Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

Hébétés

On s’hébète. On s’embête. On cloche-pied. On fait sonner les cloches au beffroi de l’ennui. On mâche le silence. On boite au bord du vide. On ressemble à un sac oublié sur un banc. Il n’y a plus de chemin. L’horizon est comme un chien couché. Les fleurs...

Lire la suite

À la source

J’accroche au clou mes plus vieux souvenirs. Ils serviront d’imper, de chapeau, de bougrine, à ceux qui les voudront. Je dépose sur la page mon fagot d’écritures chargées de doute, de colère, de compassion, de joie. J’ai commencé par quelques mots pour...

Lire la suite

Le ciel est amoureux

La lumière est une femme. Elle se colle à la nuit, à ses grandes mains d’homme. Le vent qui couche à terre des érables encore jeunes et pousse des rivières sans aucun ménagement soulève doucement le corsage des fées. Du bruissement des fougères au craquement...

Lire la suite

Sous zéro

Les geais bleus font leur nid dans la forêt de neige en repoussant du bec les mésanges en nonnettes. Il est difficile d’écrire à 30 degrés sous zéro. Il faut doubler les pages, renchausser les voyelles, mettre des bas de laine aux jambages des phrases,...

Lire la suite

Dans les yeux de chacun

Du mort renaît toujours la vie. La pierre ne cesse pas d’être une pierre, c’est le regard qui change. La pluie rafraîchit l’air. Le vent lui donne la parole. Figés sous le verglas, les bourgeons retiennent leur suc dans les arbres en dormance. Négligeant...

Lire la suite

Pays froid

Dans ce pays de froid, nos os reconnaissent la neige et cherchent sa chaleur. Un même fleuve nous traverse. Mont-Louis, Gros-Morne, Paspébiac. Le feu est un miracle au milieu de la glace. On renaît de ses cendres après chaque tempête. Les routes sont...

Lire la suite

Dans la maison des mots

Je cherche des souliers dans la maison des morts, des éclairs de génie dans l’asile aux murs blancs. Je touche les écorces comme la peau d’un livre. Mille insectes y circulent comme de longues phrases. Une pierre m’attend quelque part pour devenir un...

Lire la suite

Chacun de mes mots

Chacun de mes mots est un peu de moi-même. Une musique mentale fait sa route dans le sommeil des choses. On recommence le monde en changeant quelques mots. Les arbres sont réels dans l'espace intérieur. Je poursuis la nuit, là où le sommeil invente le...

Lire la suite

Le défaut de la bête

Ce n'est pas le défaut de la bête qui use la terre, mais la ruse de l'homme, son goût du profit mal acquis. Les selfies ont remplacé le duel des rétines par un combat de coq. On n'ose plus regarder l'autre en face. On l'emprisonne sur un écran. Ceux qui...

Lire la suite

Comme dans un patchwork

Sans la présence de l'homme, les choses qu'il crée seraient vaines. C'est le contraire avec les arbres, les montagnes, les sources. Ils souffrent de la présence de l'homme. Tout amour est une métaphore malhabile. Ce n'est pas tout d'écrire. Les formes...

Lire la suite