Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

À l'appel des loups

Depuis qu’on a posé les deux pieds sur la lune, quel fantôme répond à l’appel des loups ? J’avance pas à pas, voyelle par voyelle. Les bouleaux, dans la grammaire des villes, ont fait place au boulot. Les boutons d’or ont fait place aux boulons. Les paysages...

Lire la suite

Jardins Lumière de L'avenir

Jardins Lumière de L'avenir

Préparez-vous à vivre un moment mystique, où la musique vous prendra sur son dos pour vous faire voyager au son des vibrations de la harpe et de la voix de Geneviève Plouffe, du piano de Sylvain Marcotte, des percussions de Samuel Ouellet. Soutenus par...

Lire la suite

L'embarras du choix

Ce livre est encombré d'objets. Il est plein de lui-même. C'est une table qui garde ses racines, une armoire pleine de pages, une place vide en soi qu'on remplit de présence. Ce livre est comme un loup. Il fait plein de détours sans dévier du but. Traqués...

Lire la suite

Comme une plante humaine

Quand il pleut, je me laisse arroser comme une plante humaine. De l’herbe pousse dans mes yeux. J’ouvre les mains vers tout. Rien ne se perd qui ne le soit déjà. Aurais-je faim, aurais-je soif, je ne fermerai pas mes ailes de papier, je ne lâcherai pas...

Lire la suite

Lorsque la nuit

Lorsque la nuit fait taire les oiseaux, c’est ton silence que j’entends. Comment te dire : Regarde quand le ciel est si bleu. Comment te dire : Écoute quand j’entends les oiseaux. Tu es si près de moi mais ton corps est si loin. Les plus belles couleurs...

Lire la suite

Savoir se perdre

Je pourrais m’asseoir à mon bureau et me consacrer aux données officielles de ma courte vie, ce serait un matin administratif, une journée placée sous le signe du devoir et de l’accomplissement social, accomplissement de l’homme moderne qui paye ses factures...

Lire la suite

Coeur

Vous éructez le sens de vos génuflexions mais où est le cœur où est le cœur où est-il je ne le vois pas je ne vois sur la croûte de vos tapis que les amas de la sueur acre des immodérés de la luxure et du pouvoir ma connivence quant à moi ne me le reprochez...

Lire la suite

La ligne droite

Quand on écrit, on ne cherche pas la ligne droite, la vérité, la forme. On cherche l’équilibre. Je reviens de la ville où je suis mort un peu. Je dois me ressourcer. Je dois trouver la route de l’origine à l’infini. Là où l’oiseau lit dans les feuilles,...

Lire la suite

Le trou

1 La tête comme une flaque d’eau morte dans laquelle tu nages en rond Quand plus rien ne te porte plus rien du tout 2 Arrose les plantes occupe toi respirer peut être si doux quelquefois Il suffirait de ne plus injecter toute cette peur dans tes veines...

Lire la suite

De l'origine à l'infini

Mes mots sont de vieux souliers déformés par la marche. On y voit des cals sur l’orteil d’une phrase, des ecchymoses sur la peau du silence. Je cherche un alphabet vivant, un lexique de chair, une grammaire affamée. Sans crayon, je me sens comme sans...

Lire la suite