Les élections françaises

Publié le par la freniere

La réflexion la plus intelligente sur les élections françaises que j'ai lue sur le net. Stéphane Méliade anime des ateliers d'écriture pour les enfants et les jeunes. C'est un excellent poète et auteur de livres pour la jeunesse.

À mon sens, Sarkozy ne représente pas la droite traditionnelle, ni même - comme certains voudraient le croire- l'extrême-droite ou l'ultra-droite traditionnelle. Il est le représentant de la marchandisation absolue, de la transformation de l'homme en produit non-pensant. Il surfe sur le populisme et le nationalisme, et sur des valeurs dites "de droite", mais je doute que tout cela ait un sens réel pour lui. Si l'air du vent soufflait de l'autre côté, il enfourcherait cet autre coté sans sourciller.

Ne croyons pas que le totalitarisme de demain sera "de gauche" ou "de droite", il sera avant tout, on pourrait dire, professionnel, et de haute technicité. Profondément non humain.

Le véritable clivage se situe aujourd'hui, à mon sens et pour schématiser, entre les humanistes et les "déshumanistes". Je pense que et Ségolène Royal et François Bayrou, avec toutes leurs imperfections respectives et leur parts humaines respectives d'ambition donc de calcul, sont des représentants de la première sorte, et que Nicolas Sarkozy est un représentant de la deuxième sorte. Pour moi, la ligne de partage est là.
C'est pourquoi, au delà des aspects purement politiciens qui étaient, bien sûr, présents, je pense qu'il s'est passé quelque chose d'important samedi, avec ce débat Royal-Bayrou. Sous les aspects électoraux évidents, il y avait aussi, je pense, quelque chose d'intinctif, j'allais dire de "spirituel" et je le dis donc sans crainte des moqueries- dans cette volonté de débattre ensemble, parce que -j'ignore à quel degré de conscience cela affleurait à la surface de leurs esprits- "de l'autre côté", se situe un homme qui veut, bien plus que faire, défaire.
Ce qui est en jeu, là, ce n'est pas la gauche ou la droite, c'est peut-être, plus gravement, l'humain ou le non-humain.

Ne serait-ce qu'un petit exemple concret : et Bayrou et Royal préconisent dans leurs programmes respectifs un moratoire sur la culture d'OGM en plein champ. Un moratoire, ça veut simplement dire : on prend le temps de réfléchir, d'expérimenter, de faire des essais en milieu protégé pendant quelques années, et au passage, petit détail insignifiant, on consulte les citoyens de son pays. Cela relève, pour l'un et pour l'autre, d'une simple pratique démocratique de base et d'un souci simplement normal de la santé publique. Le gouvernement UMP a , lui, tranquillement autorisé la culture en plein champ (et par décret !), alors qu'une étude indépendante faisait apparaitre des lésions graves au rein et aux foie de rats nourris avec un type de maïs transgénique. Bon Dieu, ce n'est pas une question de "droite" ou de "gauche" que de ne pas nous lâcher n'importe quelle merde dans les cellules sans avoir fait des recherches avant, c'est juste une question de bon sens !
Il y a, dans cette fuite en avant, bien pire encore qu'une "droitisation", une perte du simple bon sens, une Koyaanisqatsi comme l'appelaient les indiens Hopi (la perte de tout équilibre). Médicalement, cela s'appelle Cancer.

C'est Besancenot, pour lequel je n'ai pas voté, qui a trouvé le slogan le plus fort de cette campagne électorale française "Nos vies valent mieux que leurs profits". Le clivage très profond se situe peut-être là, en effet, ce slogan pouvant, comme dans le cas des OGM évoqué ci-dessus, prendre un sens pas du tout métaphorique, mais très concret. Nos vies, nos existences physiques.

Vous n'êtes pas des groupies énamourées de Ségolène Royal ? Moi non plus. Vous estimez qu'il y a parfois un certain flou dans les détails de ses propositions et une certaine absence de précision dans ses dires ? Moi aussi. Vous n'avez pas voté pour elle au premier tour ? Moi non plus. Pourtant, c'est avec les deux mains et d'un pas franc que dimanche prochain, j'irai mettre un bulletin à son nom dans l'urne.

Parce que je préfère de loin ses imperfections humaines et politiques à la perfection calibrée sarkozyste, toujours prête à délivrer un discours-type, adapté à l'un ou l'autre segment de marché à conquérir, parce que je préfère de loin la "prof" aux inflexions parfois laborieuses au Sarkozy-enfant de la télé prenant des inflexions faussement populaires, comme on enfilerait hâtivement un bleu de travail sur un smoking.
Parce que je crois au choix et à la possibilité de s'améliorer et que je rejette viscéralement le culte du déterminisme avec lequel a publiquement sympathisé Sarkozy (qui a quand même réussi l'exploit de vouloir balayer la société, la famille, et à la fois toutes les avancées sociales, éducatives, et 2000 ans de christianisme basé au départ sur la possibilité de ne pas seulement être mais aussi de devenir, bref tout ce qui porte en germe le concept d'évolution). Parce que contrairement à lui, qui l'a déclarée étrangère à sa pensée, je crois que "connais toi toi même" est une phrase très intelligente (mazette, voudrait-il donc déconstruire la société et l'humain au point de nous faire régresser en-deça de l'héritage grec ??). Parce que je pense qu'un homme qui court déclarer son allégeance au dirigeant de la plus grande puissance mondiale en désavouant la politique de son propre pays dans une affaire grave qui engage par ricochets le monde entier, ne doit pas être en mesure accéder à la direction du dit pays. Parce que preuve a été tristement faite ces dernières années, qu'une attitude unilatéraliste dans les affaires internationales ne mène qu'au chaos absolu. Parce que la publication ou non d'un livre ou d'un magazine ne doit pas dépendre d'un coup de téléphone agacé et menaçant de la part d'un ministre. Parce qu'aucune composante de la société française n'est une sorte de lichen qu'il faut nettoyer au karcher. Parce que l'emploi ne s'améliore pas simplement parce qu'on a changé la méthode de calcul du chômage. Parce que la crise du logement ne peut pas se résoudre par des mesures apparemment spectaculaires qui ne feront qu'aggraver les déséquilibres. Parce que les bénéfices des entreprises doivent être plus équitablement partagés. Parce qu'un "sans-papier" n'est pas forcément un parasite profiteur qu'il faut systématiquement parquer dans un camp de rétention puis expulser. Parce que les services publics, malgré tous leurs inconvénients de fonctionnement, ne doivent pas être bradés car ils font qu'un pays est plus qu'un simple agrégat de marques, Parce que la santé d'une société se définit avant tout par les liens possibles, économiques, sociaux, culturels, entre ses différentes composantes et que sa décadence et sa mort commencent au moment où on dresse ses dites composantes les unes contre les autres. Parce que ni le fichage dès l'enfance ni l'explosion de la population carcérale ne régleront le moindrement la délinquance. Parce qu'il ne doit pas y avoir plusieurs statuts de délinquants, comportant une délinquance financière qui serait, elle, impunie. Parce que je ne veux pas d'un nouveau César qui déconstruise la République avant de se métamorphoser en Néron incendiaire.
Parce que je veux être le moins possible réduit à un "temps de cerveau disponible pour Coca-Cola" (tel qu'est défini le téléspectateur-citoyen par Patrick Le Lay, pdg de tf1), je ne veux pas que Nicolas Sarkozy devienne président de mon pays, et dimanche prochain, je voterai pour Ségolène Royal.

Stéphane Méliade
http://aubergederagueneau.blog4ever.com/blog/index-44492.html

Publié dans Glanures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ile 05/05/2007 20:05

Superbe analyse de Stéphane Méliade, cela réconforte de voir que l'humain mobilise encore au delà des attitudes fondées sur les profits, la rentabilité et les jeux du cirque.

JADE 05/05/2007 16:22

Dommage que j'aie des problèmes avec mon informatique (impossible pour l'instant d'avoir accès au blog de Stéphane Meliade) je lui aurais dit ce que je pense....et ce n'est pas parce qu'il tire à boulets rouges sur Sarkozy que les raisonnements de Stéphane sont à considérer comme la seule et dernière "lumière"...pour guider la France dans son vote....Quoi qu'il en soit chacun est en droit d'avoir son opinion  ....et moi voyez-vous ...je ne partage pas du tout la vôtre ....ainsi donc je me ferai aussi un très grand plaisir en allant voter  !

jjd 04/05/2007 08:28

Toute époque pour laquelle son propre passé est devenu problématique à un degré tel que le nôtre, doit se heurter finalement au phénomène de la langue; car dans la langue ce qui est passé a son assise indéracinable, et c’est sur la langue que viennent échouer toutes les tentatives de se débarasser définitivement du passé.
Hannah Arendt (Walter Benjamin) p108
Voilà très bien située la tentative réactionnaire-au sens premier du mot- de ce monsieur que l’on nous annonce président avant-vote!
On peut lire à ce propos Michel Winock dans l’Express: La gauche est historienne pas la droite
Heureusement que la France n’est pas la Pologne
Nous devrions autrement être obligés d’avouer devant un jury de moralité que décidément et malgré tout nous sommes à jamais ces liquidateurs de la morale de l’école et de la famille: oui des fervents de Mai 68.
68 68 NON STOP! comme criait Ferré.

didj 03/05/2007 19:19

Je trouve dans ce texte beaucoup de choses que je ressens mais que je n'aurais pas su dire avec autant de clarté.
Si vous le permettez j'aimerais en faire la copie sur mon blog, je pense que sa diffusion au plus large est un bien pour tous.
Bien entendu je ne le prends pas à mon compte, juste je fais circuler.