Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

Être là

Dans ce siècle où règne le commerce, ses enfants qu’on entraîne à la guerre, ses trafics d’organes, ses femmes violées par des bourreaux, plutôt manger de la vache enragée que de compter mes sous et vendre ma sueur, brouter l’herbe des mots, garder ma...

Lire la suite

Des oiseaux de papier

Où allons-nous de la glace à la pierre, de la pierre au bois, de l’allumette au feu ? L’eau blanche dans ma gorge laisse des flots sonores, un air dans l’oreille, une salive aux doigts. L’enfant que j’ai sauvé de moi continue son chahut. Ses lèvres cherchent...

Lire la suite

Une maison de chiffonnier

«Qu’est-ce que tu fais ? – Je dessine une maison. – Je ne la vois pas. – Elle est invisible. – Comment tu la vois alors ? – Je ne la vois pas, je l’entends. Il y a une femme-fée dedans et elle chante. C’est sa voix que j’entends. Elle pousse les mots...

Lire la suite

Les mailles du filet

Je me demande si l’homme d’aujourd’hui régresse ou évolue. Il dépense plus sur les façons de tuer que celles de guérir. Il néglige la vie, ne pensant qu’à mourir le plus riche possible. Tant de temps perdu pour élever ses soldats, des banquiers, des joueurs...

Lire la suite

Le placenta des mots

Tout un peuple de gouttes déserte les nuages. La neige fond silencieusement et donne à la terre son visage mouillé. Le ciel se mire dans l’eau du lac. Dans chaque mot, un livre prend naissance, dans chaque détail du paysage, un autre paysage, dans ma...

Lire la suite

Sur la marée des choses

Au réveil, on n’émerge pas du sommeil, on s’enfonce dans la vie. Le regard flotte sur la marée des choses. J’ai parfois l’impression d’être nulle part, ou pire, de ne pas être. Il y a des arbres, des nuages, des oiseaux, des bouts de vie qu’on attache...

Lire la suite

Quelque chose veille

Du doute à la lumière, mes images voltigent. Lorsque la neige tombe, le silence devient matière. On croirait qu’il s’agit du néant. Les mots figent dans l’air. Les nids sont vides. Les métaphores se dissolvent. Le vent façonne la parole à même les flocons....

Lire la suite

Le bol du printemps

Aux prises avec la plume et le papier, avec des mots rincés à la lessive des saisons, j’essuie les ombres portées pâles, les marques sales des doigts sur le comptoir du jour, la lie au fond des verres. J’ajoute un additif sonore aux rêves de la nuit,...

Lire la suite

À la pointure de l'âme

Je vis de phrases lentes élargissant le temps, d’une poignée de vent, d’un bol de soleil. Une métaphore fuse en plein milieu du lac. Il suffit d’un crayon pour en suivre le cours. Il suffit d’un instant pour retenir le temps, d’un bâton à la main pour...

Lire la suite

La parole de l'herbe

Les pieds s’emmêlent dans les pas. Les gestes peinent à se tenir ensemble. On est toujours un peu en retard de s’aimer. Quand un marchand donne une lampe, il a vendu la mèche. Combien d’hommes aujourd’hui seront sacrifiés ? Combien d’espèces disparaîtront...

Lire la suite