Ils ont dit

Publié le par la freniere

 

L’ours ou le gorille soudain se dressent sur leurs pattes postérieures, s’arrachant à la pesanteur de l’animalité, à leurs frustes instincts, à leurs préoccupations terre-à-terre, les voici debout comme des hommes : ils vont se battre.

 

Éric Chevillard 

Publié dans Ils ont dit

Commenter cet article