Bernard Dimey

Publié le par la freniere

ph_dimey.jpg
Bernard Dimey est né, un 16 juillet en 1931, à Nogent-en-Bassigny (maintenant Nogent tout court) dans la Haute-Marne.

Il commence à faire de la radio, puis écrit dans la revue "Esprit". Il s'intéresse à la peinture (sous le nom de Zelter) et s'installe à 25 ans à Paris, sur la Butte Montmartre.

Il ne la quittera plus. Il y fréquente les bistrots, il y en avait encore là-bas, pas trop envahis par les touristes. Il y rencontre les poivrots, les putes, les truands, les artistes. Et il commence à écrire ses poèmes, les déclamant dans ses repaires.

Il propose ses chansons à droite à gauche. Ses clients seront Yves Montand, Charles Aznavour, Serge Reggiani, Henri Salvador, Patachou, Juliette Gréco, Les Frères Jacques...

Tout le monde connait "Mon truc en plume" que chantait Zizi Jeanmaire, "Syracuse" par Henri Salvador... Mais écoutez aussi les Frères Jacques chanter "Frédo", "Le quartier des Halles", Mouloudji chanter "Une soirée au Gerpil", Reggiani chanter "Si tu me payes un verre", "Les seigneurs"...

Il a également écrit des scénarios et dialogues pour le cinéma : "Détournement de mineures" (1959) de Walter Kapps, "Le magot de Josepha" (1964) de Claude Autant-Lara, "Deux heures à tuer" (1965) de Ivan Govar, "Le dernier mélodrame" (1978) de Georges Franju...

Finalement il a pris congé de nous et bu sa dernière tournée le 1er juillet 1981, 50 ans... Mais les gazettes ne se sont pas bousculées pour faire de gros titres.

 
Discographie

Ses disques personnels ont été publiés par les disques Deesse (11 rue Lepic 75018 Paris) et sont disponibles chez Paroles de Dimey (même adresse).

en CD
  • La mer à boire
    Recueil d'une partie de ses poèmes "voyoux". Si vous voulez connaître Dimey, c'est celui-là qu'il vous faut.
    Paroles de Dimey 984302
  • Le Testament

    Ses dernières oeuvres. assez lugubre, mais plein de poésie...
    Paroles de Dimey 984282
  • Le bestiaire de Paris

    Paris vu dans les animaux... dit par Pierre Brasseur, Juliette Gréco, Magali Noël, Mouloudji et Dimey lui-même. très beau.
    Paroles de Dimey 984292
  • Bernard Dimey chanté par ses amis
    Là vous trouverez ses chansons "commerciales" et quelques autres chantées par différents interprètes. j'adore Reggiani chantant Si tu me payes un verre et Mouloudji passant Un soir au gerpil.
    CD 316-2
  • Châteaux d'Espagne
    encore des poèmes de Dimey.
    Paroles de Dimey 984932
  • L'encre d'après minuit encore des poèmes de Dimey.
    Paroles de Dimey 984922
  • Bernard Dimey, Poètes et chansons
    EPM
Autres interprètes :
  • Dimey chante Dimey par Dominique Dimey (1993) chez AUV.
  • Charles Aznavour chante Dimey par Charles Aznavour (1983) chez EMI.
  • Divin Dimey par Jehan chez Night and Day.
  • Valérie Mischler chante Dimey par Valérie Mischler (2007).
 
Quelques livres...

Je l'ai connu maigre, moi qui vous cause, débarquant de sa province et, tel Rastignac ou Aristide Bruand, lancer à la capitale, du haut de Montmartre : "Et maintenant, Paris, à nous deux !"

Il connaissait son quartier et ses habitants comme le fond de sa poche et en imprégna toute son oeuvre. Ses textes sur la mort et la métamorphose qu'opèrent sur notre pauvre chair les termites de l'âge sont remarquables.

C'était un tragique qui ne se prenait pas au sérieux.

Mouloudji

Publié dans Les marcheurs de rêve

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gillet 28/01/2012 16:47


Version:1.0 StartHTML:0000000149 EndHTML:0000006590 StartFragment:0000000199 EndFragment:0000006556 StartSelection:0000000199 EndSelection:0000006556


Bernard
DIMEYSi ce nom vous est connu lisez la suite:Préface


   Annie Massy aime
la chanson et sa Champagne. On pourrait même écrire que cela va de soi, car elle aime ce qui pétille chez les chanteurs, et ne pouvait donc trouver sujet plus approprié que Bernard Dimey.
   Un chanteur, c’est un corps, une voix, une inspiration et une histoire. Annie Massy avait déjà su planter les enjeux de la création chez un autre aventurier de la chanson ancré dans un
territoire : Jacques Brel, dont elle avait su avec talent croquer la « brelgitude ». Être de quelque part, en tirer sa sève, ancrer son imaginaire dans les fils de l’enfance, voilà une
méthode.
   Après Brel, Annie Massy s’attaque donc au massif Dimey par la même voie : celle du terroir.
   Pourtant, la tâche est plus complexe : l’ancrage de Brel à sa Belgique natale est une clé reconnue de son œuvre et de sa notoriété. L’aborder par ce biais, c’est conforter le regard du
lecteur. Avec Dimey, Annie Massy entreprend une ascension bien plus périlleuse. Car, elle ne le cache pas, c’est à Montmartre que Dimey a bâti sa gloire. On sait qu’il adorait se présenter comme
un célèbre « poète du XVIIIe »..., ajoutant après un temps d’arrêt, « arrondissement »...
   Or c’est en Champagne que tout se noue pourtant pour la compréhension de cette œuvre multiforme et foisonnante. Annie Massy l’établit avec brio. Le tour de force est magistral puisqu’il part
d’un paradoxe, Dimey ayant plutôt voulu laisser dans l’ombre toute la première partie de sa vie. Mais notre auteur a du talent et de la vista : c’est en tressant le récit des premières années de
Bernard Dimey, avec l’analyse rigoureuse de la plupart de ses chefs d’oeuvre, qu’elle emporte l’adhésion du lecteur. Du coup, on comprend que, comme chez Brel qui a su devenir lui-même en se
libérant de sa Belgique, Dimey a su élaborer son succès par une forme de catharsis : il s’inspire de ses années de formation dans sa Champagne d’origine, de Nogent à Troyes, pour mieux sublimer
ses rêves et ses déceptions en autant de morceaux que d’autres porteront au triomphe. Un voyage par procuration dont la matrice tirerait ses bulles de la Champagne, pour faire rayonner l’esprit
de L’enfant maquillé, de Louxor à Syracuse...
   Intelligence, talent et générosité, la plume d’Annie Massy, en bonne champenoise, se met au diapason de son objet d’études : elle nous raconte simplement, de façon rythmée et vivante, le
parcours de formation de Dimey, mais ne se limite pas à la biographie. Elle analyse avec précision mais aussi tout son savoir-faire de bonne pédagogue, comment les chansons reconnues sont
élaborées. Adepte de la cantologie dont je fus naguère le pionnier, Annie Massy donne chair aux morceaux qu’elle évoque, décrit les interprétations, les musiques et les timbres, pour les faire
résonner avec son récit biographique.
   Elle nous donne à comprendre, finalement, tout le charme longtemps insaisissable d’un créateur hors pair.
Jeunesse champenoise, un très beau titre, et très juste, s’avère un très bel ouvrage, où se révèle une double inspiration en miroir : celle d’Annie Massy et celle de Bernard Dimey. Deux plumes
généreuses, nourries des sèves d’un territoire dont l’intelligence et la générosité éclatent en pétillance dans ces pages à lire sans modération.

   Stéphane HirschiProfesseur de littérature et de cantologie à l’Université de Valenciennes



Bernard DIMEY

 jeunesse champenoise, succès montmartroisAnnie MASSY
Livre 200 pages -  N° ISBN  978 2 35208 083 1 – 17€

à commander dans toutes les bonnes librairies
ou sur internet en cliquant sur
 http://www.bordulot.fr/page25/page79/page79.html