Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

Cette façon

Où va le monde lorsque son épine dorsale traficote la faim, tricote la famine, lorsque les minarets deviennent des miradors, quand la farine cache des fusils, les cendres encore chaudes la puanteur des bombes, les herbes odorantes du thym empoisonné et...

Lire la suite

Entre les lignes

J’arrive d’un village à l’avant-garde des niaiseries. J’ai quitté ce non-lieu pour avaler le monde. Ça sent la terre fraiche quand il pleut par ici. Il me semble renaître dans le mouvement des mots. L’ombre des chiens porte mes pas. Je les promène chaque...

Lire la suite

Avec la sève (extrait)

à Michel Langlois (...) Certains écrivent avec des larmes. D’autres le font avec du sang. J’écris avec la sève d’un crayon à la mine renfrognée. Je nomme le minime, le petit soleil magique d’une abeille butinant son butin, les ailes frêles d’un insecte,...

Lire la suite

Dans mes poches d'enfant

L a vie s’est réfugiée dans ma gorge et ma langue, toute une vie d’éponge à boire la lumière, à cracher les pépins, à traverser les ombres. Parmi les lettres éparpillées sur la table, les cahiers, les papiers, se promènent les phrases. Elles trébuchent...

Lire la suite

Avec des mots faits mains

J e tricote ma vie avec des mots faits main, des phrases raboudinées, des images en patchwork. J’écris avec des bouts d’épines sur la pelote du cœur. Je me fabrique une terre avec des arbres aux ailes repliées, des phrases qui se prennent les pieds dans...

Lire la suite

Rénover la vie

L ’enfant porte déjà le drame de sa vie. On le voit dans ses yeux. Ses petites mains potelées en cachent la raison. L’excès des années en souligne les traits. La vie finit par nous tuer comme un poisson par se noyer dans l’eau ou un oiseau tomber du ciel....

Lire la suite

Briser la vitre

N ous sommes si peu de temps sur terre, pourquoi dilapider son âme et vivre d’échappatoires ? On n’essuie pas d’un geste toute la poussière du temps. Dans la maison déserte, on met sur la mémoire une hausse à fauteuil. Une lueur brille à l’ombre des fantômes...

Lire la suite

Le chemin

L ’éclat de l’eau, l’éclair dans l’orage, le foin d’odeur, quelles merveilles. J’espère qu’il y aura toujours un petit baveux pour nous apprendre à vivre, une révoltée sublime pour rendre la colère le plus tendre possible. Au lieu de frapper dans le vide...

Lire la suite

Cette pudeur

I l n’y a que l’homme pour faire une potence d’un arbre le plus beau, en chasser les oiseaux pour en faire une croix. La joie se heurte aux hommes. La haine a le champ libre. Ils se battent pour elle. Longeant le précipice du monde, je me raccroche à...

Lire la suite

À même le magma

L a mort ne serait rien si on ne mourait pas d’avance. Quand un terrain devient privé, on en prive les autres. Avec l’apparition du commerce, l’homme a cessé d’être solidaire. Le rendement a pris la place de l’amour. En créant des emplois, on crée aussi...

Lire la suite