Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

Imperceptiblement

Il y a longtemps que je marche sans m’appuyer aux murs comme d’un parent à l’autre. Chacun de mes pas fait bouger l’horizon. Tout paraît plus petit à mesure que j’avance. L’espace rétrécit. La lumière se divise en atomes. Les maisons séparées se font...

Lire la suite

La ronce qui résiste

Le vent sucre les ombres. Des taches de rousseur parsèment la prairie. La terre se plie en quatre sous les pas du marcheur. La pluie assaisonne le potage du lac. Mon ombre poivre et sel imite le vieil homme. Nulle saison ne s’évapore sans laisser quelque...

Lire la suite

À l'écoute

La poésie est comme l’ombre ou la lumière de l’homme. Je passe de l’une à l’autre à la poursuite de l’âme. J’écris et je m’arrête. Je regarde l’eau du lac, le vert des bourgeons, les herbes qui frétillent. J’ai les yeux d’un naïf. Tout est toujours nouveau....

Lire la suite

Je trébuche

On ne va jamais plus loin que le fond du cœur. J’avance dans la fraîcheur du moment, l’accord de l’herbe et de la vie, les chamailleries d’oiseaux, les cascades mauves du lilas, le tendre vert des bourgeons, le gros jaune qui tache au cou des pissenlits,...

Lire la suite

J'ai honte

J’ai honte. La démocratie québécoise se transforme en dictature. On matraque les jeunes qui se tiennent debout. On les bâillonne. On les bastonne. On tire dans la foule. Et, selon les sondages, la majorité des citoyens applaudit. Peuple servile et mou,...

Lire la suite

Le poids des choses

Le poids des choses écrase l’homme. Je cherche la bonté, un brin d’herbe heureux, une toupie qui n’arrête jamais. Je trouve à peine quelques mots qui ne sont pas salis, un sourire claquant des dents, une main sans personne, l’or d’une phrase parfois....

Lire la suite

Les uns contre les autres

Nous vivons dans une époque étrange. Le passé et le futur ne coïncident plus. Malgré la vitesse de l’évolution technologique, le présent piétine. Les papes papotent. Les ayatollahs fouettent. Les banquiers veulent notre bien. Les travailleurs s’enchaînent...

Lire la suite

Ce qui manque à la vie

Je sors prendre l’air et me rebranche sur la vie à en crever d’amour, les poumons pleins de soleil, les nerfs au garde-à-vous, les yeux dépareillés, un peu moins emmerdeur, un peu plus souriant. Je m’allonge dans l’herbe pour rêver à ma blonde, à mes...

Lire la suite

Une cendre sans feu

Une ortie bleue résume l’écriture des ronces. Un vieil arbre m’appelle qui fait de l’ombre aux jeunes pousses. Dois-je saisir ma hache ou soigner ses blessures ? La nature nous pose d’embêtantes questions. Où l’on craint le soleil, on adore la pluie....

Lire la suite

Dans l'herbe des paroles

Tous ces portables qui s’agitent d’un continent à l’autre forment une immense oreille inutile. Même si le chant des hommes est plus beau que les hommes [1] , j’écoute les oiseaux pour oublier le bruit des choses. Je sens mieux la vie dans un cimetière...

Lire la suite