Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

Deux larmes et un sourire

Il n’y a pas de tout dans les supermarchés. On y perd son âme. Je pousse mon carrosse pour rassembler mon corps découpé en morceaux. Je me cherche en criant mais l’on n’entend que le grincement des roues. Que voulez-vous que je fasse avec une paire de...

Lire la suite

Je t'aime

(...) Je t'aime. Je n'ai plus d'âge. Je n'ai que toi et c'est tout l'univers. Je respire avec toi. J'ouvre les yeux, les mains. J'ouvre les bras pour toi. J'aime te caresser. Ta voix ronde et chaude réchauffe les mots que je t'écris. Je t'attends avec...

Lire la suite

L'appel des arbres

Les outils ne construisent plus rien. Ils fonctionnent à vide et carburent à l’éphémère des monnaies. Les yeux rampent à plat ventre au milieu des affiches. La haine comme l’argent ne s’embarrasse jamais de raisons. On n’entend que des voix ayant perdu...

Lire la suite

Le déluge

J’attendrai le déluge sur l’arche de la pluie. Je naviguerai sur le rivage des eaux. Je suivrai la lumière à même la lumière. Je toucherai le ciel sur la crête des herbes. J’atteindrai les nuages sur l’échelle du feu. J’ai pris refuge dans la bouche du...

Lire la suite

Jean-Pierre Nicol

Le nuage immobile, Jean-Pierre Nicol, éditions Rétroviseur, Jean-Pierre Nicol, membre du comité de rédaction du magazine poésie Rétroviseur, breuvage périodique qui a fêté pourtant ses vingt ans d’âge en 2004, Jean-Pierre Nicol donc, est un insatiable...

Lire la suite

Peut-être que

L’enfant est trop petit pour la tasse des hommes. On lui fait boire de force la lie amère du monde. Je ne suis pas de ceux qu’on piédestale mais des poètes qu’on piétine. La liberté fait peur aux comptables et aux cons. Les marchands ne savent pas ce...

Lire la suite

C'était toi

(…) C'était donc toi les traces laissées dans l'arrière-cour de l'infini, les miettes sur la table du cœur, les petits pas de fée sur la neige du temps, les trous dans les nuages pour colorer le ciel, les dolmens en dentelle sur le bord de la mer. C’était...

Lire la suite

Une immense paupière

Ta nuit est une immense paupière qui protège mes rêves. Tu es un baume dans la blessure de l’arbre, la boue devenue chair, la mer devenue ciel, un chemin de verdure dans les allées de sable. Tu as l’odeur des fleurs juste avant qu’elles éclosent. La nuit...

Lire la suite

Le plaisir des mots

Ces mots que je voudrais liés aux lèvres éternelles, ce sont de simples mots, des mots de pain d'épices, des mots de peine et de misère, des mots de peur et de bonheur, des mots de contrebande. Ce ne sont pas des mots dociles. Ils tirent à hue et à dia,...

Lire la suite

À l'envers des allées

Au carrefour des sentiments, on peut me suivre mot à mot à l’envers des allées. Mon carrosse déborde : tout un petit tas d’heures à mettre en cerf-volant, un kit complet de sentiments à coller sur le cœur, des crayons de couleur à la mine renfrognée,...

Lire la suite