Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

119 articles avec jean-michel sananes

Lettre à mes pères

Publié le par la freniere

J'ai bu tant de chansons, tant de cris, tant de larmes,
tant de rires, de bonheurs, pour devenir un homme,
je ne suis plus qu'une addition de mémoires et de poèmes,
un verbe nocturne qui s'étiole au ressac des ivresses perdues,
un vieux saumon remontant un torrent de souvenirs.

Parfois, une magie insolente me percute,
les ombres exhument de vieux mots
tirés du syllabaire des siècles,
des soupirs d'exil viennent à ma rencontre,
émerge le visage d'un enfant mort que je n'ai pas connu,
de vieilles douleurs que portait ma grand-mère,
une chanson et une voix qui ne sait pas tarir,
je suis une mémoire en marche que le temps videra.

En ces jours où les farandoles du néant jouent de la paillette,
je cherche ce lieu où le cœur n'a plus sa raison,
je vous cherche, amis des litanies enchantées,
je vous cherche dans les funérariums où s'efface le poème,
où êtes-vous, Jehan Jonaz, Glenmor, Servat, Caussimon,
Barbara, Eva, Régiani, Nougaro,
et vous autres les immenses, les Ferland, Brel, Brassens,
vous qui saviez que les poètes meurent quand le verbe se tait.

Et toi Colette Magny, qui nommais "Hibakucha"
les survivants d'Hiroshima, les extirpant de l'exil des intouchables,
n'es-tu que cette voix scandée dans le silence des jours
que j'arrache à ce 33 tours d'où suinte ta voix ?
Où sont donc maintenant nos quelques mots égarés
rue de Flandre autour d'un café ?

Et toi Sahara, qui au côté de Claude Delcloo et du Full Moon ensemble de Chicago,
jetais des mots aussi vibrants
que mon désarroi au crépuscule de mes vingt ans ?
Tes paroles encore tambourinent en moi
Amérique Amérique, j'entends crépiter les enfants d’Hiroshima,
et claquent en ce poème de Bob Kaufman
au tréfonds de mes veines jusqu'à me faire japonais
Et toi Jacqueline Danno, qui vivifiait Federico Garcia Lorca
quand tu giflais l'impératif du désir
en ces mots qui faisaient frisson à ma peau
Dites à la lune qu'elle vienne, le corps d'Ignatio je ne veux pas le voir.
Et vous Anne et Gilles,
qui endiamantaient La centaine d’amour de Neruda.

Combien de fois, dans le coma des espérances anémiées,
ai-je bu vos mots pour noyer les désespoirs d'un siècle désabusé,
combien de fois vous-ai je écoutés,
entendus, jusqu'à la confusion des âmes ?
Combien de fois vous ai-je mêlés à mon sang
jusqu'au profond de l'étrange langage qui irrigue mon encre ?
Vous étiez paroles de Poètes, jamais d'hier,
vous qui bousculiez les soubresauts d'un ordre triomphant
qui aujourd'hui s'embusque sous des silences nouveaux.

Où es-tu donc Léo,
toi dont la voix, encore en moi, résonne
comme la fascinante stupeur du cri mauve
qui agite l'inquiétude des crépuscules,
où es-tu Léo toi qui t'emparais des vers d'Aragon
(et) dont le cri en moi porte à jamais cet
avril à 5 heures du soir, un dragon planta un couteau dans son cœur,
où es-tu, toi qui reviens toujours
dans les bouffées tristes d'une jeunesse blessée ?

Le sais-tu ami, le savez-vous amis,
ici, la télé-réalité joue l'indécence,
le verbe n'a plus sa place,
la violence des stades joue l'indigence des consciences,
ici la sémantique sert les ambitions,
on égorge le sens,
on fait du sexe et du voyeurisme un passeport
pour la notoriété des imbéciles

Voyez-vous amis,
le verbe, la chanson, la parole, effraient,
ici, on sait que votre silence est une révolte désarmée,
ici, il savent qu'à étrangler le cri
on désâme les consciences.

Pourtant amis, chez moi vous vivez,
chaque soir vont, viennent, et reviennent des vivants intérieurs,
chaque soir chez moi vous chantez, déclamez, dansez
sur des symphonies de synapses,
des vagues à l'âme intemporels, des valses neuronales,
chaque nuit, une polka de personnages immortels trahit la mort
pour peupler la face blanche des jours de complaintes disparues.

Je te cherche Maurice Fanon toi que la radio efface,
as-tu toujours au cou ce souvenir de soie…
qui fait si doux à ma mémoire ?
Et vous James Olivier, Jean Arnulf, Mouloudji, Marc Ogeret, Priest
et vous autres, amis, qui d'un quatrain,
d'une rime, fusillaient la torpeur des bienheureux,
vous qui tordiez les cœurs et le verbe à en saigner les consciences.

Revenez amis, ici, chez nous, chaque jour nouveau,
des barbares se parent de dollars et de couteaux,
décapitent et rongent la parole,
revenez amis, ici, chez nous,
chaque jour des poètes meurent aux triomphes de la violence.

Amis, combien de fois, ai-je bu vos mots
si fortement mariés à l'intime espoir
d'une humanité que vous chantiez ?

Où êtes-vous donc amis égarés dans le coït de mes nostalgies ?
Où êtes-vous donc quand le silence est une rumeur
qui piétine les évangiles de la révolte et l'espoir que vous portiez ?
Où êtes vous Jacques Douai, Guy Béart, Leny Escudéro, Georges Moustaki
Caillat, Claude Reva, Léonard Cohen
où êtes-vous donc tous les frères du mot tendre ou révolté ?

Revenez amis, dansez, chantez et encore chantez
dans le creuset de ma mémoire,
restez les arquebusiers de l’arc-en-ciel,
jouez, jouez de la mélodie et du verbe
vous les porteurs d'une conscience en souffrance,
soyez les étendards de la lutte contre l'oubli des promesses.

Amis d'un temps égaré, squattez encore,
squattez mes jours jusqu'a l'ultime minute,
squattez ma vie jusqu'à la trame de mon âme,
jusqu'à l'insurrection de la passion antérieure des renoncements,
restez les mots de cette conscience enchantée qui, en mon sang,
sans cesse clame toujours les droits d'une utopie désenchantée.

Courrez, chantez, hurlez en moi
vous êtes, amis, les malfrats de l'utopie chantée et de l'espérance.
Courrez, chantez, et si, sur les chemins enneigés de ma mémoire,
et si vous croisez des odeurs de pays perdus,
Henri IV, un instituteur, les 101 dalmatiens ou des jours de fêtes,
c'est que je suis un homme fragmenté tissé aux mille saisons de l'âge,
et si, sur mes pages aphones ou mes crayons maladroits,
vous croisez des musiques d'antan accolées à mes rimes,
si mon verbe devient le suaire de vos âmes,
si mon cri s'arrime à un inconscient que vous forgiez,
dansez, chantez encore,
et si, parfois, vos mots dépassent sur ma rime,
je vous reconnais mes Pères
venus à mon insu jeter la braise d'une vieille fulgurance
venus me rappeler que tous vous m'habitez.

Dansez, chantez, vous dont les voix et les visages
suintent de mes nuits sans lune,
dansez, dansez, immortels jusqu'à mon dernier jour,
jusqu'à mon dernier miroir.

Ami, le jour vient, peut-être nous rencontrerons nous
car je ne suis plus qu'un vieux saumon qui remonte le torrent des mémoires
et qui lentement s'étiole au ressac des émotions perdues.

Jean-Michel Sananès

AUCUNE NUIT N'EST PLUS LARGE QUE LE RÊVE
chevalfou.over-blog.net

Publié dans Jean-Michel Sananès

Partager cet article

Repost 0

Je n'irai pas plus loin que mes chaussures

Publié le par la freniere

Je marche à coté de ma petite voix, je n'irai pas plus loin que mes chaussures.

Je marche à ma recherche, sans savoir si être homme aurait consisté à parler plus haut que les autres ; sans savoir si ma vie valait plus que celle de mes amis, que celle de mes contradicteurs, que celle de mon chat ou celle des tressaillements du silence où s'embusque la Question.

Un jour je partirai, à mon doigt l'anneau de croyance sertissant  ma conscience et le diamant bleu de mes doutes aux mille voix contradictoires.

Chaque pensée, chaque brindille, sera à sa place dans la forêt près du grand arbre, près de la vieille maison et de la pierre abandonnée.

La révolte et la douleur des laissés pour compte, ne seront jamais la parure logique des statistiques. Le sang, les représailles, le malheur, se nourrissent toujours de frustrations et de rêves en berne.

Aux rendez-vous de la désespérance, chaque pierre dressée est la muraille d'un passé portant son chemin de raisons. La fleur et l’océan y meurent noyés au triomphe des famines ; les bébés de la soif aux ventres enflés y ferment des yeux démesurés.

Quand l'homme va sur Mars nourrir sa curiosité, les étoiles l’accusent.

La fleur et le rossignol le savent, ce n'est pas plus l'homme qui fait l'Histoire que l'Histoire qui fait les hommes.

Le vieil Iroquois et mon chat le savent, ce n'est pas la nuit qui endort les consciences, c'est le sommeil des consciences qui tue les vérités essentielles.

Sur mes routes intérieures, les mots respect, bienveillance, justice, amour, cherchent leur voie.

Dans le décompte des rires, sans couteau, sans doigt tendu, je n'accuse personne.

J'habite près de mon cri.

Où que j'aille, le renoncement flétrit les utopies de l'homme debout.

Sur les terroirs d’indifférences, le prédateur fait école, brade, troque sa conscience, reçoit des médailles dorées, oublie les gens de peu et les vies de rien, oublie que notre maison commune s'appelle la terre.

Si un jour on me tuait, pour mes idées ou quelques haines millénaires, serais-je plus important qu'un battement d'aile, qu'une fleur, qu'un bébé orang-outang ? Irais-je plus loin que les ailleurs du Pourquoi et de la Question ?

Je partirai en paix, sans reproches, car tous auraient dû être mes frères.

Dans une rumeur de fleurs sèches, d'enfants sauvages, de quartiers où la tendresse s'est perdue loin de toute espérance dans la furie des porteurs de haine, je parcours la Question. C'est au mauvais terreau que le chiendent étanche sa soif. 

Les temps viennent, ma nuit arrive, je n'irai pas plus loin que mes chaussures.

Où que j’aille,  je serai sans haine.

Je resterai une âme debout parmi les fils des forêts de vie où l'espoir garde sa place, une feuille sous le vent, là où, encore, les enfants chantent les lendemains.  

J’irai, ne renonçant à rien, il me faut vivre et dire ce à quoi je crois.

J'irai, la plume en arbalète combattre mot à mot les maux.

J'irai, recherchant l’harmonie, attendant que ma Mère la Terre reprenne ce qu'elle m'avait prêté.

Je marche, sa petite voix à mes côtés.  

Jean-Michel Sananès

Publié dans Jean-Michel Sananès

Partager cet article

Repost 0

Frère de l'herbe et du sang

Publié le par la freniere

Je mesure l'odeur de l'herbe, la larme de sève à mes chaussures, la goutte de sang à la blessure du monde. La vie est une béance plus grande que l'univers. J'avance, l'œil sur l'horizon, l'horizon sous les étoiles ; j'avance l'œil moins grand que l'infini ; je tutoie le vent et l'arbre. Des miettes de mes ancêtres s'y promènent, s'y reposent, se marient à l'écorce des arbres, à l'écorce du vent et au parchemin de mes rêves. J'avance l'œil sur l'horizon et je bois le soleil, et je bois la plaine. J'arpente un chant d'oiseau, un rêve de givre et de futur, un rêve de passé. Où es-tu ? Qui es-tu ? Toi dans l'ombre de mes pas : un arbre qui me regarde, un oiseau plus haut que le ciel, une étoile perdue dans les années lumière. Une larme de sève à mes chaussures, j'avance à ma rencontre.

Quand je sauve une abeille tombée à l'eau, un oiseau prisonnier des griffes de mon chat, le petit homme raisonnable, celui qui se croit si grand qu'il croit que la terre n'est pas assez grande, qu'il faut coloniser l'espace, le petit homme raisonnable rit. Il croit que certaines vies sont infimes. Je ne suis pas raisonnable, toutes ces vies me sont indispensables comme l'enfance, comme le rire. Toutes vont à mes côtés comme une partie de moi. Je suis un fils du ciel et du vent. Inlassablement, je scrute à la recherche de l'ancêtre, l'ancêtre homme, l'ancêtre brindille, l'ancêtre poisson, l'ancêtre amibe. Je cherche l'ancêtre du rêve, le premier frisson de la goutte d'eau.
L'homme raisonnable n'en a que faire, il règne dans une jungle de marchands de papier, de marchands d'hommes, de marchands de vies, de marchands de biens. Il règne sur les territoires de la monnaie.
Je parcours la vie en indigène. Je suis d'un ailleurs de paix si incompréhensible aux hommes raisonnables que leurs cartographes s'y perdent. Dans mon monde, j'habite avec des abeilles, des chats et du ciel, aucune place pour les marchands de terre, aucune médaille pour les spéculateurs de l'opulence. La terre, même captive, même soumise, même arrachée à la nature, violée, lapidée, empoisonnée de chimie, reste et restera un morceau d'univers indigène. Ma Terre pleure quand vous la détruisez, elle est mon manteau, ma parure, ma vie, mon tombeau.

Mesurez-vous l'odeur de l'herbe, le chant de l'oiseau, la douleur de l'arbre, quand vous abattez la forêt, quand vous goudronnez ?
Vous parcourez la vie à la hussarde. Vous évaluez l'oiseau, l'arbre et le chant, en poids, en profit. La bête n'est plus la bête, dans votre regard elle devient viande. La forêt n'est plus la forêt, dans votre regard elle est stères, mètres cubes, charpentes, charbon, copeaux. L'homme n'est plus homme, dans votre regard, il est bras, sueur, consommateur et machine exploitable. Vous oubliez que le chant, l'odeur et l'horizon, sont ma richesse.

Vous en tirez vanité. Le reste, n'est que dégâts collatéraux.
J'avance l'œil sur l'horizon, l'horizon sous les étoiles. J'avance l'œil moins grand que l'infini. Je tutoie le vent. J'attends que l'arbre me parle. J'attends que cesse le tumulte.
La vie est une béance plus grande que l'univers.
Je suis frère de l'herbe et du sang.

Jean-Michel Sananès

Publié dans Jean-Michel Sananès

Partager cet article

Repost 0

Si le temps venait

Publié le par la freniere

À toi passé, cette chambre d'enfant
et cette carte, laissée là-bas, couverte de petits drapeaux,
portant au mur l'adresse de mes amis,
à toi ma blessure, cette maison où je n'ai pas pu retourner.

À toi, l'exil, ce ciel et ces palmiers qui ont porté mon ciel,
à toi, la pierre noire si souvent posée sur tant de rêves,
et à tous ceux qui les ont contrariés,
cette mémoire qui ne sait pas s'éteindre.

À toi ma mère, à toi mon père,
à vos attentes que je n'ai pas su honorer,
à toi mon chat qui clopine sur trois pattes,
et à tout ce que je n'ai pas sauvé

À toi ma femme, à toi mon cœur, et à tous ses habitants,
à la vie et ses enfants du vent, ceux du bonheur,
à ceux de la rue, à l'herbe qui résiste dans les fissures du goudron,
aux oiseaux de soif, au vieillard qui part, au prochain grain de blé

À ceux que j'ai blessés, aux mille rêves que j'ai fermés,
aux routes que je n'ai pas prises,
pardonnez ce petit homme échevelé
Qui rêvait trop haut, mais était parmi vous.

À tous, inoubliés du jardin des consciences, si je ne revenais pas,
si jamais, dans l'infini, nous ne devions plus nous revoir,
s'il arrivait ce temps des transparences et du cri muet,
à jamais je vous garderais dans mes rêves.

À toi l'Inachevé, aux promesses perdues oubliées,
à tout ce que j'aime que j'aurais voulu protéger,
aux étoiles et aux enfants qui viennent,
s'il me fallait partir, je vous laisserais ma tendresse forteresse.

À l'éternité, au souffle millénaire où sont restés les miens,
à vous frères du vivant, fils des maisons de chair que la vie nous confie,
fils des maisons d'eau qui font les océans, à toi l'atome retourné à l'infini,
je dis : nous sommes le corps de la vie.

À vous peuples des larmes disparues et du futur à naître,
je demanderais de pardonner, d'aimer,
plus grand que la vie, plus grand que le passé et le futur,
de vous aimer, aussi grand que vous-mêmes.

Car, ensemble, nous sommes la seule espérance.

Jean-Michel Sananès

 

Publié dans Jean-Michel Sananès

Partager cet article

Repost 0

Le monde n'est pas une gare

Publié le par la freniere

Le monde n'est pas "une gare" ! Monsieur le Président, Le monde n'est pas "une gare". Il ne devrait jamais être cette triste gare où, d'un regard, on peut trier les gens qui "réussissent" et les gens qui "ne sont rien". Y a-t-il deux univers ? Celui de votre miroir et celui de ceux qui n'y entreront jamais ? Celui des gens du rien et ceux du beaucoup de biens ? Avez-vous tracé frontière entre les hommes chair à canon et à exploiter qui, dites-vous, "ne sont rien", et ceux qui, cachés dans des assemblées aristocratiques, "réussissent " et organisent le partage des richesses en privant le monde du labeur d'une vie décente, le spoliant parfois du droit à une maison, à se nourrir correctement, et à espérer un avenir pour ses enfants ? Y a-t-il votre monde, Monsieur le Président, réservé à ceux qui "réussissent", et dans un ailleurs virtuel, mon monde avec des gens de cœur qui naviguent à la godille entre les contraintes et un bonheur de vivre que chaque jour vous éloignez ? Y a-t-il deux mondes, Monsieur le Président, celui que vous présidez où le vieux capitalisme raisonné d'une France de l'égalité des chances reçue en héritage de nos parents est vendu à une horde de cols blancs que l'on invite dans les bureaux de Bercy quand ils détournent des millions ? Et l'autre monde, celui de chez nous, où l'on condamne un homme à huit mois de prison pour une pomme volée dans une voiture ? Quel est votre rêve Monsieur le Président quand les spoliateurs d'avenir, ceux qui ont "réussi", font main basse sur les richesses globales et marchandisent le labeur des faibles ? Quand l'internationale des profits brade la vie et la santé à la criée du moindre coût ? Comment me jugez-vous Monsieur le Président, moi qui n'aurai jamais de Cartier, qui ai connu l'angoisse des jours chômés, les huissiers, et ces fins de mois où il faut rester debout pour ne pas abandonner les siens ? Où me classez-vous, moi, homme de peu, qui croit que le respect, la compassion, l'amour et l'espoir prévalent sur les ambitions cannibales des sociétés de pouvoir ? Je suis triste, Monsieur le Président, quand je vois une femme ou un homme qui grelotte en cherchant un abri "de fortune" pour la nuit. L'humanité désespérée qui pâlit dans leurs yeux est ma blessure. Et vous ? Qu'y voyez-vous ? Oui, Monsieur le Président, dans mon monde, il y a des gens qui réussissent et d'autres que l'on a abandonnés, il y a des hommes de cœur avec du bien et des modestes qui portent une espérance globale, il y des comptables et des poètes, des oubliés et des enfants qui espèrent. Chez moi, il n'y a pas de "gare" où l'on peut croiser "ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien", il n'y a que mes frères humain, leurs désespoirs et leurs rêves. N'en sacrifiez aucun, Monsieur le Président, il n'y a pas de gens de rien ! Jean-Michel Sananès

Publié dans Jean-Michel Sananès

Partager cet article

Repost 0

Petit mot à mes amis, après une longue absence

Publié le par la freniere

Amis, le vent mauvais m'a bousculé, comme il a bousculé les miens et comme en ce moment il bouscule aussi bon nombre de mes amis.
Quinze jours près les mois lents et très pénibles qui ont précédé le départ de ma mère, Léo mon chat a été agressé par un sans doute dément et j'ai dû devenir à plein temps et plus de deux mois durant, l'ambulancier et la nounou de mon petit félin qui a été amputé d'une patte avant. Léo à peine sauvé, un proche a déclenché une maladie grave*, mais rien ne suffisant aux appétits farceurs des froideurs du mauvais vent, je me suis retrouvé en hôpital. Ajoutez à cela un problème cardiaque et vous comprendrez mes mois d'absence !
Je ne sais pas ce que voulait me dire le vent mauvais qui a troublé les 14 derniers mois de ma vie, sinon que prendre de l'âge peut devenir dangereux !Mais que la vie reprenne !
Je suis là, et ne renonce à rien !
Je continue à trembler pour mes enfants et les enfants du monde, à prendre le temps de dire, à hurler, à griffonner des mots de vie, à plaider pour une fraternité sans concession avec tout le vivant.
Encore, je continuerai à poser sur du papier ce sang d'encre où habite ma capacité à aimer, à voir mon cœur battre la chamade devant l'innocence des enfants, le courage des justes, la persévérance de l'arbre, celle de l'oiseau, et tout ce qui fait face aux armées de bétonniers et de prédateurs qui assassinent notre Terre.
Je veux continuer à vivre en homme debout aux côtés des peuples qui attendent l'espoir et réclament leur droit à être, et cela m'est suffisant à justifier mon droit à respirer dans le concert des consciences pour me sentir un parmi vous.
Que la vie reprenne !

Jean-Michel Sananès
20 juin 2017

Publié dans Jean-Michel Sananès

Partager cet article

Repost 0

Je te regarde mon âme

Publié le par la freniere

Je te regarde mon âme, et je te voudrais belle, toi qui n'es qu'une âme de traverse-vie, une âme empruntée à l'Immense, toi qui cherches à te trouver une place à la taille de tes rêves.
Toi qui, comme cela arrive parfois, es trop grande, trop libre, pour vivre emprisonnée dans un esprit d’homme.
Je te regarde, ma vieille âme qui as traversé les Temps, tout connu du cœur des arbres, du rire des oiseaux chanteurs, de la joie de l'épi de blé, du vent capricieux, et des enfances blessées.
Je te regarde du fond de mes silences, toi qui as vu des millénaires d'âmes défenestrées de corps fatigués par l'usure. Toi qui fus la compagne de mille fusillés désâmés, toi mon âme ébréchée par la grisaille des souvenirs, toi, mon amputée des mille utopies, mon égarée, ma cabossée, ma mutilée, toi, ma vieille compagne d'ossuaires désertés, ma roturière sans papiers, perdue sur tant de chemins d'ennui, ma squatteuse de vie.
Moi, l'égaré des décennies, en ces temps précaires où les dieux se perdent, même si tu es une âme sans foi ni loi, au seul crime d'avoir aimé, je t'adopte, ma petite âme d'occasion, sans garantie de bonheur, sans même un état d’âme. Je t'adopte, avec cette conscience si lourde à traîner. Je t'adopte, et te porte en moi comme une boussole précieuse sur mes chemins d'exil et d'enfance perdue.

Je te regarde et te parle, mon âme, toi qui portes l'inlassable Question. Toi, l'habitante de ma tête, nue, sans mensonge, sans fard face à mes vagues à l'âme et à mes doutes traqueurs d'innocence.
Parmi les naufragés d'un Temps jonché de destins perdus, moi qui cherche le chemin des mémoires englouties, je te cherche mon âme, dans l'encyclopédie de l’impossible, à frontière de raison. Je te cherche et te dessine, te devine légère ou hexagonale comme l’infortune, lourde comme le devoir.
Toi, mon âme à peau d'enfance douce comme l'espérance et sage comme la raison, je te cherche et peu m'importe tes autres passés, tes errances, tes vagabondages millénaires.
Je te chercherais même si tu t'étais vendue au diable et que mille nuées de quidams t’aient con-damnée.
Moi, qui viens du cri et des larmes, je te porte au centre de tout ce qui m'est précieux. Tu es mon chemin, mon âme sœur qui sait le poids des âmes en peine.
Toi qui un jour me quitteras, ne m'oublie pas.

 

Jean-Michel Sananès

Publié dans Jean-Michel Sananès

Partager cet article

Repost 0

Silence là-dedans

Publié le par la freniere

Trop de monde, trop de bruit
trop de nuits cassées
trop de rêves dissipés !

Ça chante, ça parle, ça bouscule
ça crie, ça siffle, ça murmure
trop d'habitants dans ma tête
qui dansent sur mon silence

Arrêtez la cavale des mots fous
et la cohorte des moineaux tapageurs
terrassez la horde des pensées inquiètes
et des coquelicots qui déjà appellent le printemps
éloignez ces verbes excentriques qui chassent le réel
empêchez l'envolée de ces phrases qui parlent de tout et de rien
tirez à vue sur toutes les digressions
je ne veux plus ressasser l'inventaire du jour
et celui des musées de l’imaginaire
taisez les mots qui parlent à voix basse
les embusqués du subconscient
les pensées clandestines
les demi-mots, les petit mots, les dicos en goguette
et tous les souvenirs altérés

Laissez-moi vivre en moi, et seul

Je ne veux plus que ma tête soit ailleurs
quand je devrais être en moi et ici
donnez-moi du carré et des nombres
laissez partir les soleils de minuit
nourrissez-moi de tapioca, de patates et de chiffres
fermez la porte des folies
et tous les portiques de l'imaginaire
chassez ce hibou galéjeur qui ricane dans mes rêves
pourchassez les enfants poètes et leurs cerfs-volants
les jongleurs de mots et les papillons ivres
qui titubent autour des réverbères
congédiez mon neurone aux chimères
emprisonnez mes idées folles, mes pensées vagabondes
je veux la mise à l'arrêt des bruits qui courent
la mise en sourdine des verbes hauts, des jeux de mots
des gros mots, des traits d’esprit, des paroles en l’air
des désaccords et des accords et des promesses qui passent

Trop de monde, trop de bruit
trop de nuits cassées
trop de rêves dissipés
donnez-moi des mots d'ordre
des pensées à l'eau de rose
des pamphlets au pain béni

Donnez moi le sommeil et le silence des justes
fermez ma conscience et ses agitateurs

Allez, mots rebelles
Mots sauvages et petits rêves
ouste dehors !

Incroyable ! Je ne suis pas chez moi
dans ma tête
rien ne m'obéit
le désordre règne
comme quand le maître parlait au tableau
et jetait sur ma table des équations froides
en ces temps où le soleil attendait l'heure de la récréation
Rien n'a changé
les décennies ont passés
et dans mon lit
des mots des phrases des rires démentiels
squattent encore ma nuit
une cacophonie déchire mon silence
je cherche le calme et la paix


Il est trois heures
et la lune fait le guet
seule la caresse de mon chat
promène un silence bienveillant.

Jean-Michel Sananès

 

Publié dans Jean-Michel Sananès

Partager cet article

Repost 0

Que me dit-on Madame?

Publié le par la freniere

Les mille coups de règle que j'ai pris sur mes doigts pour un accord de participe passé oublié, pour un subjonctif malhabile, étaient peines et blessures inutiles ? Que me dit-on MADAME ?
Le "Pataouète" aurait été condamné et oublié à tort et il redeviendrait tendance ?
Certains, même, comptent en faire le structurant d'une nouvelle grammaire française !

Pourtant Madame, si encore je vote et adhère aux trois couleurs, c'est bien parce que la langue française est ma mère, ma patrie, mon passé, qu'elle est l'élément premier de cette culture qui a structuré l'appartenance de mes ancêtres à ce drapeau qui leur a demandé du sang et des vies et qui, plus largement, a nourri leur appartenance à une philosophie humaniste et mondialiste. Ma mère, à quatre vingt-dix-neuf ans, à quelques jours de sa mort, nous disait encore du Victor Hugo : "Chaque enfant qu'on enseigne est un homme qu'on gagne…".
Je n'imaginais pas qu'un jour, une quelconque instance de la "Culture" puisse me dire que le savoir doit être sacrifié parce que l'on ne se donne pas les moyens de l’enseigner correctement.

Pas plus qu'aucune mutation de la médecine qui expurgerait la connaissance du corps humain, la mise au rancard des fondamentaux de ma langue ne me paraît acceptable.

Peut-être me traitera-t-on de vieux con, d'incompatible du prédicat, mais laissez-moi aimer "Le corbeau et le renard" dans la version grammaticale de La Fontaine car tout me porte à croire que la richesse linguistique et les subtilités d'une langue affinent et forment l'esprit. Je crois à l'esprit et à la culture française.


 

Jean-Michel Sananès

 

Publié dans Jean-Michel Sananès

Partager cet article

Repost 0

Avec le temps

Publié le par la freniere

Passent les ans et les chansons
Dans la ritournelle des mémoires
Et encore, encore je suis là
À scruter ce miroir sans tain
Où s'embusque mon  passé
Je me cherche
Encore je suis là
En quête d'anciennes lumières
Pauvre de désespérance
Riche de mon espérance
En ce temps millésimé
Où réside mon vieux corps
Qui traîne encore
Sur un chemin d'amour et de vie
En cette maison patrie 
Où habitent ma conscience et ma langue.
 

Publié dans Jean-Michel Sananès

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>