La mort de l'alouette

Publié le par la freniere

C’était l’avril d’un grand soir

Les espérances étaient à l’Est du grand soleil

Et le chant devait être partout

Qui donc avait dérobé le Nord ?

 

Les alouettes pleuraient

Pas de Sud, d’Est ou d’Ouest

Triste, un monde où l’on a perdu le Nord

 

C’était l’aube des matins noirs

Le vent et la pluie s’étaient perdus

Nulle part pour aller, nulle part pour s’arrêter

Les alouettes sont mortes loin de chez elles

 

Au passe-passe de la vie

On leur avait volé la pluie et les saisons

On leur avait volé le vent et les chansons

 

C’était une nuit d’abîme et de soufre

La police qui n’arrête que les pauvres gens

bien sûr n’arrêta pas les voleurs de vent

On abandonna le Nord l’espoir et le chant

 

On bituma l’Alberta, on enterra l’alouette

Qui donc et le président chantèrent la mort de l’alouette

Bras dessus bras dessous chantèrent la mort de l’alouette

 

Jean-Michel Sananès, "inédit"

Publié dans Jean-Michel Sananès

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Danièle 07/09/2007 22:25

"Triste un monde où l'on a perdu le Nord..Les alouettes sont mortes loin de chez elles..Bien sûr n'arrêta pas les voleurs de vent.."C'est très beau..  Merci pour ce partage..