Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

La mort n'est pas la fin

Dans le monde dont je rêve, les parallèles s’entrecroisent. La géométrie du cœur ignore les abscisses. Le minéral se mêle au végétal. Un bonheur fou caresse le chagrin. Les lignes du temps épousent les signes de l’espace. Un bout de crayon rabiboche les...

Lire la suite

Nomade

Je traverse en nomade le grand corps du monde, de la fraîcheur des sources jusqu’au vent du désert, de la froideur de l’eau jusqu’aux habits de flammes, du rhume des objets jusqu’à la toux de l’âme, du sel de la mer jusqu’au fil de salive, des grottes...

Lire la suite

Germination

Mon cœur ouvert comme un meuble laisse dépasser les mots. Il y a des phrases comme des bas dépareillés, des éclats de rire comme du verre éclaté, des bras de chemise qui cherchent l’accolade, des boutons d’or séchés, des pull-overs de peine qui bêlent...

Lire la suite

La géométrie du coeur

D ans le monde dont je rêve, les parallèles s’entrecroisent. La géométrie du cœur ignore les abscisses. Le minéral se mêle au végétal. Un bonheur fou caresse le chagrin. Les lignes du temps épousent les signes de l’espace. Un bout de crayon rabiboche...

Lire la suite

Le corps du texte

Les objets dans l'armoire sont le miroir du passé. Les mains s'y retrouvent aussi bien que les yeux parmi les vieux jouets et les rêves trahis. Les mais côtoient les comme. La salive réveille des souvenirs qu'on garderait au sec, des sentiments qu'on...

Lire la suite

Chacun porte mille routes

C hacun porte mille routes. Tous ceux qui prennent le même chemin finissent dans un embouteillage. On demande des papiers à la porte du ciel, des talons de paie, des visas, des diplômes. À quoi bon garder la porte ouverte si tout le reste est fermé. Le...

Lire la suite

Le chemin

L ’éclat de l’eau, l’éclair dans l’orage, le foin d’odeur, quelles merveilles. J’espère qu’il y aura toujours un petit baveux pour nous apprendre à vivre, une révoltée sublime pour rendre la colère le plus tendre possible. Au lieu de frapper dans le vide...

Lire la suite

Cette pudeur

I l n’y a que l’homme pour faire une potence d’un arbre le plus beau, en chasser les oiseaux pour en faire une croix. La joie se heurte aux hommes. La haine a le champ libre. Ils se battent pour elle. Longeant le précipice du monde, je me raccroche à...

Lire la suite

Mordre dans la chair

T out petit, je construisais des cabanes dans les bois. Ma vraie vie était là. Je continue avec un bout de crayon. J’habite entre deux pages. J’habite les ravins, les abîmes, les phrases. La force de l’être est plus belle que celle de l’avoir. Sans rêve,...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>