Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

Solo 3

Seigneur me voici c’est moi je viens d’un pays de terre les grillons chanteurs modulaient de longues cantilènes dans les armoires candides et tandis que les horloges de chêne scandaient le temps paysan allant de tristes Tristan harpaient des sônes d’amour...

Lire la suite

Avec des mains sourdes

Un peloton de lois nous fusille des yeux. Nous ne sommes plus dans de beaux draps mais dans la merde jusqu’au cou. Mes bras boiteux s’appuient sur des images pour tromper le malheur. Je lapide la haine avec la pierre des prisons, les pavés de la mare....

Lire la suite

Solo 2

La mort vient tôt frapper à notre porte les vents d’hiver emportent les poitrinaires et pour flétrir les pâles primevères il suffit que l’ondée se conforte d’un peu de givre et de Galerne la vie s’en va la vie s’en vient ma belle passante mon étrangère...

Lire la suite

Un briquet dans la neige

J’entends bouger dans les souliers des morts. Mon placard est rempli de fantômes. Je les nourris avec de vieux habits, des boutons de chemise, des lacets de bottine. Il faut tout récurer, nettoyer l’homme de fond en comble, enlever les doigts de Dieu...

Lire la suite

Sans voir

On ne sait pas ce qu’on voit dans les yeux des mourants. De l’inconnu, sans doute, de la peur, peut-être ? Quand la lampe s’éteint, je cherche la lumière dans ce qu’on ne voit plus. Je touche les objets avec une main d’aveugle. Une gravité nouvelle s’empare...

Lire la suite

Solo (Bretagne)

(Au seuil de la mort, Xavier Grall écrit un poème à la fois magnifique par son désir de « demeurer dans la beauté des choses » et pour moi parfois exaspérant par sa foi indécrottable dans l’intervention d’une puissance divine. Mais, l’humble supplique...

Lire la suite

Le coeur en play-back

Ce qu’on voit sur les écrans, ce qu’on entend à la radio, ce qu’on lit sur les journaux, ne ressemble aucunement à la vie. Le grésillement des répondeurs a remplacé l’écho. Le cœur tourne en play-back sans savoir pourquoi. Le rêve naît sans âge et meurt...

Lire la suite

Un homme est mort

un homme est mort hier je ne sais trop comment mais ce n'est sans doute pas très important car on meurt un peu tous les jours et au bout du compte on finit par mourir un homme est mort hier il parait que c'était quelqu'un de bien de pas méchant il avait...

Lire la suite

Je grimpe sur la page

Voyelles pliées, phrases au dos, je grimpe sur la page. Je m’accroche aux virgules, au sens, aux métaphores. La route est longue du silence à la voix, de la mer aux tisons, des racines à l’oiseau. Les bruits sont épars et le ruisseau de l’encre amplifie...

Lire la suite

Pourquoi les hommes ?

Pourquoi les hommes ont-ils si peur d’aimer, si peur de la paix, si peur d’être libres ? Les écrans des portables ont épongé leur âme. Les femmes ne servent plus qu’à vendre des voitures, des yaourts, des gels. Les gamines qui jouent ne sautent plus à...

Lire la suite