Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

Sur les vieilles photos

Sur les vieilles photos, sur le miroir des visages, les rides sont tous de la même famille, des oncles, des cousins, des grand-pères. Il manque les paroles, les bruits de l'air ambiant. Il manque la présence, les odeurs, la sueur, la chaleur ou le froid....

Lire la suite

Les mots deviennent chair

Avec l'argent, les hommes ne savent plus faire que du mal. Les banquiers sont un peu comme les hommes, avec le cœur en moins. Les soldats sont un peu comme les autres, avec la haine en plus. L'argent a une odeur, c'est celle du pétrole. Les riches pendant...

Lire la suite

Il faut vivre

Il faut vivre, disait ma mère. De rien du tout à la grande mer du néant, se poursuit la grande écriture du fleuve, avec ses heurts et ses retours, ses débours de langage, ses chicanes d’oiseaux, ses sacs et ses ressacs, ses tournures de phrases encore...

Lire la suite

Les lignes de la main

On ne lit plus les lignes de la main sous les mailles des mitaines. C'est la mort que l'on héberge et que la vie nourrit, mais c'est l'amour qui donne un sens aux gestes, une parole aux mots. Les nuages en bataille annoncent un orage. Leur ouate s'effiloche...

Lire la suite

Mon coeur de huit ans

Hier encore on a bombardé un hôpital et deux orphelinats. Comment garder espoir quand l'argent et le pétrole avec les fous de Dieu détruisent les maisons du cœur? Il m'arrive de passer du je universel au petit je me moi. Souffrant d'une entorse lombaire,...

Lire la suite

Le stable et l'instable

Certains stylos font un bruit d'insecte sur la page, d'autres dérapent et glissent. Trop de points de suspension ligotent le silence. Il faudrait que les parenthèses restent ouvertes. Comme l'a fait remarquer Péloquin, dans la plupart des édifices, c'est...

Lire la suite

Sourire aux anges

On ne construit plus de maisons, mais des machines à habiter, aseptisées, climatisées, électrifiées. La vie ressemble au bowling ou au baseball. Que peut faire un être malhabile devant une rangée de quilles, à part des dallots et des trous dans le néant,...

Lire la suite

Vers un monde plus vaste

L'avenir piétine devant des portes closes. Sa peau de plus en plus ressemble à du métal. Un clapet de plastique a remplacé le cœur. Ses genoux plient comme des joints de culasse. Certains mots se ressemblent. Il est normal de confondre l'effraie avec...

Lire la suite

Qu'est-t-il donc arrivé ?

Le plus petit pouvoir rend les hommes médiocres. Sous l'habillement des chefs ou la défroque des esclaves, la nudité reste la même. À l'échelle planétaire, l'humain s'enfonce dans sa merde et la vulgarité. N'est-il pas étrange que la liberté rétrécisse...

Lire la suite

Au bout du compte

Au bout du compte, toute charogne se fait cendre et le charbon devient un diamant. La peau des pieds s'use vite quand on marche pieds nus. Elle se fendille sur la chaleur des roches. Une semelle de corne finit par endurcir les pas. Le verbe être supporte...

Lire la suite