Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose

Tu es si loin

Nous étions si bien tous les deux à caresser un loup, à regarder la pluie en larmes sur la vitre, tant de petits soleils. La vieille chaise a verdie où nous étions assis. Des fleurs y poussent en souvenir de toi. Je voulais mordre à la même pomme, planter...

Lire la suite

Un cheveu sur la soupe

L es clochards de la rue font la cloche, un verre à la main, une bouteille dans l'autre. Ils ont l'haleine d'un égout à la bouche édentée. Leur vie de chien leur donne le bourdon. Le temps titube entre leurs jambes en quête des secondes qu'il reste à...

Lire la suite

On monte comme on tombe

Les yeux me sortent de la tête quand je ne veux rien voir. Il n’y a pas de lunettes chez les animaux. Ils voient les choses comme elles sont. L’homme essaie de voir plus loin, du moins celui à qui il arrive de penser. Ne pas mentir ne suffit pas pour...

Lire la suite

Sur la terre des morts

Je n’aime pas les dieux. L’un vend ses plaies pour qu’on souffre avec lui. Un autre voile les femmes pour mieux les enchaîner. L’un d’eux viole les garçons. L’autre en fait des soldats. Je crois à la sainteté des pierres, celle des fraises et des caresses....

Lire la suite

La première page

L a première page d'un livre dont j'ignore le but finit toujours par être la dernière. Il aura fallu un kilo de papier pour quelques grammes de mots, une tête en sueur, quelques doigts tachés d'encre, une poubelle engrossée de ratures. J'ai des doutes...

Lire la suite

Le niveau du réel

L es millionnaires ont fait main basse sur la présidence des États-Unis. Ce ne sont pas les riches qui aideront les pauvres. Les banquiers me font peur. Ils vont jusqu'à compter les oeufs dans le cul de la poule. L'administration des arbres n'a pas d'horaire...

Lire la suite

La terre est à chacun (extrait)

Les mots ne sont des choses que pour les grammairiens. Pour les autres, même les plus potaches, ils véhiculent du sens. Même si elles ne parlent pas la même langue que nous et ne voient pas les mêmes choses, les plantes nous procurent du bonheur. Quelque...

Lire la suite

Un petit vent

L a neige virevolte comme un plumage de merle. Sur le sol encore mou, les flocons s'agglutinent. J'avance dans la brume avec le nez rougi et les sourcils givrés, les mots enchiffrenés par le rhume du texte. Le monde entier n'entre pas dans une parenthèse....

Lire la suite

Une fleur de garage

L es événements futurs, ils existent déjà. Ils murmurent derrière la porte. Ils frappent pour entrer. Ils se répandent derrière le passé. On les voit sans les voir. Ils fuient comme des coquerelles quand on éclaire la pièce. Ils trébuchent sur les meubles....

Lire la suite

À l'appel des loups

D epuis qu’on a posé les deux pieds sur la lune, quel fantôme répond à l’appel des loups ? J’avance pas à pas, voyelle par voyelle. Les bouleaux, dans la grammaire des villes, ont fait place au boulot. Les boutons d’or ont fait place aux boulons. Les...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>