Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

Les mots pour le dire

C'est dans le regard qu'un paysage est grand. Il est petit pour les petits. Il est con pour les cons. Noël a troqué son sens religieux pour celui du commerce. À Tokyo, on peut voir des Pères Noël en croix. On ne sait même plus qui est le crucifié. Quand...

Lire la suite

À la lueur de la lune

J'écris surtout la nuit, à la lueur de la lune, avec du vrai papier, avec du sang, de la sueur et de l'encre. Chaque phrase est comme un creux du lit, un coin d'oreiller mouillé de fièvre. Où vont-ils ceux qui n'arrêtent jamais? Tous les aéroports se...

Lire la suite

On n'aborde pas la mort

On n'aborde pas la mort comme on le fait d'un homme. Tôt tard, le rire s'achève en râle. Le suc de la durée finit toujours par sécher. J'ai bu mes larmes avec du vin, beaucoup de larmes et trop de vin. Je suis malade, ce matin. Je chauffe le gros camion...

Lire la suite

Battre la cendre en neige

La neige a mis sa robe longue et patauge pieds nus sur la glace du lac. Le ciel est bas et la robe est légère. Enfant, les journées comme celle-ci, je découpais des anges dans le carton des âmes. Je galopais très loin assis sur une branche. Autant j'étais...

Lire la suite

Les mots qu'il fallait taire

On finit tous par dire les mots qu'il fallait taire, par égarer nos pas dans leurs propres souliers. Devant l'opulence de la nature, l'homme doit vivre de sobriété. Chaque feuille, chaque pierre, chaque atome, chaque étoile, est à sa place. Il n'y a que...

Lire la suite

Un petit pas

De l'état d'amour à l'état de suicide, il suffit d'un pas, d'un mot, d'un geste. Il faut penser le monde en fonction de chacun, une maison sans porte aux vitres sans rideau, syntoniser les arbres aux milles chants d'oiseaux, réinventer la mer dans une...

Lire la suite

Des fraises dans la neige

C'est déjà un miracle que de vivre sur terre, pourquoi faut-il la polluer? Il y a une immense plaie au flanc du Mont Beloeil. On gratte la montagne pour en faire des routes. Il n'y a plus de grotte des fées. Il n'y a plus de nids de vipères, mais des...

Lire la suite

Les menus riens

J’aime les menus riens, les trotte-menu et le menu fretin. Une poubelle renversée est un trésor pour un chat. À trente degrés sous zéro, une mitaine trouée est une calamité. Tous les chapeaux m'émeuvent beaucoup plus qu’un drapeau. Dans un monde où l’on...

Lire la suite

Au ras des hommes

À défaut de comprendre le monde, je parle aux vaches dans les prés. L'école nous apprend à devenir un sujet social. On n'enseigne plus le rêve, on apprend à compter. On ne lit plus de contes, mais les factures du mois. Ça empire à l'âge adulte, on nous...

Lire la suite

Les barreaux

Dans une tempête de mots, les rayons du soleil ne portent que poussière. J'écris avec mon doigt sur les vitres, la table, même les murs. Les hanches font la houle en fredonnant Body and Soul, les anches des hautbois, les lèvres des trompettes, la bouche...

Lire la suite