Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

Sur le chemin des signes

Ce qui nous fait défaut s’éveille dans le rêve. Des images surgissent à la lumière des choses. Les syllabes s’agitent. Les phrases se déploient d’un simple battement d’aile. Il faut tout perdre pour apprendre à donner, renaitre mot à mot au sang du paysage,...

Lire la suite

Il suffit d'une syllabe

Un compte rendu n’est que la reddition des vocables. Je veux sentir le goût des fraises dans les mots, les épines transpercer le papier et la salive mouiller la page. Le temps après la mort est déjà là à la naissance des saisons. Le ciel fait briller...

Lire la suite

De la tête au talon

Tout était en suspens. Du mouvement des astres aux mouvements des muscles, de l’amibe aux idées, de la cosmogonie à la semence intime, du carré de sable au désert, des vagues de la mer au vague à l’âme, de la migration des oies à celle des neutrons, de...

Lire la suite

D'arbre en arbre

J’écris le mot arbre, le mot fleur, le mot fruit. L’encre joue le rôle de la sève, la métaphore celle de chlorophylle. D’arbre en arbre, je vais de la racine vers le tout. J’adore me tenir très haut et regarder par terre ou me coucher par terre et regarder...

Lire la suite

Du plus simple geste

Dans la maison des mots, j’ai habité longtemps sous l’escalier de service, entre les seaux et les balais. Je suis parti avec la crasse et la poussière. Je n’ai pour vivre désormais qu’un alphabet boudeur, des écopeaux de mots, des phrases étroites comme...

Lire la suite

Parmi les fleurs qui aboient

Parmi les fleurs qui aboient, l’homme se met à japper. Je cherche des galets dans le plus mou des ombres, des étoiles dans le jour, un murmure d’enfant dans le bruit des klaxons, une simple caresse aux bras du balancier, une berceuse fragile dans le jargon...

Lire la suite

Tout au bout de mes doigts

Mes yeux boivent sans sucre le thé du paysage. Il arrive que les mots ressemblent à la vraie vie, avec ses fleurs et ses épines, ses blancs de mémoire et ses trous noirs. Les phrases rident sur la page. Le temps change de forme, le ciel de nuages. Je...

Lire la suite

Une goutte d'alphabet

Fermant les poings dans le sommeil, je retrouve l’enfance. J’écris en double puisque ma barbe mange la moitié de mes mots. Les phrases sur une page n’ont pas la même odeur. Les gutturales font le dos rond. Les labiales jacassent. Les phonèmes gagnent...

Lire la suite

À la pointure de l'âme

Je vis de phrases lentes élargissant le temps, d’une poignée de vent, d’un bol de soleil. Une métaphore fuse en plein milieu du lac. Il suffit d’un crayon pour en suivre le cours. Il suffit d’un instant pour retenir le temps, d’un bâton à la main pour...

Lire la suite

De miette en miette

La vie surprend parfois avec ses jambes de 16 ans au regard de vieillarde, sa longue tignasse rousse sur un crâne de pirate, son cœur de banquier sous un poncho de laine, ses larmes de cigare au fond d’un cendrier, ses bleus de travail qui sentent le...

Lire la suite