Paroles indiennes

Publié le par la freniere

Flying Hawk, Sioux du clan Oglalas

Nos tipis jouent avec le soleil et la lune. L'air y circule, non le vent. Les tipis marchent. Le Grand Esprit n'a donné de racines qu'aux arbres. Les maisons des Blancs ont l'immobilité de la mort.

Black Elk, Sioux du clan des Oglalas

À qui voulait le photographier: Ami pourquoi veux-tu raccourcir ma vie en me privant de mon ombre ?

Crazy Horse, Sioux du clan des Oglalas

Mauvais rêve, trouble, peur. Je ne distingue plus ce que j'ai appris adulte de ce que j'ai compris enfant: les Blancs ont tué nos bisons - non pour les manger - mais vendre leurs peaux pour le métal qui rend fou.

Speckled Snake, de la tribu des Creek en 1829

L'homme blanc a mendié jadis un peu de terre quand il est arrivé par les grandes eaux, puis, notre feu et notre grain. Son ombre aujourd'hui couvre notre pays, ses mains ont agrippé les mers d'est en ouest et il pose sa tête sur la lune... pour dire encore à l'homme rouge; Eloigne-toi un peu - tu es encore trop près de moi.

Publié dans Paroles indiennes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article