Ça y est. Les Américains ont voté pour Trump. Quand l'élection d'un chef d'État représente une menace pour le climat, il faut plus que s'interroger sur l'avenir de l'homme. Ce lendemain d'élection, chacun devrait avoir la joue qui brûle devant cette gifle...

Lire la suite

Dans le noir

Vingt ans plus tard, sur une photographie jaunie, on lit la peur dans les yeux des fusillés. Sont-ils encore vivants dans la mémoire du monde? Quelque part, dans un tiroir déglingué, parmi quelques cailloux et des billes de verre, j'ai conservé l’œil...

Lire la suite

D'un cahier l'autre

D'un cahier l'autre, ma vie est sur la table comme un morceau de viande assaisonnée de sacres et de prières laïques. L'espoir s'use et ruse avec le vide. Mes mots se mirent dans la cendre. J'ai trop vécu ma vie sans moi. Je la cherche aujourd'hui comme...

Lire la suite

Des miettes de pain

Qui jette des miettes de pain aux oiseaux de malheur? L'enfance ne joue plus avec des cailloux et des boites de conserve. Elle ne joue plus à la marelle, aux billes, à la corde à danser. Elle ne dort plus sur des tapis d'aiguilles de pin. Elle ne fait...

Lire la suite

Une colonne verbale

La nuit, on se fait tout petit. On s'amenuise. Je dors toujours un crayon à la main pour agrandir le paysage. Même les géants trébuchent dans l'ombre. Les amuseurs publics sont les plus dépressifs. Y a-t-il de quoi rire quand les bombardiers pondent leurs...

Lire la suite