Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

Que du stage

S ur le papier glacé et les écrans publicitaires, tout le monde est jeune et hygiénique, le sourire cool, le regard froid. Le vide autour de nous se remplit d’objets. Un encombrant déchet a pris toute la place, le cul, l’argent, le show. Des bébelles,...

Lire la suite

Capitaine Bonheur

L e Capitaine Bonheur a perdu son costume. Il est trop lent. Il est trop las. Il est là sans savoir où il est. Il ne peut plus cacher les trous de balle qui saignent, les épines qui piquent, les cicatrices de l’âme, les brûlures du cœur. Même armé d’un...

Lire la suite

J'ai mal à mon pays

À Gérald Godin Par la grégousse et la picouille, par la souque et la noune, par la cantouque et la babiche, par la baboche et la batèche, par la poutine et la pitoune, par la snoutte et l’eau d’érable, par la garouine et le totem, par les guernouilles...

Lire la suite

La langue est mon pays natal

L a langue est mon pays natal. Je meurs et je revis à chaque bout de phrase. Du bois mort dans l’âtre fait revivre la flamme. Il suffit d’un seul mot pour ouvrir une porte. Il suffit d’un poème pour redonner courage. Il suffit d’un motif dans les limailles...

Lire la suite

Les chemins perdus

Je ne suis plus là. Je ne suis pas où vous croyez. Nombre dissous parmi les nombres, j’ai perdu ma trace. J’ai traversé la route. Je suis là-bas . J’ai crevé l’écho, l’écho même de l’écho. Je suis dans l’invisible. Les mots ont pris la forme de mon corps....

Lire la suite

Une piqûre d'abeille

La nuit recoud sans cesse ce que le jour défait. J'aime l'accord de l'eau avec les herbes, les petits œufs de l'ombre dans les nids de soleil. Les parfums montent jusqu'au ciel. Les oiseaux chantent sur les branches. L'herbe se couche sous les orages...

Lire la suite

Si les oiseaux

Nous apprendrons l’amour aux hanches tièdes du sable, aux fontaines gelées, aux pois chiches et aux hommes. Nous apprendrons la neige aux sculptures d’ébène, la douceur aux épines. Nous apprendrons l’oiseau pour comprendre les arbres, la patience des...

Lire la suite

Une armoire dans le dos

J ’ai une armoire dans le dos. Elle se vide à mesure que j’avance. Dans la boue du réel, mon rêve a les semelles pesantes. Il s’accroche aux souvenirs, au chambranle du monde, aux barreaux de chaise, aux poignées de porte. Il est comme un enfant qui rattrape...

Lire la suite

Sur le chemin des signes

Elle est blanche. Elle est bleue. Elle s’insinue partout, la légèreté. Elle est toujours debout, la liberté. Ce sont des mots que j’aime. Le petit homme en moi refuse de se taire. Il en coûte cher de mourir à ceux qui vivent chichement. Je ne crains pas...

Lire la suite

Tomber n'est pas mourir

J'ai trop marché pieds nus sur une nuit de verre. Je me suis perdu entre les pages d'un livre. Depuis trois jours, je vis à la chandelle, sans auto, sans ordi, sans électricité. Je mange sur le sol. J'efface les traces de sang sur le plancher du cœur....

Lire la suite