Coup de griffe

Publié le par la freniere

C'est la voix du premier personnage aux accents de télépathie venu au banquet des éveillés pour qui le passé est devenu complètement imprévisible. « Je veux bien, dit-il, assumer le dissolu, tordre jusqu'à plus soif les égophores ombrées de la vieille caverne de l'amour. Voudra-t-on pour cela me mettre à la porte encore une fois? Me sacrer là avec de gros mots qui brûlent, qui abrasent la lande ouverte au sauvage où je ne pouvais pas ne pas naître? Là où, sans que je le demande, on m'a donné le premier rôle? Je sais, c’est méchant. Ce sont mes chants offerts à la lumière crue du soleil. »

 

Jacques Desmarais

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article

Jacques 02/02/2017 18:58

Merci!